Adrien Auzout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auzout.
Adrien Auzout
Adrien Auzout Micrometer.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Membre de
Distinction
Membre de la Royal Society (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Adrien Auzout, né à Rouen le et mort à Rome le (à 69 ans), est un astronome et physicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’un clerc à la cour de Rouen, Adrien Auzout s'introduit dans le monde savant en fréquentant à Rouen Blaise Pascal. En 1648, il entame une correspondance avec Marin Mersenne, puis rejoint le cercle savant constitué autour de Henri Louis Habert de Montmor. Il plaide, à la suite d’observations de comètes effectuées en 1664-65, en faveur de leur orbite elliptique ou parabolique, s'opposant en cela à son rival Johannes Hevelius. Il est un des membres fondateurs de l’Observatoire royal. Acquis aux idées de Huygens, il travaille en 1667-68 avec Jean Picard à appliquer la lunette au quart de cercle et à construire le micromètre à fil mobile servant à mesurer le diamètre apparent des corps célestes. En 1666, il entre à l’Académie des sciences mais la quitte en 1668, vraisemblablement à la suite de sa vive critique de la traduction de Vitruve par Claude Perrault et de la dispute qui s’ensuit. De son exil de vingt ans en Italie à la suite de ces évènements on sait peu de chose.

Auzout, cratère lunaire, porte son nom.

Publications[modifier | modifier le code]

On trouvera plusieurs textes d'Auzout dans l'Histoire de l'Académie royale des sciences, t. 7, partie 1, 1729.

On trouve aussi la trace des interventions d'Auzout à l'Académie dans ses premiers procès-verbaux[3].

Liste de mémoires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La publication de Giuseppe Campani est de 1664. L'édition en ligne est de Pierre Mortier, 1735, à Amsterdam.
  2. Il s'agit de Robert Hooke.
  3. Voir dans le registre le plus ancien : lire en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]