Actinorhize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nodule racinaire d’un aulne.
Autre nodule d’aulne.

Les actinorhizes sont des nodosités fixatrices d'azote qu'on trouve au niveau des racines des plantes angiospermes dites actinorhiziennes. Ces plantes ont la capacité de s'associer avec des bactéries actinomycètes filamenteuses du sol du genre Frankia pour produire des actinorhizes. Ce sont essentiellement des arbres ou arbustes adaptés aux stress édaphiques comme la salinité élevée, les métaux lourds ou les pH extrêmes[1]) telles que :

D'autres espèces telles que les filaos (Casuarina equisetifolia, Casuarinacées) forment des actinorhizes au niveau du tronc.

Classification et origine évolutive[modifier | modifier le code]

Les espèces actinorhiziennes appartiennent à 3 ordres (Fagales, Cucurbitales, Rosales), 8 familles et 24 genres d'angiospermes. Le caractère actinorhizien est polyphylétique, cette capacité symbiotique serait donc apparue indépendamment plusieurs fois au cours de l'évolution. Les plantes actinorhiziennes possèdent cependant un ancêtre commun relativement proche avec les Fabacées, l'autre groupe de plantes fixatrices d'azote qui interagit avec des rhizobium, ce qui se traduit par de nombreuses similarités entre les deux systèmes symbiotiques. Au moins une partie du programme génétique requis pour ces deux symbioses proviendrait de celui des associations de type mycorhizes arbusculaires, beaucoup plus anciennes et répandues.

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Les plantes actinorhiziennes sont généralement des espèces pionnières adaptées aux sols pauvres ou perturbés. Elles jouent un rôle important dans la colonisation de ces milieux, en préparant l'établissement d'espèces moins robustes. Leur capacité fixatrice d'azote est importante, elles contribuent au niveau global à fixer une quantité d'azote équivalente à celle fixée par les Fabacées. Leur rôle est prépondérant aux latitudes hautes où les Fabacées sont moins nombreuses.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dawson, 1990
  • Moirud A. Diversité et écologie des plantes actinorhiziennes Acta botanica gallica (1996)143 (7) : 651-661 issn=1253-8078