Accident de train de Thorpe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Accident ferroviaire de Thorpe
Caractéristiques de l'accident
Date10 September 1874 à 21h 47
TypeCollision frontale
SiteThorpe St Andrew, Norfolk
Coordonnées 52° 37′ 31″ nord, 1° 20′ 38″ est
Site web Liste des accidents ferroviaires en Grande-Bretagne
Caractéristiques de l'appareil
Morts25 décès
Blessés75 blessés

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Accident ferroviaire de Thorpe

L'accident de train de Thorpe survint le 10 septembre 1874, quand deux trains entrèrent en collision de front à Thorpe St Andrew en Angleterre dans le comté de Norfolk[1],[2].

L'accident survint sur une ligne à voie unique reliant les gares de Norwich et Brundall.

Historique[modifier | modifier le code]

Les deux trains en cause étaient : le courrier de 20 h 40 parti de la station de Yarmouth et l'express de 17 h venant de Londres vers Yarmouth. Ce dernier avait quitté la station de Norwich Thorpe (en) à 21 h 30 et devait normalement avoir pris le chemin de Yarmouth, alors que le train de courrier devait être sur une ligne adjacente à Brundall pour permettre à l'express de passer. Ce jour-là, les trains circulaient en retard.

Dans de telles circonstances, quand les horaires étaient dépassés, les conducteurs devaient écrire à l'autorité pour procéder autrement. Du fait d'une série d'erreurs (tout d'abord, le proposé du télégraphe ayant envoyé le message d'autorisation avant qu'il n'ai été signé par l'autorité appropriée), les deux conducteurs reçurent leurs autorisations et anxieux de rattraper le temps perdu, s'engagèrent à grande vitesse sur la voie unique. L'accident, quand il survint vers 21 h 45, entraîna le cabrage des deux locomotives, et les voitures furent réduites à l'état d'épaves.

Les deux conducteurs et le chauffeur furent tués, ainsi que 17 passagers et 4 autres décédèrent plus tard de leurs blessures[3]. 73 passagers et deux employés des chemins de fer furent sérieusement blessés.

À la suite de cet accident, l'ingénieur Edward Tyer développa le système dit Tyers dans lequel un jeton est donné au conducteur du train ; celui-ci doit être glissé dans un système électrique débloquant l'accès à l'autre bout de la ligne à voie unique avant qu'un autre train soit autorisé à s'y engager[3].

Accidents identiques[modifier | modifier le code]

L'accident de « Canoé river » (Canoe River train crash (en)) au Canada en 1950 impliqua aussi deux trains, contrôlés par des ordres transmis par télégraphe, les autorisant à entrer sur la même section à voie unique dans des directions opposées. Néanmoins malgré la diffusion et l'utilisation très larges et prolongées du système Tyer dans divers pays du monde et en particulier de l'Empire britannique, quelques accidents survinrent du fait de sa mauvaise utilisation comme en France, celui de la gare de Charenton survenu en 1881.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) L T C Rolt et Geoffrey Kichenside, Red for Danger, Pan Books, , 4e éd. (ISBN 0-330-29189-0)
  2. Col H W Tyler, Report of the Court of Enquiry, HMSO, (lire en ligne)
  3. a et b Derail: Why Trains Crash, Nicholas Faith, page 44, publ 2000 by Channel 4 books, (ISBN 0-7522-7165-2)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]