Abdul Rahman Jawed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abdul Rahman Jawed
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Activité
Medical assistantVoir et modifier les données sur Wikidata

Abdul Rahman Jawed, né en 1965, a été inculpé d’apostasie dans son pays, l’Afghanistan en mars 2006, en vertu de la charia pour avoir renoncé à l’islam en se convertissant au christianisme. Si reconnu coupable, il était passible de la peine de mort. Cette affaire révèle une contradiction dans la Constitution afghane qui reconnaît à la fois la loi islamique et la liberté de conscience.

La Constitution de la République islamique d’Afghanistan, adoptée en janvier 2004, stipule qu’« aucune loi ne peut être contraire aux principes » de la charia, ou loi de l’islam, dont l'interprétation majoritaire interdit à tout musulman de quitter sa religion, sous peine d’être exécuté. Mais elle cite également en préambule la Déclaration universelle des droits de l'homme, à laquelle « l’Afghanistan a adhéré en tant que membre de l’ONU », et qui garantit la liberté de religion. La présidence afghane avait réagi pour la première fois à cette affaire en indiquant qu'elle « devait être traitée par le seul pouvoir judiciaire », tout en se déclarant attachée au respect des droits de l’homme.

Abdul Rahman a abandonné l'islam pour le christianisme il y a 16 ans, alors qu'il travaillait pour une organisation non gouvernementale (ONG) chrétienne à Peshawar au Pakistan. Il a ensuite passé neuf ans en Allemagne, avant de revenir en Afghanistan en 2005.

Selon des sources judiciaires, ses relations très orageuses avec sa famille, qui a la garde de ses deux filles de 13 et 14 ans, auraient conduit celle-ci à dénoncer sa conversion à la police. Le 25 mars 2006, le pape Benoît XVI a demandé par lettre au président afghan Hamid Karzai la grâce pour Abdul Rahman.

Les diverses pressions des gouvernements internationaux avaient déjà poussé, la veille, un haut responsable du gouvernement afghan à annoncer qu’il « devrait bientôt être libéré ».

Scandalisés par cette affaire, de nombreux gouvernements occidentaux avaient protesté, menaçant même de remettre en question l’aide apportée à l'Afghanistan.

Abdul Rahman a été libéré le 28 mars 2006 pour « folie ». Réfugié dans un camp de l’ONU, il demande l’asile politique et l'obtient de l'Italie.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]