Abû al-Qasim Hussein ben Ruh an-Nawbakhti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abu al-Qâsim al-Husayn b. Rûh an-Nawbakhtî (en arabe: ابوالقاسم حسین بن روح النوبختي) (M. 326/938) était le troisième représentant spécial (na’ib khas) de l’Imam al-Mahdi[1]. Il était l’une des personnes les plus fiables et les plus proches de Muhammad b. ‘Uthmân (le deuxième représentant de l’Imam al-Mahdi). Muhammad b. ‘Uthmân, sur l’ordre de l’Imam al-Mahdi, a présenté al-Husayn b. Rûh comme son propre représentant, dans les derniers jours de sa vie, les chiites lui ont donc remis les biens. Il était le représentant spécial de l’Imam, pendant 21 ans. Il assuma cette fonction de 917 à 938[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Houssain ibn Rouh était originaire de la ville de Qom. Mais du temps du 1er Nâïb, il émigra à Baghdâd. dans certains livres; mais selon la plupart des références, il s’appelait « an-Nawbakhtî ». Il s’ appelait aussi « Rûhî » (en arabe : روحي).

Famille d’an-Nawbakhtî[modifier | modifier le code]

Houssain ibn Rouh faisait partie de la "célèbre" famille des Nawbakhti, qui vit naître en son sein des théologiens, des hommes d’état, des écrivains et des poètes de renom[3]. La famille d’an-Nawbakhtî était parmi les familles nobles iraniennes. Ils étaient un des compagnons des califes abbassides, donc ils avaient une position politique, économique, intellectuelle et sociale. Cette bonne position leur a valu un rôle essentiel pour développer la pensée chiite et leur donner la protection.

Morts[modifier | modifier le code]

‘Abû l-Qâsim ‘al-Husayn b. Rûh al-Nawbakhtî est mort le 20 juin 938 (18 Shâ’bân 326) à Baghdâd [4]. Le tombeau de cette grande figure se trouve dans la région de Nawbakhtîyya dans le marché d’Attaran (région de Shurja à Bagdad), qui est actuellement visité par les chiites.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Connaître et suivre le droit chemin, Tallal Alie Turfe
  2. Bostani ,Gheybah Qobra et Gheybah Soghra, p 90
  3. Bostani, Ghaybah Kobra et Ghaybah Sogra, p 90
  4. Ghaybat-é-Soughrâ et Ghaybat-é-Koubrâ de l'Imam MAHDI, Abbas Ahmad al-Bostani, p 117