ANBV Naiguatá (GC-23)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

ANBV Naiguatá (GC-23)
Image illustrative de l’article ANBV Naiguatá (GC-23)
Le navire durant ses essais en 2010.
Type Navire
Classe Classe Guaicamacuto
Fonction Patrouilleur côtier
Histoire
A servi dans Marine vénézuélienne
Commanditaire Venezuela
Constructeur Navantia S.A.
Chantier naval San Fernando Drapeau de l'Espagne Espagne
Commandé
Quille posée
Lancement
Acquisition
Statut coulé le
Équipage
Équipage 44 militaires, capacité de 30 passagers
Caractéristiques techniques
Longueur 79,90 m
Maître-bau 11,50 m
Tirant d'eau 7,00 m
Déplacement 1.453 t
À pleine charge 1.720 Long tons
Propulsion 2 moteurs diesel
Puissance 8.050 cv
Vitesse 22 nœuds (maxi)
Caractéristiques commerciales
Équipements 1 hélicoptère
Caractéristiques militaires
Armement
Rayon d'action 4 000 milles nautiques à 16 noeuds
Carrière
Pavillon Drapeau du Venezuela VEN

L'ANBV Naiguatá (GC-23) est un navire de surveillance côtière de classe Guaicamacuto de la Marine vénézuélienne. Le 30 mars 2020, le navire a percuté le navire de croisière RCGS Resolute (en) dans les eaux internationales et a coulé sans pertes humaines

Construction et carrière[modifier | modifier le code]

Naiguatá était le troisième navire des BVL de la classe Guaicamacuto qui en compte quatre, le dernier construit au Venezuela était en essais fin 2019 mais n'est pas encore en service[1]. BVL signifie "Buque de Vigilancia de Litoral", qui est le nom espagnol pour navire de surveillance du littoral. Il a été construit par Navantia en Espagne sur les chantiers navals de San Fernando à Cadix, sur la base d'un modèle standard Navantia Avante 1400 [2] semblable à la Classe Meteoro. Sa quille a été posée en octobre 2008 et la marine vénézuélienne a pris livraison du Naiguatá et l'a ensuite transféré au Commandement des garde-côtes vénézuéliens. Ses systèmes d'armes consistaient en un canon Leonardo OTO Melara de 76 mm, un canon antiaérien/anti-missile CIWS Rheinmetall Oerlikon Millennium de 35 mm et deux mitrailleuses de 12,7 mm [3].

Naufrage[modifier | modifier le code]

Le 30 mars 2020, peu après minuit, Naiguatá a coulé après avoir heurté délibérément le paquebot portugais RCGS Resolute[4] jaugeant 8 445 tonnes pour 124,8 m de long, qui n'avait pas de passagers à bord et disposant d'un équipage réduit de 32 marins, a 24,6 km au nord-ouest de l’île inhabitée de la Tortue[5], les 44 membres d'équipage ont été secourus par un autre navire[6]. Le président du Venezuela a accusé le capitaine du navire de croisière de « terrorisme et piraterie » [7], ajoutant plus tard qu'il n'avait pas exclu que le RCGS Resolute « transportait des mercenaires pour attaquer des bases militaires terrestres ». De son côté, Columbia Cruise Services dont le siège est a Hambourg en Allemagne a accusé la marine vénézuélienne d'avoir causé l'accident après avoir délibérément heurté le RCGS Resolute à un angle de 135° tout en essayant de le faire changer de cap vers les eaux vénézuéliennes. L'armateur déclare que « Le navire dérivait déjà depuis un jour au large des côtes pour effectuer un entretien de moteur de routine (…). Pendant que la maintenance. était en cours sur le moteur principal tribord, le moteur principal bâbord a été maintenu pour pouvoir garder à tout moment une distance de sécurité avec l’île ». Le patrouilleur aurait contacté le RCGS Resolute avant de lui donner l’ordre de le suivre sur l’île de Margarita. Devant les hésitations du capitaine du paquebot, des coups de feu auraient été tirés, et le patrouilleur aurait heurté délibérément le navire de croisière[8]. Le paquebot est resté une heure sur zone mais n'a pas reçu de demande d'assistance selon elle[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]