Île de Jekyll

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde insulaire image illustrant l’État américain de Géorgie
Cet article est une ébauche concernant le monde insulaire et l’État américain de Géorgie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Île de Jekyll
Jekyll Island (en)
Image illustrative de l'article Île de Jekyll
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Archipel Sea Islands
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 31° 04′ 12″ N 81° 25′ 13″ O / 31.07, -81.420331° 04′ 12″ N 81° 25′ 13″ O / 31.07, -81.4203
Superficie 23 km2
Administration
État Géorgie
Comté Comté de Glynn
Autres informations
Fuseau horaire UTC-5

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Île de Jekyll
Île de Jekyll

L'île de Jekyll, ou île Jekyll, Jekyll Island en anglais, est une île sur la façade maritime de la Géorgie, proche de l'île de SapeloChristophe Poulain Dubignon (1739-1825), commandant du vaisseau et jeune retraité de la Compagnie des Indes fuyant la Révolution française, a fondé en 1792 une dynastie de planteurs de coton, qui ont contribué au développement de cette culture au tout début du XVIIIe siècle, en particulier en utilisant le Sea island cotton, une variété à meilleurs rendements.

Avec un capital de 240 000 livres, il s'agit de mettre en valeur près de 4 000 hectares de terre, dans un secteur mis en valeur par le général britannique James Oglethorpe à partir de 1738. Parti de Sapelo, en revendant ses parts, il a ensuite poursuivi ses activités à Jekyll island, dont il devient l'unique propriétaire. Financée par l'armateur et négrier de Saint-Malo Pierre-Jacques Meslé de Grandclos, la colonie a ensuite été rejointe par les Réfugiés français de Saint-Domingue en Amérique.

La maison et le cimetière de famille de Christophe Poulain Dubignon sont toujours là sur Jekyll Island, que sa famille a revendus en 1886 pour 125 000 dollars à un groupe de millionnaires souhaitant en faire une réserve de chasse et de pêche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) de Burnette Vanstory et Eugenia Price, Georgia's Land of the Golden Isles, 1981
  • (en) June Hall McCash, Jekyll Island Cottage Colony, 1998
  • Alain Roman, Saint-Malo au temps des négriers
  • (en) Martha L. Keber, Seas of gold, seas of cotton
  • (fr) Eustace Mullins "Les secrets de la Réserve Fédérale", 1952, 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]