Étienne-Alexandre-Jacques Anisson-Dupéron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Étienne-Alexandre-Jacques Anisson-Dupéron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Enfant
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anisson et Anisson-Duperron.

Étienne-Alexandre-Jacques Anisson, dit « Anisson-Dupéron[1]», né le à Paris où il a été guillotiné le , est un directeur de l'imprimerie royale français.

Fils de Jacques Anisson, directeur de l’Imprimerie royale, Étienne-Alexandre-Jacques Anisson le seconde dans cette fonction dès 1765 et devient son associé en 1783. Cinq ans plus tard, en 1788, il lui succède à la tête de l'établissement[2], qui devient, au moment de la Révolution l’Imprimerie exécutive nationale. En 1790, après avoir assuré l'impression de la première série d'assignats (avril 1790)[3], il publia une Lettre sur l’impression des assignats, et fit plusieurs tentatives pour être chargé de la confection des séries suivantes : on lui préféra la firme des frères Didot. En décembre de la même année, il exécuta le décret qui lui ordonnait de faire l’inventaire des effets existants à l’imprimerie royale, et de le déposer aux archives. Inculpé, le 4 juillet 1792, pour l’impression d’un arrêté inconstitutionnel du département de la Somme, il produisit, à l’Assemblée législative, l’ordre qui lui en avait été donné par le secrétaire-général du ministère de l’Intérieur. Après les évènements du 10 aout, Anisson fut obligé de quitter l’établissement qu’à l’exemple de ses ancêtres, il avait enrichi et illustré.

Arrêté en germinal an II, il employa tous ses efforts pour recouvrer sa liberté, et il essaya de faire distribuer des sommes considérables à quelques membres des autorités de Ris et de Corbeil. Ce moyen accéléra sa perte ; il fut traduit devant le tribunal révolutionnaire le 6 floréal an II, condamné à mort, et exécuté le même jour. Son fils Hippolyte devint plus tard directeur de l’établissement que ses aïeux avaient illustré. Son autre fils Alexandre devint préfet avant de devenir inspecteur général de l’Imprimerie Impériale en 1809, puis directeur général de l’Imprimerie Royale sous la Restauration.

On a de lui un Premier Mémoire sur l’impression en lettres, suivi de la Description d’une nouvelle presse, 1785, in-4° ; ce mémoire, lu à l’Académie des sciences, le 3 mars 1783, avait été imprimé dans le tome X des Mémoires de mathématiques et de physique des Savants étrangers. L’auteur s’y donnait pour l’inventeur de la presse à un coup. Cependant, cette invention fut réclamée par Didot, comme ayant imprimé, en 1777, le Daphnis et Chloé de Villoison, avec une presse de cette forme. Une note de l’Épitre sur les progrès de l’imprimerie, à la suite d’un Essai de Fables nouvelles, par Didot fils ainé, Paris, 1786, in-12, a été consacrée à ce sujet. Il est également l’auteur d’un Mémoire sur l’impression en lettres, inséré dans le tome X des Mémoires de Mathématiques et de Physique des Savants étrangers.

En 1792, Étienne-Alexandre-Jacques Anisson a acheté les archives de l'ancien inspecteur de la librairie Joseph d'Hémery. Ces documents, enrichis ses propres archives sont entrées à la Bibliothèque nationale de France[2]. Le fonds, appelé collection Anisson-Duperron apporte de précieux renseignements sur l'histoire de l'imprimerie et de la Librairie à Paris sous l'Ancien Régime[4]. L'essentiel du fonds est numérisé et disponible sur Gallica[5].

Étienne-Alexandre-Jacques Anisson est le père de Alexandre-Jacques-Laurent Anisson-Dupéron.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ou « Duperron ».
  2. a et b « Étienne-Alexandre-Jacques Anisson-Dupéron », sur Data.bnf.fr (consulté le 22 février 2018)
  3. Détails techniques rapportés par Jeanne Veyrin-Forrer, Rapport sur les conférences des années 1987-1988, Livret 5, Paris, École pratique des hautes-études, 1994, p. 99-100.
  4. Ernest Coyecque, Inventaire de la collection Anisson sur l'histoire de l'imprimerie et la librairie, principalement à Paris, Paris, E. Leroux, , 611 p. (lire en ligne)
  5. « Fonds Anisson-Duperron », sur CCFR (consulté le 22 février 2018)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Louis-Gabriel Michaud et Joseph-François Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne : ou, Histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, vol. 2, , 636 p. (lire en ligne), p. 185.