Économiseur d'essence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’automobile image illustrant les techniques, les sciences appliquées ou la technologie
Cet article est une ébauche concernant l’automobile et les techniques, les sciences appliquées ou la technologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La forme ou le fond de cet article sur les transports est à vérifier. (juin 2016)

Améliorez-le, ou discuter des points à vérifier. Si vous venez d'apposer le bandeau, merci d'indiquer ici les points à vérifier.

Un économiseur d'essence est un objet vendu sur le marché parallèle de l'automobile, c'est-à-dire ni monté d'origine ni vendu par des fabricants d'automobile et visant ou promettant des gains en consommation de carburant voire également de puissance.

C'est inexact, de nombreux sites internet marchands existent ainsi que des entreprises bien réelles.

Il existe d'autres types d'économiseur notamment basés sur l'électrolyse dont plusieurs laboratoires reconnus dont la Nasa ont étudié l’efficacité et ont conclu qu'ils permettaient de réduire la consommation des moteurs essence et diesel.


Description[modifier | modifier le code]

Les économiseurs d'essence prétendent agir sur l'arrivée d'essence ou sur l'entrée d'air, dans le but de favoriser une meilleure combustion du carburant. Parmi les promesses les plus répandues, on peut citer une réduction entre 10 et 15 % de la consommation d'essence, une réduction des émissions, une meilleure performance globale du moteur avec un gain de puissance à la clé. Ils sont généralement d'un bas coût de production[1].

Types d'économiseurs d'essence[modifier | modifier le code]

Parmi les types d'économiseurs d'essence présents sur le marché on peut citer les additifs à l'essence (qui sont déjà présents dans sa composition) et les objets (le plus souvent des aimants) se plaçant en amont des injecteurs.

Analyses du marché[modifier | modifier le code]

Selon une association de défense des consommateurs américaine, sur trois marques testées (un additif censé provoquer une meilleure combustion d'essence et deux objets à placer avant les injecteurs sur le circuit de carburant) aucune n'a donné de résultats significatifs d'économie d'essence[2].

Essais sur banc moteur[modifier | modifier le code]

Aucun de ces systèmes n’est monté d’origine ou en seconde monte ou même proposé à la vente par les constructeurs. Pour cause : depuis les années 70 les constructeurs automobiles ont testé ces systèmes à plusieurs reprises sur bancs moteurs et véhicules roulants, essais parfois demandés par des concessionnaires sceptiques. Quel que soit le système ou la façon de l’utiliser, les économies de carburant ne sont que dans le discours de ceux qui les vendent. Après démontage complet, on peut constater que la plupart des systèmes sont des aimants permanents, ce qui n'a aucun effet sur l'essence ou le diesel.Les aimants agissent seulement sur les particules de fer, non présentes dans les carburants.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Traduction en cours depuis l'article anglophone

Notes et références[modifier | modifier le code]