Économie (discipline)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Économique)

L'économie (ou économie politique, science économique ou encore sciences économiques) est une discipline qui étudie l'économie en tant qu'activité humaine, qui consiste en la production, la distribution, l'échange et la consommation de biens et de services.

Le nom économie provient du grec ancien οἰκονομία / oikonomía qui signifie « administration d'un foyer ».

Si Xénophon et Aristote ont chacun écrit un traité sur l'économie, néanmoins la pensée économique moderne se développe avec le mercantilisme au XVIIe siècle, les physiocrates au XVIIIe siècle. L'économie politique débute avec Adam Smith (fin du XVIIIe siècle), et surtout David Ricardo ou encore Jean-Baptiste Say (début XIXe siècle). C'est avec la révolution marginaliste à la fin du XIXe siècle que l'économie se constitue comme une discipline scientifique et s'institutionnalise.

Au sein de la discipline, on distingue deux grandes approches. La macroéconomie étudie les grands agrégats économiques (l'épargne, l'investissement, la consommation, la croissance économique), alors que la microéconomie étudie le comportement des agents économiques (individus, ménages, entreprises) et leurs interactions, notamment sur les marchés.

Comme dans d'autres disciplines, l'économie se décline selon un spectre depuis la théorie économique, qui vise à construire un corpus de résultats fondamentaux et abstraits sur le fonctionnement de l'économie, jusqu'à l'économie appliquée, qui utilise les outils de la théorie économique et des disciplines connexes pour étudier des domaines précis comme le travail, la santé, l'immobilier, l'organisation industrielle ou encore l'éducation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines de la pensée économique[modifier | modifier le code]

Les origines de la pensée économique remontent aux civilisations mésopotamienne, grecque, indienne, chinoise, perse et arabe.

Civilisations mésopotamiennes[modifier | modifier le code]

À partir de la fin du VIe millénaire av. J.‑C. les cités-États de Sumer ont développé leurs commerces et leurs économies à partir des marchés de matières premières.

Les premiers codes de loi de Sumer pourraient être considérés comme les premiers écrits économiques, dont de nombreux attributs sont encore en usage dans la valorisation des prix d'aujourd'hui tels les montants codifiés d'échange d'argent lors des échanges commerciaux (taux d'intérêt), amendes, règles d'héritage, lois concernant la façon dont la propriété privée doit être imposée ou divisée, etc.[1].

Monde grec[modifier | modifier le code]

Dans la Grèce antique, le terme économique apparaît comme le titre d'un traité de Xénophon (Économique) et d'un ensemble de traités attribués à Aristote (Économiques), dont l'objet est la connaissance et la formulation des lois (« nomos ») permettant d'optimiser l'utilisation des biens d'une maison (« oikos »), considérée comme unité collective de production d'une famille élargie ou d'un clan.

Chez Aristote, la richesse est considérée du point de vue de l'abondance des biens produits et de leur utilité, non de l'accumulation de monnaie par l'usure ou le négoce dont les procédés font l'objet d'une autre discipline qu'Aristote appelle chrématistique (de khréma (la richesse) et -atos (degré superlatif)) et qu'il considère comme des activités stériles, voire déshonorantes dans l'Éthique à Nicomaque).

L'Économique est explicitement distingué de la Politique, laquelle fait l'objet d'un autre traité d'Aristote et vise à établir l'harmonie et la justice entre les différentes classes de personnes et de familles qui constituent la cité.

Inde[modifier | modifier le code]

Le philosophe indien Chânakya (340-293 av. J.-C.), conseiller auprès du trône de l'empire Maurya de l'ancienne Inde, développe de nombreux concepts économiques, notamment dans son œuvre principale Arthashastra (La Science des richesses et du bien-être)[2],[3],[4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Après avoir découvert la Muqaddima (1377), Joseph Schumpeter voit en Ibn Khaldoun (1332-1406) le plus proche précurseur de l'économie moderne[5], même si la plupart de ses théories économiques ne furent connues en Europe qu'à une époque relativement récente[6].

Au Moyen Âge les penseurs économiques sont avant tout des théologiens comme Thomas d'Aquin ou Ibn Khaldoun.

Dans sa Somme théologique, Thomas d'Aquin examine de nombreuses questions de nature économique, dont la justification de la propriété privée, du commerce et du profit.

Raisonnant dans le cadre du droit naturel, les penseurs scolastiques, ils préfigurent l'économie moderne dans le domaine de la politique monétaire, de l'intérêt, et la théorie de la valeur dans le cadre du droit naturel[7].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Portrait de Jean-Baptiste Colbert
Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) est la grande figure du mercantilisme en France.

À partir de la seconde moitié du XVe siècle et jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, la pensée économique se structure autour de la doctrine mercantilisme[8]. Le mercantilisme est contemportain de l'émergence de la notion d'État face au pouvoir papal papal et au système féodal[9].

Les penseurs mercantilistes prônent le développement économique par l'enrichissement des nations au moyen du commerce extérieur qui permet de dégager un excédent de la balance commerciale grâce à l'investissement dans des activités économiques à rendement croissant. Ils accordent un rôle primordial à l'État et prône des politiques protectionnistes établissant des barrières tarifaires et encourageant les exportations tout en visant à l'unification du marché national. Cette doctrine économique connaît son apogée du XVIe au XVIIIe siècle. Elle estime que la richesse d'une nation dépend de l'importance de sa population et de l'accumulation d'or et d'argent. Les nations qui n'ont pas accès aux mines peuvent obtenir l'or et l'argent en favorisant leur outil productif et en stimulant leurs exportations[10],[11].

C'est au XVIIe siècle qu'apparaît la notion d'économie politique avec la publication d'Antoine de Montchrestien Traité d'économie politique (1615).

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

François Quesnay (1694-1774) est le chef de file de l'école physiocrate. Il est l'auteur du Tableau économique (1759).

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la doctrine mercantiliste est remise en cause par les physiocrates d'une part et par la naissance de l'économie classique avec Adam Smith d'autre part.

Inspirés en particulier par des ouvrages comme celui de Richard Cantillon[12], Essai sur la nature du commerce en général (1755) les physiocrates considèrent que la seule activité réellement productive est l'agriculture. La terre multiplie les biens : une graine semée produit plusieurs graines. Au bout du compte, la terre laisse un produit net ou surplus. L'industrie et le commerce sont considérés comme des activités stériles car elles se contentent de transformer les matières premières produites par l'agriculture[13].

Les physiocrates s'attachent à la recherche des lois naturelles qui régissent les activités des hommes. Ils ont notamment schématisé l'économie comme un flux de revenus et de dépenses améliorant le modèle de Boisguilbert[14],[15].

Adam Smith (1723-1790) est un philosophe et économiste écossais. Son ouvrage La Richesse des nations (1776) est considéré comme l'ouvrage fondateur de l'économie politique classique.

En 1776, Adam Smith publie Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, considéré comme l'ouvrage fondateur de l'économie classique[16]. Cette publication propose une synthèse cohérente des connaissances économiques de cette époque. Si Adam Smith est aujourd’hui surtout connu en tant qu’économiste, il se considérait avant tout comme professeur de philosophie morale (qu’il avait enseignée à Glasgow). Ainsi, la Richesse des nations ne traite pas seulement d’économie (au sens moderne), mais aussi d’économie politique, de droit, de morale, de psychologie, de politique, d’histoire, ainsi que de l’interaction et de l’interdépendance entre toutes ces disciplines. L’ouvrage, centré sur la notion d'intérêt personnel, forme un ensemble avec la Théorie des sentiments moraux, où il avait exposé la sympathie inhérente à la nature humaine[notes 1].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Économie politique classique[modifier | modifier le code]

Portrait de Thomas Malthus
Thomas Malthus (1766-1834) préconise un contrôle de la population car il craint que les ressources naturelles ne soient pas infiniment exploitables. Il est l'auteur de l'Essai sur le principe de population (1798).

Pour Adam Smith, augmentation de la population est synonyme d'augmentation de la richesse. Thomas Malthus, pasteur chargé de l'aide aux pauvres dans sa commune, est frappé par la misère engendrée par les mauvaises récoltes de 1794 à 1800. Il s'intéresse alors aux problématiques du progrès, de la croissance de la population et de la richesse. Son ouvrage principal, Essai sur le principe de population (1798), connait une grande popularité et conduit à un des premiers recensements de la Grande-Bretagne.

Jean-Baptiste Say, industriel et économiste français est l'auteur du Traité d'économie politique (1803). On lui attribue la « loi des débouchés ».
David Ricardo (1772-1823) est l'auteur de Ricardo et 1817 Des principes de l'économie politique et de l'impôt (1817). On lui doit notamment la théorie des avantages comparatifs qui est une des théories fondatrice de l'économie internationale.

Avec la publication Des principes de l'économie politique et de l'impôt (1817), l'économiste et philosophe britannique David Ricardo développe et enrichit les thèses de la valeur, du libre-échange popularisées par Adam Smith. Pour Daniel Villey, « les bases essentielles du système ricardien — la loi de la population, la loi des rendements décroissants, la théorie de la rente — viennent de Malthus »[17]. Pour Malthus[18], la population a tendance à augmenter géométriquement alors que la production de denrées alimentaires ne s'accroît que de manière arithmétique. Pour rétablir l'équilibre, la Nature dresse des obstacles efficaces (famines, épidémies etc.) mais inhumains[19]. Pour Malthus, un pasteur, il conviendrait plutôt de limiter la reproduction par des moyens artificiels[19]. Il y a chez lui un certain pessimisme sur les capacités d'augmenter la production du fait de la Loi des rendements décroissants. Malthus conteste également qu'une économie de marché conduise automatiquement au plein emploi comme le fera également Keynes plus tard.

Alors qu'Adam Smith s'intéressait à la production de revenus, David Ricardo[20] axe ses recherches sur la distribution des revenus entre les propriétaires fonciers qui perçoivent des rentes, les travailleurs qui reçoivent des salaires (qui sont liés au minimum nécessaire pour subsister et donc au prix du blé) et les capitalistes dont les revenus sont constitués par les profits[21]. Au centre de la problématique ricardienne se trouve le problème de la rente foncière (pour lui, la croissance de la population et des capitaux se heurte à une offre inchangée de terre qui pousse la rente foncière vers le haut et entraîne une baisse des salaires et des profits[22]. L'œuvre de Ricardo se situe dans le contexte de l'abolition des corn laws qui favorisent les propriétaires terriens et de la conversion de l'Angleterre au libre-échange dont Ricardo avec la loi des avantages comparatifs est l'un des grands théoriciens.

À la fin de la tradition classique, John Stuart Mill (1806-1873) se distingue des économistes antérieurs de cette école sur la question de la redistribution des revenus produits par le marché. Il attribue deux rôles au marché : une capacité à répartir des ressources et une capacité à répartir les revenus. Si le marché est efficace dans l'allocation des ressources, il l'est moins dans la distribution des revenus, ce qui oblige la société à intervenir[23].

Portrait de Karl Marx
Karl Marx est l'auteur de Das Kapital, publiés en 1867, 1885 et 1894).

La théorie de la valeur est un concept important dans la théorie classique. Adam Smith écrit que le prix réel de chaque chose est le labeur et la peine de l'acquérir sous influence de sa rareté. Il soutient que, avec les rentes et les profits, les frais autres que les salaires entrent aussi dans le prix d'un produit[24]. David Ricardo a systématisé et simplifié cet aspect de la pensée smithienne en élaborant ce qui a été appelé la « théorie de la valeur travail » qui a été plus tard reprise par Karl Marx alors que les néo-classiques lui ont substitué la théorie de l'utilité marginale.

Révolution marginaliste[modifier | modifier le code]

La révolution marginaliste survient vers 1870-1871 quand Léon Walras, William Stanley Jevons et Carl Menger introduisent le concept d'utilité marginale centré sur la valeur pour le consommateur et récusent la valeur travail[25]. Toutefois, entre les trois fondateurs du marginalisme, il est possible de relever de fortes différences.

Léon Walras (1834-1910) est considéré comme le fondateur de l'école de Lausanne.

Léon Walras adopte une approche hypothético-déductive et propose un système d'équilibre général très abstrait.

Stanley Jevons (1835-1882)

Stanley Jevons, tout comme Léon Walras, veut également mathématiser l'économie mais il est plus inductif, il veut partir de l'étude des faits, des réalités, en raisonnant dans un cadre qui reste utilitariste (raisonnement sur le plan du plaisir et de la peine ou des avantages et inconvénients). Cette démarche aura une forte influence sur l'économie notamment aux débuts du vingtième siècle et marque toute l'économie appliquée actuelle.

Carl Menger (1840-1921), le fondateur de l'école autrichienne.

Carl Menger rejette l’usage des mathématiques et considère l’utilisation d’équations simultanées « à la Walras » comme incapable de mettre en lumière les relations causales ainsi que de rendre compte de la fugacité des échanges. Il trouve qu'il y a quelque chose de collectiviste chez le fondateur de l'école de Lausanne[26] ; ce que cherche Menger, c’est une science capable de rendre compte du comportement des agents, de saisir l’essence des phénomènes économiques[26].

Institutionnalisation de la discipline[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, les sciences économiques se structurent comme une discipline académique avec la création de départements d'économie dans les universités, de revues académiques spécialisées et d'associations professionnelles.

Par exemple aux États-Unis, le département d'économie de l'université Harvard est créé en 1897 et le département d'économie de l'université de Californie à Berkeley est créé en 1903[27],[28]. L'American Economic Association est créée en 1885, le Quarterly Journal of Economics en 1886, le Journal of Political Economy en 1892 et l'American Economic Review en 1911.

Au Royaume-Uni, la British Economic Association, ancêtre de la Royal Economic Society est fondée en 1890, la revue The Economic Journal en 1891 et la London School of Economics en 1895[notes 2].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, la science économique connaît deux grandes révolutions avec l'apparition de la macroéconomie et de l'économétrie.

Avec la publication de la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936), John Maynard Keynes crée le champ de la macroéconomie.

Portrait de John-Maynard Keynes.
John Maynard Keynes (1883-1946) est considéré comme le père fondateur de la macroéconomie. Il est l' auteur de Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie.
Ragnar Frisch fonde la société d'économétrie en 1930 et la revue Econometrica en 1933.

Les années 1930 sont aussi marquées par le développement de l'économétrie. Ragnar Frisch crée la société d'économétrie en 1930 et la revue Econometrica en 1933. Le développement de l'économétrie conduit à un usage de plus en plus importants des statistiques dans la science économique. Les modèles économétriques peuvent aussi bien être utilisés pour calibrer un modèle économique existant que pour tester sa validité empirique.

Dans les années 1940 et 1950, les sciences économiques sont marquées par le développement des théories de la croissance économique avec le modèle de Harrod-Domar et surtout le modèle de Solow (Solow 1956), le développement des fondements de la théorie des jeux avec l'ouvrage fondateur de John von Neumann et Oskar Morgenstern (von Neumann et Morgenstern 1944) et les travaux de John Nash, et l'accomplissement des recherches sur l'équilibre général en concurrence parfaite avec les travaux de Kenneth Arrow et Gérard Debreu qui montrent les conditions d'existence et d'unicité de l'équilibre général imaginé par Léon Walras.

Dans les années 1960, les sciences économiques explorent de nouveaux sujets comme l'éducation, la criminalité ou encore la famille. Les travaux de Gary Becker sont emblématiques de cette tendance à utiliser la théorie économique pour analyser des sujets hors du domaine traditionnel de l'économie. En macroéconomie, les années 1960 sont marquées par les débats sur l'arbitrage inflation-chômage mis en évidence par la courbe de Phillips (Phillips 1958). La remise en cause de cette courbe avec le phénomène de stagflation conduit à formuler différentes hypothèses sur les anticipations des agents (anticipations adaptatives puis anticipations rationnelles).

Dans les années 1970 se développent les modèles économiques en information imparfaite comme le modèle de George Akerlof sur les asymétries d'information dans un marché (Akerlof 1970).

En macroéconomie, la fin des années 1980 et le début des années 1990 est marqué par un renouvellement des travaux sur la croissance économique autour de la notion de croissance endogène.

Les années 1990 et 2000 sont caractérisées par une part de plus en plus importantes de travaux empiriques dans la recherche en économie. Cette évolution est particulièrement vraie en économie du travail, en économie de l'éducation ou encore en économie du développement[29],[30]. Le développement de l'économétrie appliquée dans ces années là est notamment lié au développement d'un champ de recherche autour de l'inférence causale (voir notamment le modèle causal de Neymann-Rubin) et la diffusion de protocoles de recherche comme la méthode des variables instrumentales, la méthode des doubles différences ou encore la régression sur discontinuité. Les travaux de David Card sur l'effet de l'immigration sur le marché du travail (Card 1990) ou de David Card et Alan Krueger sur l'effet du salaire minimum sur l'emploi (Card et Krueger 1994) sont représentatifs de ce champ de recherche.

Courants et écoles de pensée[modifier | modifier le code]

L'économie compte de nombreux courants et écoles de pensées. Certains courants comme le mercantilisme, les physiocrates ou l'école classique ont été importants dans l'histoire de la pensée économique mais ne sont plus vraiment représentés aujourd'hui.

Parmi les écoles de pensées, certaines se définissent comme hétérodoxes. Ce sont certains membres de institutionnalisme américain comme Hale Walton Hamilton qui ont été les premiers à rrevendiquer cette étiquette[notes 3].

Parmi les autres écoles hétérodoxes, les plus souvent citées sont l'école autrichienne, le marxisme, le post-keynésianisme, mais aussi l'économie féministe[31], l'économie évolutionniste, la théorie de la dépendance, l'économie structuraliste, la théorie des systèmes mondiaux [32], ou encore l'école de la régulation et l'économie des conventions.

Les courants ou écoles de pensée qui ne se revendiquent pas de l'hétérodoxie sont qualifiés d'orthodoxes. Parmi ces courants, on compte l'école classique , l'école néoclassique, le keynésianisme, l'école de la synthèse, le monétarisme, la nouvelle économie classique ou encore la nouvelle économie keynésienne.

École classique[modifier | modifier le code]

L’école classique regroupe des économistes du XVIIIe siècle et du XIXe siècle. Ses membres les plus importants sont, en Grande-Bretagne, Adam Smith (1723-1790), David Ricardo (1772-1823), Thomas Malthus (1766-1834), John Stuart Mill (1806 -1873), et en France, Étienne Bonnot de Condillac (1715-1780), Anne Robert Jacques Turgot (1727-1781), Jean-Baptiste Say (1767-1832) et Frédéric Bastiat (1801-1850).

Le terme a été employé pour la première fois par Karl Marx dans Le Capital[33].

Les auteurs postérieurs ont donné des définitions différentes de l'école classique. Par exemple, Karl Marx définit l’école classique par l’adhésion au concept de la valeur travail.

Carl Menger caractérise lui aussi l’école classique par la notion de valeur travail.

John Maynard Keynes définit l’école classique par l’adhésion à la « loi des débouchés » ou loi de Say dans la version popularisée par James Mill.

École autrichienne[modifier | modifier le code]

L'école autrichienne d’économie est une école de pensée économique hétérodoxe qui prend comme point de départ l'individualisme méthodologique, rejette l’application à l’économie des méthodes employées par les sciences naturelles, s’intéresse aux relations causales entre les événements, dont l’origine est l’action des individus et développe également une conception subjective de la valeur et l'importance du marché comme révélateur des préférences individuelles et régulateur de la société.

On la fait généralement débuter en 1871 avec la publication par Carl Menger de ses Principes d'économie. Ses principaux représentants sont Carl Menger, Eugen von Böhm-Bawerk, Ludwig von Mises, Friedrich Hayek, Murray Rothbard et Jesús Huerta de Soto. L'expression « école autrichienne » a été utilisée pour la première fois vers 1870 par les économistes allemands de l'école historique, comme expression de mépris envers les thèses de Carl Menger, opposées aux leurs.

Les partisans de l'école autrichienne défendent généralement des idées très libérales en matière économique et plus généralement d’organisation de la société.

Économie néoclassique[modifier | modifier le code]

La London School of Economics un des grands centres de l'enseignement de l'économie mainstream.

L'école néoclassique représente le « mainstream » c'est-à-dire le corpus enseigné dans les grandes universités américaines et d'autres comme la London School of Economics ou, semble-t-il, en France l'école d'économie de Paris et l'école d'économie de Toulouse et mis en œuvre dans les grandes institutions économiques mondiales (banques centrales, FMI, Banque mondiale, OCDE etc.)

Si le premier à utiliser le mot néo-classique fut Thorstein Veblen en 1900 pour désigner l'économie marshallienne, son usage s'est imposé à travers la redécouverte de Walras par Hicks, un article de George Stigler de 1941 et surtout par l'emploi de ce terme par Samuelson dans son manuel d'économie qui était alors le plus répandu au monde[34]. Les historiens de la pensée économique se sont demandé pourquoi le courant keynésien majeur avait adopté cette appellation. Plusieurs raisons sont avancées[35] : recourir à des techniques d'expertise objectives permettait de satisfaire les patrons des universités qui recherchaient des économistes politiquement corrects, par ailleurs, le recours à des techniques sophistiquées faisaient que le débat était réservé aux insiders et de fait les débats économiques des années cinquante-soixante-technique tel que la controverse des deux Cambridge (en clair une opposition entre néo-keynésien et post-keynésien) est relativement ésotérique.

À partir des années 1970 et de travaux de Kenneth Arrow sur l'équilibre général, le néoclassicisme se fait plus libéral classique, d'autant que l'école de Chicago attaque les néo-keynésiens sur trois points : les changes fixes, la courbe de Phillips et l'intérêt de politiques budgétaires actives. Au contraire, ils vont montrer l'intérêt du contrôle de la masse monétaire pour limiter l'inflation. L'école néo-classique prend une tonalité plus libérale classique et subit également l'influence de Friedrich Hayek. Avec la crise économique de 2008-2010, elle semble redevenir plus keynésienne avec la nomination de certains de ses membres au FMI. L'économie néoclassique a recours de manière systématique au mécanisme d'offre et de demande pour déterminer les quantités et les prix à l'équilibre et pour étudier comment cela affecte la répartition de la production et la redistribution des revenus. Les marginalistes refusent la théorie de la valeur-travail héritée de l'économie classique et lui substituent l'utilité marginale[36].

Par la microéconomie, l'économie néoclassique présente les incitations et les coûts comme jouant un rôle omniprésent dans l'élaboration de la prise de décision. Par exemple, la théorie du consommateur et la demande individuelle isolent la façon dont les prix (les coûts) et le revenu touchent la quantité demandée. En macroéconomie, ceci se traduit par une rapide et durable synthèse néoclassique[37],[38].

Courant marxiste[modifier | modifier le code]

L'économie vue par les marxistes résulte des travaux de Karl Marx (notamment des trois livres constituant Das Kapital, publiés en 1867, 1885 et 1894) et de Friedrich Engels. Sur un plan général, l'économie n'est pas dans cette optique une science complètement séparée de la sociologie, de l'histoire, ou de l'anthropologie[39]. Au contraire le matérialisme historique vise à unifier toutes les sciences sociales dans une science de la société[39]. Par ailleurs, trois points essentiels caractérisent ainsi l'économie du point de vue marxiste[40] : le travail salarié, l'exploitation du prolétariat et les crises liées à l'accumulation de capital.

Si Marx reprend la théorie de la valeur travail de Ricardo, il reproche à cet auteur de ne pas avoir analysé comment le système capitaliste avait émergé et comment cela avait donné aux capitalistes le pouvoir et la capacité d'exploiter les travailleurs qui n'ont que leur force de travail à vendre[40]. Les crises s'inscrivent dans le cadre des lois de l'évolution du mode de production capitaliste.

Au niveau global, selon l'approche marxiste de l'économie, il y aurait des lois de l'évolution du capitalisme[41] telles que : la propension des capitalistes à accumuler, la tendance à des révolutions technologiques constantes, la soif inextinguible des capitalistes pour la plus-value, la tendance à la concentration, la tendance du capital à devenir de plus en plus « organique » (c'est-à-dire à moins recourir au capital variable qu'est la force de travail), la tendance au déclin du taux de profit, la lutte des classes, la tendance à une polarisation sociale croissante, la tendance à ce que les salariés soient employés dans des entreprises de plus en plus grandes et enfin, l'inéluctabilité des crises dans le système capitaliste[42]. Les crises sont dans ce cadre toujours des crises de surproduction alors que les crises précapitalistes étaient des crises de sous-production. Les crises sont vues par les marxistes comme un moyen pour le capitalisme de se renouveler[43].

Cette économie part d'une analyse critique du système capitaliste. Selon elle, le capitalisme correspond à des rapports sociaux de dominations entre le facteur travail et le facteur capital. Ses concepts sont : le mode de production – la théorie de la valeur (la valeur d'un bien et d'un service dépend de la quantité de travail nécessaire pour la production de ce bien ou service mais le salaire ne représente pas en réalité la valeur du bien ou du service) – la formation de la plus-value puis du profit – la théorie de l'exploitation – la baisse tendancielle du taux de profit.

Pour eux il n'y a aucun progrès social avec les classiques malgré les progrès techniques[réf. nécessaire]. Les détenteurs de capitaux détiennent un pouvoir sur la production et donc sur les salariés. Ces économistes contestent la propriété privée lucrative des moyens de production et pensent que la maîtrise de la production devrait revenir directement aux salariés eux-mêmes ou en propriété d'état de manière transitoire selon les courants[44],[45].

Courant keynésien et post keynésien[modifier | modifier le code]

Pour John Maynard Keynes (1883-1946), une économie de marché ne possède pas de mécanismes qui la conduisent de façon automatique vers le plein emploi de ses ressources, d'où la possibilité d'un chômage involontaire qui rend nécessaire une intervention extérieure au marché. Keynes raisonne d'emblée sous l'angle macroéconomique d'offre globale et de demande globale. Dans son cadre macroéconomique, la production, et donc l'emploi, dépend des dépenses. Si la demande n'est pas suffisante, les entreprises ne produiront pas assez et n'emploieront pas tous les salariés d'où la nécessité pour le gouvernement de conduire des politiques de soutien à la demande, c'est-à-dire de soutien à la consommation et/ou à l'investissement. Keynes insiste particulièrement sur l'investissement.

Au cœur de la révolution keynésienne se trouve la réfutation de la « loi dite des débouché » de Jean-Baptiste Say qui énonce que l'offre crée sa propre demande. Cette loi fonde ou plutôt exprime l'optimisme et aussi le naturalisme de l'économie classique qui veut qu'il ne puisse y avoir de crise de surproduction durable.

Le keynésianisme de Keynes a eu trois successeurs. Les post-keynésiens, souvent associés à l'université de Cambridge et à Joan Robinson, mettent l'accent sur les rigidités macroéconomiques et d'ajustement[46]. Les keynésiens de la synthèse néoclassique ont dominé la période des Trente Glorieuses et de nos jours la nouvelle économie keynésienne met davantage l'accent sur les comportements humains et les imperfections des marchés. Au niveau des théories de la croissance, ils utilisent des modèles de croissance endogènes.

Institutionnalisme[modifier | modifier le code]

Thorstein Veblen (1857-1929) est le père fondateur de l'institutionnalisme. Il est l'auteur de Théorie de la classe de loisir (1899).

Thorstein Veblen publie en 1899 « Why is Economics not an Evolutionary Science? », le document fondateur de l'École institutionnaliste.

Il rejette de nombreux postulats de l'école néoclassique, comme l'hédonisme individuel justifiant la notion d'utilité marginale, ou l'existence d'un équilibre stable vers lequel l'économie converge naturellement.

L'École institutionnaliste comprend des héritages de l'école historique allemande. elle se développe principalement aux États-Unis, où ses représentants sont : Arthur R. Burns, Simon Kuznets, Robert Heilbroner, Gunnar Myrdal, John Kenneth Galbraith.

Simon Kuznets (1901-1985) est considéré comme l'un des contributeurs importants à la théorie de la croissance économique et comme l'un des « pères des comptes nationaux ». Il est connu pour être l'inventeur d'un agrégat fameux : le produit intérieur brut (PIB), créé à la suite de la Grande dépression.

Branches[modifier | modifier le code]

Parmi les branches de l'économie, certaines, comme la microéconomie, macroéconomie ou l'économétrie, constituent des approches transverses de l'économie. D'autres branches de l'économie comme l'économie du travail, l'organisation industrielle, l'économie internationale ou l'économie de l'éducation, sont centrées sur une thématique ou un sujet particulier.

Microéconomie[modifier | modifier le code]

Paul Anthony Samuelson est un des pères fondateurs de la microéconomie. Il est l'auteur de L'Économique (première édition 1948), un des manuels de référence dans la discipline au XXe siècle et de Foundations of Economic Analysis.

Pour Paul Krugman et Robin Wells, « l'un des thèmes majeurs de la microéconomie est la recherche de la validité de l'intuition d'Adam Smith, à savoir que des individus cherchant à satisfaire leurs intérêts propres contribuent souvent à promouvoir les intérêts de la société dans son ensemble »[47]. En effet, ce qui intéresse la microéconomie, c'est tout d'abord l'étude des choix des agents économiques, c’est-à-dire de la manière dont ils procèdent à des « arbitrages » entre différentes options possibles, en comparant leurs avantages et leurs inconvénients pour la poursuite de leurs objectifs ou la satisfaction de leurs intérêts, postulat utilitariste.

La microéconomie examine les interactions existant sur les marchés en fonction de la rareté de l'information et la réglementation gouvernementale. On distingue le marché d'un produit ou service, par exemple celui du maïs frais, des marchés des facteurs de production, capital et travail. La théorie compare les agrégats de la quantité globale demandée par les acheteurs et la quantité fournie par les vendeurs et détermine ainsi le prix. Elle bâtit des modèles pour décrire comment le marché peut atteindre l'équilibre en matière de prix et de quantité ou comment réagir aux changements du marché au fil du temps, c'est ce qu'on appelle le mécanisme de l'offre et de la demande. Les structures de marché, telles que la concurrence parfaite, le monopole ou l'oligopole, sont analysées en fonction des conséquences sur le plan du comportement et de l'efficacité économique. L'analyse d'un marché unique se fait à partir d'hypothèses simplificatrices : rationalité des agents, équilibre partiel (c'est-à-dire qu'on suppose les autres marchés ne sont pas affectés). Un raisonnement en équilibre général permet d'analyser les conséquences sur les autres marchés, et peut permettre de comprendre les interactions et les mécanismes qui peuvent ramener à l'équilibre[48].

Théorie microéconomique traditionnelle[modifier | modifier le code]

La théorie microéconomique standard suppose que les agents économiques, ménages ou entreprises, sont « rationnels[49] » c’est-à-dire qu'ils sont censés disposer de capacités cognitives et d'informations suffisantes pour pouvoir, d'une part, construire des critères de choix entre différentes actions possibles et identifier les contraintes pesant sur ces choix, contraintes tant « internes » (leurs capacités technologiques s'il s'agit d'entreprises, par exemple), qu'« externes » (c’est-à-dire résultant de leur environnement économique), et, d'autre part, maximiser leur satisfaction sous contraintes. C'est le paradigme de l'Homo œconomicus[50] qui n'implique pas a priori que les critères de choix des individus soient purement égoïstes, ces derniers pouvant parfaitement être « rationnellement » altruistes.

Cette théorie doit son existence à la synthèse opérée par l'économie mathématique néoclassique des années 1940 et 1950 entre les apports du courant marginaliste du XIXe siècle et la théorie de l'équilibre général de Walras[51] et de Pareto[52]. John Hicks et Paul Samuelson sont considérés comme « les pères » de la microéconomie traditionnelle actuelle[53]. Celle-ci s'organise autour de quatre volets :

  1. La théorie du consommateur, qui étudie le comportement de ménages devant effectuer des choix de consommation de biens sous contraintes budgétaires ;
  2. La théorie du producteur, qui étudie le comportement d'entreprises qui veulent maximiser leur profit sous contraintes technologiques ;
  3. La théorie de l'échange sur des marchés, ces marchés pouvant être concurrentiels ou non concurrentiels ;
  4. La théorie de l'optimum économique, qui mobilise le concept d'optimum de Pareto pour juger de l'efficacité économique collective des interactions entre agents au travers des échanges.

La théorie traditionnelle s'inscrit dans la perspective de l'équilibre général walrassien et a tendance « à assimiler le fonctionnement réel de la société à celui du modèle abstrait d'équilibre général »[54].

Marché et défaillances du marché[modifier | modifier le code]

La poursuite de l'intérêt particulier conduit souvent à l'intérêt général mais pas toujours.

Dès le début du XXe siècle et les travaux de Arthur Cecil Pigou, le concept de défaillance du marché s’est imposé dans la théorie économique orthodoxe. C’est un cas dans lequel le marché échoue dans l'allocation optimale des ressources économiques et des biens et services[55]. Si la théorie économique décrivait déjà des situations de monopole (ou d'un cartel), ce concept décrit également d’autres situations, comme celle où coexistent chômage et pénurie de main d'œuvre (logements vides et personnes sans logements, etc.), ou encore la présence de pollution.

Une défaillance de marché, qui concerne l'allocation économique, est une notion différente de celle plus financière d'anomalie de marché, au sens de non efficience du marché. Cette dernière concerne plutôt une anomalie du rendement financier (et une anomalie de prix[notes 4], puisque le rendement a pour dénominateur le prix) due à des phénomènes comportementaux. Les deux phénomènes peuvent toutefois être les causes ou la conséquence l'un de l'autre, ou résulter de causes communes.

La notion de défaillance est éminemment politique et donc matière à controverse, dans la mesure où elle sert à justifier des interventions politiques visant à « corriger », voire à supprimer, le marché. Toutefois, la plupart des économistes l'utilisent, mais plutôt par rapport à des cas où le fonctionnement réel d'un marché donné s'éloigne significativement du marché idéal, sous l'effet de trois principales séries de causes :

Prise en compte de la concurrence imparfaite[modifier | modifier le code]

À partir des années 1970, le paradigme dominant de la microéconomie connaît une forte inflexion[58] de façon à mieux intégrer toutes les défaillances et imperfections du marché. Pour Pierre Cahuc « la nouvelle microéconomie s'est constituée progressivement, à partir de critiques éparses, souvent initialement isolées, du modèle walrasien »[54]. Plus généralement, pour l'économiste Anne Perrot, l'édifice théorique de la microéconomie traditionnelle laissait « désarmé l'économiste à la recherche d'une représentation positive du fonctionnement du marché »[59].

Le cadre général de la nouvelle microéconomie est davantage réduit à l'analyse d'un seul marché et sa démarche scientifique est plus axée sur la recherche de constat jugé représentatif du fonctionnement de l'économie (constats appelés « faits stylisés »[59]). « Ces approches relèvent [...] certains des défis que l'économie hétérodoxe, « institutionnaliste », a longtemps adressés à la théorie néoclassique »[59].

John von Neumann (1903-1957) est l'auteur de Theory of Games and Economic Behavior, un ouvrage fondateur de la théorie des jeux et de la théorie de l'utilité espérée.

La nouvelle microéconomie met l'accent sur les problèmes d'incitations, d'information et sur la théorie des jeux. Par « incitation », on entend toute action d'un agent économique (qui peut être l'État) conduisant certains agents économiques à adopter tel ou tel type de comportement. Cette notion prend tout son sens si l'on considère que l'information disponible est inévitablement limitée pour un agent économique soucieux d'inciter d'autres agents à se comporter dans le sens de ses intérêts (lui donner les « bonnes » incitations de son point de vue).

La théorie des jeux, quant-à-elle, est une branche des mathématiques appliquées qui étudie les interactions stratégiques entre agents. Dans cette théorie les agents choisissent les stratégies qui maximiseront leurs bénéfices étant données les stratégies que les autres agents choisiront. Elle fournit une modélisation formelle des situations dans lesquelles ceux qui prennent des décisions interagissent avec d'autres agents[60]. La théorie des jeux généralise l'approche maximisatrice développée d'abord pour l'analyse des marchés, elle a été développée à partir du livre de 1944 Theory of Games and Economic Behavior, de John von Neumann et Oskar Morgenstern.

L'extension de l'approche microéconomique a également conduit au développement de la « théorie des contrats ». Cette théorie conçoit les organisations, les institutions, les familles ou les entreprises, comme des ensembles de contrats (des « nœuds de contrats » dans le jargon économique)[61],[58]. Une entreprise est, par exemple, un nœud composé de contrats de travail, liant l'entreprise à ses salariés, de contrats la liant à ses clients et à ses fournisseurs, de contrats d'engagements bancaires et financiers, de contrats légaux la liant à son État ou ville de résidence en matières fiscale et règlementaire. Les marchés sont un autre cas particulier de tels nœuds de contrats, ici des contrats d'échange. Les États, au sens des organisations politiques gérant des espaces géographiques déterminés, sont un autre exemple de nœud contractuel, les Constitutions (ou les Chartes) se présentant comme des contrats généraux liant ces organisations aux peuples qu'ils gouvernent.

Un aspect important de ces contrats est d'être généralement « incomplets », c'est-à-dire incapables de spécifier entièrement les engagements des parties dans tous les cas possibles[62]. Le développement de cette théorie a naturellement entraîné un approfondissement des théories de la négociation et de la renégociation. En effet, son propos est non seulement d'expliquer comment et pourquoi se forment des contrats entre les agents, mais aussi les raisons pour lesquelles ils les remettent, ou pas, en cause au cours du temps.

La nouvelle microéconomique peut être utilisée par l'économie industrielle, l'économie du travail et l'économie publique du fait de son aptitude à se rapprocher des préoccupations pratiques des autorités de régulation et de certains industriels[59].

Macroéconomie[modifier | modifier le code]

La macroéconomie étudie l'économie dans son ensemble pour expliquer les grands agrégats (indicateurs économiques) et leurs interactions, en utilisant une forme simplifiée de l'équilibre général[63]. Ces agrégats comprennent le revenu national, la production, le taux de chômage, les prix, l'inflation et d'autres agrégats comme la consommation totale et les dépenses d'investissement et leurs composants. Elle étudie également les effets de la politique monétaire et de la politique budgétaire.

Depuis au moins les années 1960, la macroéconomie a été caractérisée par une recherche d'intégration dans les modèles du comportement de l'individu, y compris la rationalité des acteurs, l'utilisation efficace de l'information sur le marché et la concurrence imparfaite[64].

L'analyse macroéconomique traite également des facteurs affectant la croissance du revenu national sur le long terme. Ces facteurs comprennent l'accumulation de capital, le changement technologique et la croissance de la population active[38].

Croissance économique[modifier | modifier le code]

Les théories explicatives de la croissance économique ont été systématisées relativement récemment dans l'histoire de la pensée économique. Ces théories cherchent à expliquer pourquoi il y a croissance économique, c'est-à-dire augmentation de la production par habitant d'un pays sur une longue période ou encore pourquoi il existe des différences de PIB per capita (« par tête ») entre pays et pourquoi certains pays se développent plus rapidement que d'autres. En général, trois facteurs explicatifs sont utilisés : le travail c'est-à-dire la mobilisation de la main d'œuvre, le capital et le progrès technique.

Le modèle de Harrod-Domar a ouvert la voie et a été suivi par le modèle de Solow[65]. Alors qu'Harrod Domar raisonne avec une fonction de production à coefficient fixe, c'est-à-dire où il ne peut y avoir substitution capital travail, l'approche de Solow met l'accent sur la substitution capital travail et sur le progrès technique. L'opposition entre les modèles sur la substitution capital-travail est à replacer dans le contexte des années 1950 et 1960 et de l'opposition entre deux courants keynésiens : les post-keynésiens pour qui l'économie est relativement « rigide » et les tenants de la synthèse néo-classique plus libéraux. Pour Robert Solow, c'est grâce au progrès technique que la production peut augmenter et qu'il y a croissance sur la longue période[66]. Toutefois, cette théorie explique mal d'où provient ce progrès qu'elle considère comme exogène[67],[65].

Les nouvelles théories de la croissance économique cherchent précisément à construire des modèles expliquant l'apparition de ce facteur, c'est-à-dire à l'endogéneïser[68]. Ces modèles ont été développés à partir de la fin des années 1970, notamment par Paul Romer, Robert E. Lucas[69] et Robert Barro. Ils se fondent sur l'hypothèse que la croissance crée par elle-même le progrès technique. Ainsi, il n'y a plus de fatalité des rendements décroissants : la croissance engendre un progrès technique qui permet que ces rendements demeurent constants. La croissance, si elle crée du progrès technique, n'a donc plus de limite. À travers le progrès technique, la croissance constitue un processus qui s'auto-entretient[70].

Cycle économique[modifier | modifier le code]

Généralement, on associe la naissance de la macroéconomie au cycle économique de la grande dépression[notes 6]. Il fallait donc expliquer le processus conduisant à une telle chute de l'activité économique. C'est ainsi que John Maynard Keynes a écrit un livre intitulé Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, expliquant ce phénomène qui à l'époque était resté sans éclaircissement convaincant[71]. Keynes a soutenu que la demande globale de biens pourrait être insuffisante en période de ralentissement économique ce qui conduirait à un chômage élevé lié à des baisses de la production.

Keynes préconise des réponses politiques actives - mesures de politique monétaire par la banque centrale et de la politique budgétaire - de la part du secteur public par le gouvernement pour stabiliser la production au cours du cycle. Ainsi, une conclusion centrale du keynésianisme est que, dans certaines situations, le marché n'arrive pas automatiquement à résoudre le problème du sous-emploi ; il faut donc une intervention externe. Le modèle IS/LM constitue le cadre théorique qui a servi à étayer la théorie de Keynes[37].

Si la pensée keynésienne a dominé la scène durant les Trente Glorieuses, elle a aussi suscité une vive opposition[72]. Milton Friedman et le monétarisme ont soutenu que l'action de l'État notamment en matière monétaire est inutile, voire nuisible.

Au fil des ans, la compréhension du cycle économique s'est diversifiée dans plusieurs écoles, liées à ou opposées au keynésianisme. La jonction sera faite entre les deux principaux courants de l'époque au sein de ce que Paul Samuelson a qualifié de synthèse néo-classique. Cette synthèse indique que le keynésianisme est d'application à court terme, mais à long terme la théorie néoclassique explique aisément le cycle.

La nouvelle école classique, qui doit notamment aux critiques de Milton Friedman, est un courant de pensée économique qui s'est développé à partir des années 1970. Elle rejette le keynésianisme et se fonde entièrement sur des principes néoclassiques. Sa particularité est de reposer sur des fondations micro-économiques rigoureuses, et de déduire des modèles macroéconomiques à partir des actions des agents eux-mêmes modélisés par la micro-économie. Elle postule une rationalité des agents (qui cherchent à maximiser leur utilité), une anticipation rationnelle et qu'à chaque instant, l'économie possède un équilibre unique (avec plein emploi et pleine utilisation des capacités de production) et cet équilibre est atteint par un mécanisme d'ajustement des prix et des salaires[73].

La théorie des cycles réels, qui tente d'expliquer les fluctuations de court terme des économies comme le résultat de chocs fréquents et de faibles ampleur affectant les techniques de production constitue l'apport théorique majeur développée par ce courant[74].

À l'opposé de ces deux dernières écoles, la nouvelle économie keynésienne conserve l'hypothèse des anticipations rationnelles, mais intègre une série de défaillances du marché[75]. En particulier, les nouveaux keynésiens supposent une viscosité des prix et salaires, ce qui signifie qu'ils ne s'ajustent pas instantanément aux changements des conditions économiques[76].

Politique monétaire et inflation[modifier | modifier le code]

hyperinflation
Timbre de 1000 marks du Reich allemand émis lors de l'hyperinflation des années 1930.

La politique monétaire est l'action par laquelle l'autorité monétaire, en général la banque centrale, agit sur l'offre de monnaie dans le but de remplir son objectif de stabilité des prix (limiter l'inflation). Elle tâche également d'atteindre les autres objectifs de la politique économique, qualifié de triangle keynésien : la croissance, le plein emploi, l'équilibre extérieur.

La politique monétaire se distingue de la politique budgétaire. Ces deux politiques interagissent et forment ensemble le policy-mix.

D'après la théorie économique moderne, le but de la banque centrale est de maximiser le bien-être économique des ménages (Mishkin). Ainsi, on attribue généralement deux objectifs principaux à la politique monétaire : la stabilisation des prix et la stabilisation de l'activité économique[77]. Ces deux objectifs sont étroitement liés, et non incompatibles comme on pourrait le penser, la stabilité des prix étant un préalable à une activité économique soutenue.

Cependant, conformément à la théorie quantitative de la monnaie, il n'existe pas d'arbitrage à long terme entre stabilité des prix et activité économique car la monnaie est, sur ce laps de temps, neutre (la « courbe de Phillips » de long terme est verticale)[78].

On distingue généralement à l'heure actuelle trois types de politiques monétaires : la fixité des taux de change, le ciblage de la croissance des agrégats monétaires et le ciblage de l'inflation.

Au demeurant, on note quatre niveaux au sein des dispositifs mis en place par les politiques monétaires : les objectifs finaux, les objectifs intermédiaires (agrégats de la monnaie ou les taux de change), les indicateurs (inflation, etc.) et les instruments (taux de facilité de prêt marginal, taux de facilité de dépôt, opérations d'open market [...]).

Politique budgétaire et fiscale[modifier | modifier le code]

La politique budgétaire consiste à utiliser les leviers de l'imposition et des dépenses publiques. Combinée à la politique monétaire, elle forme un policy-mix avec la politique budgétaire dans le cadre d'une politique conjoncturelle.

Dans la pratique, en cas de creux économique, de récession ou de dépression, il est surtout question de politique budgétaire de stimulation de l'activité. Elle peut prendre la forme d'une baisse de l'imposition ou d'une hausse de certaines dépenses. Dans tous les cas, cela conduit à une dégradation du solde public. À l'inverse, dans les périodes de croissance économique élevée (y compris en période de bulle spéculative), la discipline budgétaire doit permettre de réduire le déficit public, voire de constituer des excédents, qui seront mobilisables ultérieurement.

En anglais, le terme fiscal policy regroupe à la fois la politique budgétaire et la politique fiscale. Ce dernier terme désignant en français les modifications de l'imposition, la redistribution etc. de façon à modifier les comportements individuels (encouragement au retour à l'emploi par un impôt négatif, crédit d'impôt en faveur de la recherche etc.).

En raison de la difficulté d'anticiper la conjoncture économique, de la lenteur d'action de la politique budgétaire, les économistes comptent généralement sur les stabilisateurs automatiques[79]. L'idée est que quand la situation économique se dégrade, les recettes fiscales sont moins bonnes (l'État prélève donc moins) tandis que les dépenses augmentent (allocation chômage, etc.), de sorte que le déficit se creuse et soutient de façon automatique l'activité.

La nouvelle macroéconomie classique s'est opposée aux politiques budgétaires « discrétionnaires » qui à la fin des années 1970 et 1980 n'ont pas été couronnées de succès et ont contribué à accroître la dette publique[80]. Avec la crise économique de 2008-2009, des politiques budgétaires de soutien ont été pratiquées partout à travers le monde. Si elles ont permis d'éviter que la récession ne se transforme en dépression, elles ont aussi engendré une hausse de la dette publique qui pose aujourd'hui problème notamment dans la zone euro.

Économie des organisations[modifier | modifier le code]

L'économie des organisations étudie les organisations avec les outils de l'analyse économique. L'économie des organisations fait partie de la théorie des organisations.

Au XVIIIe siècle, Adam Smith[81] est un des premiers auteurs à réfléchir au fonctionnement de l'entreprise. Il met en valeur le fait que la division du travail par la spécialisation en fonction des compétences permet de dynamiser le marché (exemple de la manufacture d'épingle). Dans cette optique, l'entreprise et donc l'organisation reste une « boîte noire » dans la mesure où il n'analyse pas les phénomènes se produisant en son sein, mais simplement les motivations des individus et les conséquences sur le marché.

Oliver Williamson (1932-2020) a repris le concept de coût de transaction développé par Coase 1937 pour développer une théorie des organisations.

Pour Ronald Coase[82], mais aussi pour Oliver Williamson[83], la firme existe quand les coûts de coordination internes sont moins élevés que les coûts de transaction sur le marché, c'est-à-dire, par exemple, si pour produire un bien, il est moins cher d'engager des salariés et de les faire travailler que d'acheter le produit sur le marché.

La question de savoir si la firme constitue le royaume de la direction bureaucratique protégée du marché ou si la firme est simplement une « fiction légale », un nœud de relations contractuelles entre les individus, comme l'avancent la théorie de l'agence ainsi que Jensen et Meckling 1976, dépend « de la complétude des marchés et de la capacité des forces du marché à pénétrer les relations intra-firme »[84].

Économie publique[modifier | modifier le code]

L'économie publique est une branche de l'économie qui étudie la production de biens publics et la fourniture des biens collectifs gratuits dont les coûts sont financés par les impôts et les emprunts publics.

Économie du bien-être[modifier | modifier le code]

L'économie du bien-être est une branche normative de l'économie (c'est-à-dire qui cherche à déterminer ce qui, d'après elle, devrait être). Elle utilise à cet effet les outils de la microéconomie pour déterminer l'efficacité allocative et la distribution des revenus qui lui est associée. Elle veut mesurer le bien-être en examinant les activités des individus qui composent la société[85].

Analyse économique du droit[modifier | modifier le code]

L'analyse économique du droit (Economic Analysis of Law ou Law and Economics selon l’appellation américaine) est la discipline qui cherche à expliquer les phénomènes juridiques grâce aux méthodes et concepts de la science économique[86]. Entre la théorie juridique et la science économique, l’analyse économique du droit emprunte à ces deux disciplines pour expliquer d’une nouvelle façon les phénomènes juridiques.

Économie internationale[modifier | modifier le code]

L'économie internationale est la branche des sciences économiques qui s'intéresse aux relations commerciales et économiques entre pays. Charles Kindleberger soulignait que « le seul fait que des nations souveraines existent entraîne des complications qui nous obligent à modifier nos instruments habituels d'analyse économique, si nous voulons les appliquer aux questions économiques internationales »[87]. Paul Krugman au contraire estime que l'économie internationale recourt aux mêmes méthodes analytiques que les autres branches de l'économie. Toutefois, il insiste lui aussi sur le fait que « la matière de l'économie internationale porte sur les problèmes résultant des interactions entre États souverains »[88].

L'économie internationale traite d'abord des théories du commerce international : avantages comparatifs, modèle Heckscher-Ohlin-Samuelson, les nouvelles théories du commerce international.

Puis, elle s'intéresse à la réalité, c'est-à-dire à ce que font réellement les États, c'est ce qu'on appelle les politiques commerciales. Dans son ouvrage cité précédemment, Charles Kindleberger, s'intéressait également à ce qu'il appelle l'économie politique des barrières commerciales, c'est-à-dire au jeu des groupes de pression et de ceux qui recherchent des rentes.

Autre point important de l'économie internationale : la monnaie vue sous l'angle du taux de change, de la balance des paiements et des prix relatifs. Puis viennent les problèmes de coordination au niveau international des politiques macro-économiques. Cette partie peut inclure les mouvements globaux de capitaux. Néanmoins, Kindleberger préférait les traiter à part dans ce qu'il appelait les mouvements des facteurs qui comprenaient, outre les flux financiers, les migrations de main d'œuvre.

Finance[modifier | modifier le code]

Salle de marchés
Salle de marchés à New York.

La finance désigne les méthodes et les institutions qui permettent aux entreprises et aux particuliers d'obtenir les capitaux nécessaires et aux épargnants de placer leurs capitaux. Les acteurs de la finance sont donc tous les agents économiques qui recherchent des capitaux ou qui souhaitent les placer.

La finance est devenue largement de nos jours un négoce d'instruments et de transfert d'anticipations de revenus et de risques dont les prix peuvent être négociés sur des marchés ou auprès d'institutions. Les risques, en particulier, peuvent être transférés à ceux qui sont disposés à les prendre (contre des revenus espérés), et les intermédiaires financiers peuvent pratiquer une compensation des risques inverses (par exemple, le risque de change d'un importateur est inverse de celui d'un exportateur, le risque de taux d'un prêteur est inverse de celui d'un emprunteur), la diversification des risques, etc.

La finance comprend plusieurs volets :

Économie du développement[modifier | modifier le code]

L'économie du développement est une branche de l'économie qui applique des techniques de l’analyse macroéconomique et microéconomique à l’étude des problèmes économiques, sociaux, environnementaux et institutionnels que rencontrent les pays dits en développement[89]. Elle s'intéresse aux déterminants de la pauvreté et du sous-développement ainsi qu'aux politiques à mettre en œuvre pour sortir les pays en développement de leur sous-développement.

L'origine de l'économie du développement moderne est liée à l'industrialisation de l'Europe de l'Est après la Seconde Guerre mondiale[90]. Parmi les auteurs importants, on compte notamment Paul Rosenstein-Rodan[91], Kurt Mandelbaum[92] Ragnar Nurkse[93], et Sir Hans Wolfgang Singer. À partir de cette même période d'autres auteurs vont s'intéresser à de nombreux pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine dont certains sont créés à la suite du mouvement de décolonisation. Au cœur de ces études, on trouve des auteurs comme Simon Kuznets et W. Arthur Lewis[94] qui développent non seulement une stratégie de croissance économique mais aussi de changements structurels[notes 7].

Cette phase pionnière qui reflète les préoccupations des années 1950 sera suivie à partir des années 1980 par une approche plus orientée vers le marché, préconisée alors par la Banque mondiale. Depuis la fin des années 1990, certains économistes du développement (notamment Michael Kremer et Esther Duflo) ont développé des outils permettant d'appréhender les effets des politiques économiques au niveau microéconomique et ont mis l'accent sur l'analyse d'expériences de terrain. Ils ont développé la théorie de la randomisation, de l'évaluation aléatoire et insistent sur l'importance des micro-projets dans les stratégies du développement. Pour certains, la randomisation aurait revitalisé la discipline de l'économie du développement de sorte que parfois, on parle d'économie du micro-développement[95]. Toutefois, l'approche macroéconomique et institutionnaliste demeure dynamique avec des auteurs comme Daron Acemoglu, William Easterly, Douglass North ou Dani Rodrik.

Économie du travail[modifier | modifier le code]

L'économie du travail analyse le fonctionnement du marché du travail défini comme le lieu de rencontre des travailleurs et des employeurs.

Dans le cadre d'une économie capitaliste, les « offreurs » de force de travail sont les travailleurs et les demandeurs sont les employeurs. L'économie du travail cherche à analyser la fixation des salaires, le taux d'emploi et le chômage, et permet de déterminer les meilleures politiques de l'emploi à mettre en place.

Il y a deux approches possibles pour étudier le marché du travail. L'économie du travail peut être analysée à l'aide des techniques microéconomiques ou macroéconomiques . Les techniques macroéconomiques s'intéressent aux interactions entre le marché du travail et les autres marchés (bien, monnaie, commerce international). Il s'agit de savoir comment ces interactions influencent les variables macroéconomiques telles que le niveau de chômage, le taux de participation au marché du travail, le revenu agrégé et le produit intérieur brut.

Depuis les années 1970, l'économie du travail s'est profondément renouvelée en lien avec la nouvelle microéconomie. Elle s'est orientée vers la prise en compte des imperfections informationnelles, de la concurrence imparfaite, et elle a intégré des éléments appartenant au courant hétérodoxe : étude du syndicalisme, segmentation des marchés[96]. Elle a utilisé des théories plus récentes : la théorie des contrats implicites, la théorie du salaire d'efficience, la segmentation du marché du travail et la théorie des insiders-outsiders[97].

Économie de l'environnement[modifier | modifier le code]

La défaillance du marché est une notion centrale à l'économie de l'environnement. La défaillance du marché signifie que les marchés ne parviennent pas à allouer de manière efficiente les ressources[98]. Il existe donc un écart entre ce qu'une personne privée est prête à payer sur le marché pour l'environnement et ce que la société peut investir[99]. Les formes courantes de défaillance du marché incluent certaines externalités négatives[100] ou la gratuité apparente du capital naturel et des services écologiques[101].

Une externalité est la conséquence de l'interdépendance des agents économiques qui échappe au système d'appréciation du marché, par exemple les pollutions engendrées par certains qui entraînent des dépenses diverses de protection chez ceux qui en sont victimes. Naît donc un besoin de réglementation du marché qui analyse les productions humaines selon divers critères comme la non-rivalité et le niveau d'excludabilité (comme les biens publics)[102].

Économie de la culture[modifier | modifier le code]

L'économie de la culture est une branche de l'économie s'intéressant aux aspects économiques de la création, de la distribution et de la consommation d'œuvres d'art. Longtemps cantonné aux beaux-arts, aux spectacles vivants et au patrimoine historique dans la tradition anglo-saxonne, son spectre s'est élargi depuis le début des années 1980 à l'étude des particularités des industries culturelles (cinéma, édition de livres ou de musique) ainsi qu'à l'économie des institutions culturelles (musées, bibliothèques, monuments historiques)[notes 8].

La délimitation de l'économie de la culture pose le même problème que la délimitation de la culture elle-même. Le cœur de l'économie de la culture, et historiquement son premier domaine, est donc l'étude des beaux-arts et des spectacles vivants (théâtre, opéra). Ces thèmes constituent encore une part importante des articles de recherche.

Toutefois, un fait saillant des XIXe et XXe siècles sont l'apparition de la culture de masse par le biais de biens à contenu culturel, mais produits selon des méthodes industrielles. La naissance de la grande industrie a eu des répercussions considérables sur les modes de pensée et d'action. L'apparition de l'objet de série, qui détrône la pièce unique autrefois sacralisée par l'art, va profondément modifier les comportements[103]. Les économistes de la culture ont fait valoir la difficulté à faire des distinctions dans ce domaine, qui relèvent le plus souvent de jugements de valeurs subjectifs. Ils ont également mis en avant des spécificités dans la sélection des produits, leur fabrication et leur demande qui permettaient de différencier les biens culturels. Ainsi, ces derniers ont pour trait commun d'incorporer un élément créatif dans leurs caractéristiques essentielles. Cependant, cette caractérisation est trop large. L'importance croissante du design fait que pour certains produits pouvant difficilement être considérés comme culturels (vêtements, baladeurs numériques), la dimension de créativité fait l'essentiel de la valeur[104].

C'est pourquoi les économistes du champ ont adopté le concept d'industries de contenu pour désigner l'ensemble du secteur produisant des biens dont l'essentiel de la valeur tient à leur contenu symbolique plutôt qu'à leurs caractéristiques physiques. Ainsi, un livre est un bien culturel, que le texte soit relié ou non, la couverture solide ou non, tandis qu'un baladeur numérique hors-service n'a plus de valeur malgré son design.

Organisation industrielle[modifier | modifier le code]

L'organisation industrielle ou économie industrielle est le champ de l'économie qui étudie le comportement stratégique des entreprises et plus généralement des organisations en fonction des structures des marchés.

L'étude de l'organisation industrielle ajoute au modèle de concurrence pure et parfaite des « frictions » du monde réel tels que : une information limitée, les coûts de transaction, les coûts nécessaires aux changements de prix, l'action du gouvernement et les barrières à l'entrée mises à l'arrivée de nouveaux concurrents[105].

L'émergence de l'organisation industrielle comme champ séparé doit beaucoup à Edward Chamberlin, Edward Mason et Joe Bain.

Économie de la santé[modifier | modifier le code]

L'économie de la santé est l'application de la science économique au domaine de la santé. Cette discipline a connu un fort essor à la suite du développement des dépenses de santé dans les pays développés et aux problèmes qu'elles posent[106] aux comptes sociaux (comptes nationaux de la santé).

Économie de l'éducation[modifier | modifier le code]

L'économie de l'éducation est une branche de l'économie qui traite de l'influence de l'éducation sur le développement économique des pays.

Méthodologie et épistémologie[modifier | modifier le code]

Méthode déductive ou a priori de John Stuart Mill[modifier | modifier le code]

Pour John Stuart Mill, non seulement « la méthode à priori est un mode légitime d'investigation philosophique dans les sciences morales » mais « elle en est le mode unique[107] ». Pour Daniel Hausman la méthode à priori ou inductive comporte trois phases : l'observation des faits, des phénomènes ; la déduction de lois et enfin la vérification des lois en examinant leur pouvoir prédictif. Il ne s'agit pas ici de vérifier la véracité des lois mais leur pouvoir prédictif [108].

Méthode hypothético-déductive[modifier | modifier le code]

William Nassau Senior (1790-1864) est le premier professeur d'économie dans une université anglaise (Oxford 1825).

Cette méthode a dominé jusqu'aux années 1940. Elle a été utilisée par David Ricardo et explicitement formulée par John Stuart Mill en 1836 et 1843 et Nassau Senior en 1836[109]. Elle comporte quatre étapes : 1) formuler une hypothèse, 2) en déduire une prédiction, 3) tester la prédiction, 4) évaluer l'hypothèse en fonction de la pertinence de la prédiction[109]. Selon Mill, les hypothèses de base de l'économie sont constituées par des introspections psychologiques (les individus veulent plus de richesses) soit sur des hypothèses que l'on peut vérifier empiriquement (la loi des rendements décroissants). Pour lui, la science économique est davantage destinée à vérifier les hypothèses de base que de tester la précision des prédictions qui dépend de multiples causes. Pour Mill donc, l'économie est une science inexacte qui ne peut dégager que des tendances et qui doit se confronter aux tests empiriques de façon à progresser[110].

Cette méthode sera reprise par J. E. Cairns en 1875 et par John Neville Keynes en 1891[110]. Si les néo-classiques de tradition autrichienne ou Walrassienne sont d'abord focalisés sur la prise de décision individuelle et sur les effets micro-économiques de court terme, néanmoins, ils adoptent eux aussi la méthode hypothético-déductive comme le montrent les écrits de Frank Knight (1935 et 1940), de Ludwig Von Mises (1949, 1978, 1981) et de Lionel Robbins (1935)[111].

Révolution méthodologique des années 1930 à 1950[modifier | modifier le code]

Le livre de Terence Hutchison intitulé The Significance and Basic Postulates of Economic Theory est le premier à critiquer la théorie économique du point de vue de l'empirisme logique. Il reproche à la théorie économique de ne pas avoir de contenu testable[112] À sa suite, Paul Samuelson va développer une approche qualifiée d'« opérationaliste » par Daniel Hausman visant à donner une place importante au comportement des individus mais qui entre en conflit avec une volonté d'avoir une théorie économique[113]. Fritz Machlup accuse Hutchinson et Samuelson de vouloir directement atteindre les postulats de la théorie économique au lieu de se focaliser sur leur conséquences observables[114].

Milton Friedman dans son livre The Methodology of Positive Economics, l'ouvrage le plus influent de la période insiste sur le fait que la science et la théorie ont exclusivement un but prédictif. Aussi l'important pour juger d'une théorie ne réside pas dans le caractère réaliste ou non des hypothèses mais dans la capacité de la théorie à prédire ce qui va se passer[115].

Méthodes[modifier | modifier le code]

Modélisation[modifier | modifier le code]

William Petty, considéré par Schumpeter comme un des précurseurs des études empiriques, plus spécifiquement l'économétrie.

La théorie économique à recours à la modélisation pour appréhender le réel.

Cette modélisation s'appuie souvent sur un formalisme mathématique.

Au XIXe siècle, les économistes français comme Jules Dupuit ou Augustin Cournot ont été pionniers dans l'utilisation des mathématiques.

Au XXe siècle, Paul Samuelson à grandement contribué à uniformiser le formalisme mathématique des modèles économiques.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, le développement de la théorie des jeux a largement renouvelé la modélisation économique.

Méthodes statistiques[modifier | modifier le code]

La branche de l'économie consacrée plus spécifiquement à l'étude quantitative des modèles économiques est l'économétrie.

L'usage des modèles statistiques en économie s'est développé avec la création de la Société d'économétrie en 1930 et de la revue Econometrica en 1933. Depuis lors, l'économétrie n'a cessé de se développer et de prendre une importance croissante au sein de la science économique. Aujourd'hui, l'on distingue l'économétrie théorique de l'économétrie appliquée. L'économétrie théorique se focalise essentiellement sur deux questions, l'identification et l'estimation statistique. Tandis que l'économétrie appliquée utilise les méthodes économétriques pour comprendre des domaines de l'économie comme l'analyse du marché du travail, l'économie de l'éducation ou encore tester la pertinence empirique des modèles de croissance.

L'économétrie a pris une place de plus en plus importante dans les publications scientifiques depuis la seconde moitié du XXe siècle. On estime en effet qu'en 2011, 80% des articles publiés dans les meilleures revues en économie contiennent au moins un test empirique[116].

Méthodes expérimentales[modifier | modifier le code]

Daniel Kahneman a diffusé en économie la méthode des expériences de laboratoire et remis en cause les hypothèses standards de la théorie de la décision rationnelle. Il a reçu le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel en compagnie de Vernon Smith.

Depuis les travaux des psychologues Amos Tversky et Daniel Kahneman et de Vernon Smith, les expériences de laboratoire sont devenues une méthode à part entière en sciences économiques pour valider empiriquement la pertinence des théories économiques. Ainsi, les travaux expérimentaux en théorie de la décision ont montré que les agents ne se comportaient pas selon la théorie de l'utilité espérée (théorie développée par John von Neumann et Oskar Morgenstern dans Theory of Games and Economic Behavior). La théorie des perspectives, développée par Amos Tversky et Daniel Kahneman (Kahneman et Tversky 1979), est plus conforme aux résultats expérimentaux.

Parallèlement aux expériences de laboratoires, les économistes développent également des expériences de terrain à grande échelle pour tester des théories économiques ou encore évaluer l'effet de politiques publiques. Ces méthodes se sont largement développées depuis les années 1990. En économie du développement par exemple, les économistes Esther Duflo et Abhijit Banerjee ont largement diffusé l'usage de ces méthodes, notamment à travers la création d'un institut voué à ces méthodes, le Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab.

Méthode historique[modifier | modifier le code]

Place de l'économie dans la société[modifier | modifier le code]

Rôle politique des sciences économiques[modifier | modifier le code]

Les économistes sont amenés à intervenir dans le débat public ou à conseiller les gouvernements pour faire des recommandations de politique économique. Aux États-Unis, le Council of Economic Advisers a été créé en 1946 pour conseiller le président des États-Unis. En France, le Conseil d'analyse économique a été créé en 1997.

Les économistes peuvent aussi jouer un rôle dans l'évaluation des politiques publiques.

Rôle de l'économie dans le développement durable[modifier | modifier le code]

schéma du développement durable
Le développement durable est une nouvelle conception du bien commun, appliquée à l'économie, la société et l'écologie.

Le développement durable vise à instaurer des normes qui permettent de satisfaire les besoins humains tout en préservant l'environnement non seulement pour le présent mais également pour le futur. Le développement durable vise à instaurer des normes qui permettent de satisfaire les besoins humains, avec une triple préoccupation de protection de l'environnement, d'équité sociale, et de performance économique, non seulement pour le présent mais également pour le futur. Le terme a été utilisé par le rapport Brundtland (1987) qui lui a donné sa légitimité et sa signification de « développement qui satisfait les besoins du présent sans compromettre ceux des générations futures »[117].

C'est en 1992, au sommet de la Terre de Rio de Janeiro, qu'ont été définis les trois piliers du développement durable, ainsi que l'agenda 21 pour les collectivités territoriales, qui reprend la triple préoccupation économique, sociale, et environnementale. Les Nations unies ont défini en septembre 2015 dix-sept objectifs de développement durable qui, tout étant lié, cconcernent tous directement ou indirectement l'économie. Par exemple, l'objectif n° 12 vise à « établir des modes de consommation et de production durables », étant donné que « La consommation et la production mondiales — véritables moteurs de l’économie mondiale — reposent sur une utilisation de l’environnement et des ressources naturelles d’une manière qui continue à avoir des effets destructeurs sur la planète »[118].

Liens avec d'autres disciplines[modifier | modifier le code]

L'économie est une science sociale. Elle partage avec d'autres sciences sociales certains sujets d'études et certaines méthodes.

Liens avec l'anthropologie[modifier | modifier le code]

Dans son Essai sur le don, Marcel Mauss théorisé le fonctionnement de sociétés non marchandes.

En étudiant les formes de l'échange dans les sociétés non occidentales, les anthropologues ont découvert d'autres formes que le marché ou le troc. En particulier, en prenant appui sur les travaux de Bronisław Malinowski, Marcel Mauss a mis en évidence le rôle du don comme système d'échange économique.

Liens avec la sociologie[modifier | modifier le code]

Gary Becker a appliqué les méthodes de la théorie économique à la compréhension de phénomènes sociaux comme l'éducation (Becker 1964), les discriminations (Becker 1957), la famille (Becker 1981), l'addiction ou encore la criminalité.
Dans La Grande Transformation (1944), Karl Polanyi (1886-1964) montre comment l'économie est encastrée dans le social.

Depuis les travaux de Gary Becker sur la famille (Becker 1981), la criminalité (Becker 1957) ou l'éducation (Becker 1964), les sciences économiques ont tendance à explorer des sujets d'ordinaire réservés à la sociologie. On désigne par impérialisme économique cette tendance des sciences économiques à analyser des sujets traditionnellement du domaine de la sociologie.

À l'inverse, la sociologie économique analyse l'économie avec les outils et les théories sociologiques. Ainsi les travaux de Mark Granovetter ont montré l'importance des réseaux sur le marché du travail (ce que les économistes avaient ignoré jusque-là). De même, les travaux de sociologie des marchés montrent le caractère socialement construits des marchés à l'opposé de la vision naturaliste des économistes.

Liens avec la psychologie[modifier | modifier le code]

Les travaux pionniers de Daniel Kahneman et Amos Tversky sur la théorie de la décision en univers risqué (Kahneman et Tversky 1978) ont donné lieu à un domaine de recherche qui relève à la fois de la psychologie et de l'économie.

Liens avec les sciences politiques[modifier | modifier le code]

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, les auteurs spécialisés dans les questions sociales ne faisaient pas de distinction entre leurs écrits relevant de la science politique et leurs écrits relevant de l' économie. La révolution marginaliste a conduit àuune plus grande séparation entre la science politique et l'économie. L'économie s'est alors recentrée sur les mécanismes des prix sur un marché et adopté des outils mathématiques alors que la science politique est restée dans une tradition plus littéraire[119].

Elinor Ostrom (1933-2012) est à la fois fois la première femme récipiendaire du prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel et la première politologue à recevoir ce prix. Elle a été primée pour ses travaux sur la gouvernance des communs.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la science politique et l'économie ont eu des agendas séparés. À la fin des années 1950 et au début des années 1960, les économistes ont utilisé leur corpus théorique pour analyser le comportement de l'électeur et des hommes politique[119].

Liens avec les neurosciences[modifier | modifier le code]

Dans la lignée des travaux en économie comportementale, la neuroéconomie utilise les méthodes des neurosciences cognitives pour comprendre la manière dont les agents prennent leurs décision[120].

Liens avec la physique[modifier | modifier le code]

L'éconophysique est une discipline qui utilise des modèles de physique statistique pour étudier des phénomènes économiques[121].

Liens avec les sciences de gestion[modifier | modifier le code]

La gestion est la mise en pratique des théories économiques de l'entreprise par l'utilisation de méthodes et d'indicateurs spécifiques aux différentes fonctions représentées dans l'organisation. Il existe d'étroites relations entre la théorie économique et la gestion. La différence tient dans le caractère plus appliqué et plus explicitement normatif de la gestion. Certains spécialistes des sciences de gestion réduisent l'objet de la gestion à l'entreprise, d'autres l'élargissent à toutes organisations humaines. Dans le sens de sciences et de techniques d'administration, la gestion s'est départementalisée en suivant le découpage en fonction dans les organisations (gestion commerciale : Commerce, gestion financière (analyse financière) : Finance, gestion de production : Production industrielle par exemple…)[122].

Place des femmes en économie[modifier | modifier le code]

Joan Robinson (1903-1983) est une des rares femmes économistes du courant du XXe siècle. Elle est une figure importante de l'école de Cambridge et du keynésianisme.
Susan Athey (1970-) est la première femme lauréate de la médaille John-Bates-Clark.

L'économie est une discipline qui a longtemps été largement dominée par les hommes. On peut souligner cependant quelques figures de femmes économistes. Harriet Martineau (1802-1876) a joué un rôle important dans la diffusion de la pensée des classiques. Mary Paley Marshall (1850-1944) a été la première lecturer (maîtresse de conférence) dans une faculté d'économie au Royaume-Uni. Elle est l'auteur de The Economics of Industry avec son mari Alfred Marshall. Joan Robinson (1903-1983) a été une économiste importante. Enfin Anna Schwartz (1915-2012) est une spécialiste d'histoire économique qui a notamment écrit A Monetary History of the United States, 1867–1960 (1963) avec Milton Friedman[123].

Seules deux femmes ont reçu le prix Nobel d'économie : Elinor Ostrom en 2009 et Esther Duflo en 2019, et cinq la médaille John-Bates-Clark : Susan Athey en 2007, Esther Duflo en 2010, Amy Finkelstein en 2012, Emi Nakamura en 2019 et Melissa Dell en 2020.

En 2017, une étude a fait scandale dans la profession en révélant les commentaires sexistes sur un site de rumeurs sur le marché du travail des postes académiques en économie aux États-Unis. Cette étude a mis en lumière un environnement toxique envers les femmes dans la profession[124].

Les femmes sont nettement sous représentées dans la profession (19% des auteurs dans la base RePEc en 2018) et la proportion de femmes n'augmente pas[125].

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

Contestation de la scientificité de l'économie[modifier | modifier le code]

De nombreux auteurs, comme Bernard Guerrien ou Daniel Duet contestent la prétention de l'économie orthodoxe à être considérée comme une science. Ces auteurs mettent notamment en cause l'irréalisme des hypothèses du paradigme standard en économie (la transitivité des préférences, le comportement de l'homo oeconomicus, hypothèse de concurrence parfaite, etc). Selon ces auteurs, les hypothèses n'ont pas fait l'objet de vérifications empiriques[126],[127]. L’appellation économie politique en filiation d'avec les autres sciences sociales est aujourd'hui revendiquée en opposition d'une scientificité de l'économie proche des sciences naturelles[128].

Prix et distinctions en économie[modifier | modifier le code]

Depuis 1969, la Banque de Suède décerne annuellement le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel communément appelé prix Nobel d'économie. Il est le prix le plus prestigieux de la discipline.

Après ce prix, la médaille John-Bates-Clark est la récompense la plus prestigieuse en économie.

Il existe des prix par pays (le cas de médaille John-Bates-Clark pour les Etats-unis d'Amérique, Prix du meilleur jeune économiste de France pour la France, Prix Nakahara pour le Japon, etc.), pour la promotion du genre (le Prix Elaine-Bennett pour la recherche), par région ou continent (le cas Prix Yrjö-Jahnsson pour le continent européen, par exemple), pour un domaine spécifique (le cas de Prix Fischer-Black la finance, le cas de Prix IZA de l'économie du travail pour l'économie du travail, par exemple), etc.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages fondamentaux[modifier | modifier le code]

Articles fondamentaux[modifier | modifier le code]

Ouvrages sur l'économie[modifier | modifier le code]

  • (en) Daniel M. Hausman, The Inexact and separate science of economics, Cambridge, Cambridge University Press, , 372 p..
  • Laville J.L & Cattani A.D (2005) Dictionnaire de l'autre économie (Vol. 123). Desclée de Brouwer.
  • Laville J.L (2003) Avec Mauss et Polanyi, vers une théorie de l'économie plurielle (No. 1, p. 237-249). La Découverte.
  • Michaël Biziou, Adam Smith et l'origine du libéralisme, Paris, Presses universitaires de France,
  • Gilles Campagnolo, Critique de l'économie politique classique, Paris, Presses universitaires de France,
  • (en) Barry Clark, Political-economy: A comparative approach, Westport, , 376 p. (ISBN 978-0275963705)
  • (en) Charles F. Horne, The Code of Hammurabi : Introduction, Forgotten Books, Yale University, , 81 p. (ISBN 978-1605060514)
  • (en) Samuel Noah Kramer, History Begins at Sumer, University of Pennsylvania press, (ISBN 978-0812212761)
  • Daniel Villey, Petite histoire des grandes doctrines économiques, Paris, Litec,
  • (en) Eli Heckscher, Mercantilism, Allen Unwin,
  • Max Blaug, Economic Theory in Retrospect, Cambridge University Press, , 5e éd.
  • (en) John B. Davis, « Heterodox Economics, the Fragmentation of the Mainstream and Embedded Individual Analysis », Future Directions in Heterodox Economics, University of Michigan Press,‎
  • (en) Mary S. Morgan et Malcolm Rutherford, « American Economics : The Character of the Transformation », dans From Interwar Pluralism to Postwar Neoclassicism, Duke University Press, , 325 p. (ISBN 9780822323358)
  • (en) Ibrahim M. Oweiss, Ibn Khaldun, the Father of Economics, New York University Press, (ISBN 0-88706-698-4)
  • David Throsby, Economics and Culture, Cambridge University Press, , 5e éd.

Articles sur l'économie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jean David C. Boulakia, « Ibn Khaldun: A Fourteenth-Century Economist », The Journal of Political Economy, vol. 79, no 5,‎ (DOI 10.1086/259818)
  • (en) L.K. Jha, « Chanakya: the pioneer economist of the world », International Journal of Social Economics, vol. 25, nos 2/3/4,‎ , p. 267-282 (DOI 10.1108/03068299810193443)
  • (en) Balbir S. Sihag, « Kautilya on publics goods and taxation », History of Political Economy Economics, vol. 37, no 4,‎ , p. 723-753 (DOI 10.1215/00182702-37-4-723)
  • (en) J.R. Hicks, « M. Keynes and the Classics : A Suggested Interpretation », Econometrica, vol. 5, no 2,‎ , p. 147-159 (JSTOR 1907242)
  • (en) Ng Yew-Kwang, « Business Confidence and Depression Prevention: A mesoeconomic Perspective », American Economic Review, vol. 82, no 2,‎ , p. 365-371 (JSTOR 2117429)
  • Guillaume Quiquerez, « Essai sur la définition de la philosophie économique », Revue de philosophie économique, vol. 16, no 2,‎

Ouvrages de vulgarisation[modifier | modifier le code]

Articles de vulgarisation[modifier | modifier le code]

  • Denis Clerc, « Nouveaux keynésiens, les chantres du salaire d'efficience », Alternatives économiques, no 168,‎ (résumé)
  • « Robert Solow », Alternatives économiques poche, no 21,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juin 2010)

Manuels d'économie[modifier | modifier le code]

Encyclopédies[modifier | modifier le code]

  • The New Palgrave Dictionary of Economics
  • Bernard Guerrien, Dictionnaire de l'analyse économique, La Découverte,
  • Jean Moulin, Lexique de Gestion, Dalloz,
  • Florence De Méredieu, Lexique de Gestion, Larousse in extenso,

Articles encyclopédiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Craufurd D. Goodwin, « History of economic thought », The New Palgrave,‎
  • (en) R.J Aumann, « Game Theory », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) Olivier Blanchard, « Neoclassical Synthesis », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) Mark Blaug, « Classical Economics », The New Palgrave, vol. 1,‎ Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Antonietta Campos, « Marginalist Economics », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) G.C. Harcourt, « Post-Keynesian Economics », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) L. Tarshis, « Keynesian Revolution », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) Hal Varian, « Microeconomics », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) CF Bastable et Smith Vernon, « Experimental Methods in Economics », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) Ernest Mandel, « Marx, Karl Heinrich », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) J.E Roemer, « Marxian Value Analysis », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) Andrew Glyn, « Marxist economics », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) Allan M. Feldman, « Welfare Economics », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) David Friedman, « Law and Economics », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) Hashem M Pesaren, « Econometrics », The New Palgrave, vol. 2,‎
  • (en) Peter Groenewegen, « Division of Labour », The New Palgrave, vol. 3,‎
  • (en) Gérard Debreu, « Mathematical EconomicsEconometrics », The New Palgrave, vol. 2,‎
(en) New Palgrave édition 2008
  • (en) Roger E. Backhouse, « Marginal Revolution », The New Palgrave,‎ (lire en ligne)
  • (en) Frederic S. Lee, « Heterodox economics », The New Palgrave,‎ (lire en ligne)
  • (en) Tony Aspromourgos, « Néoclassical », The New Palgrave,‎ (lire en ligne)
  • (en) Mark Blaug, « The Social Sciences: Economics », The New Encyclopedia Britannica, vol. 27,‎
  • (en) N.A, « Mercantilism », The New Encyclopedia Britannica, vol. 8,‎

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La concomitance entre la période où Adam Smith écrit ses deux grandes œuvres la Théorie des sentiments moraux (1759) et les Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations abrégées en Richesse des nations (1776) avec la période où les physiocrates sont actifs (1756-1777) (Villey 1985, p. 60) invite à les traiter ensemble de manière à mieux cerner les proximités et les divergences.
  2. Le plus ancien département d'économie du Royaume-Uni est le département d'économie politique de University College London fondé en 1826 (lire en ligne).
  3. Pourtant le cas n'est pas si évident que cela pour deux raisons. D'une part les économistes américains jusqu'à la Seconde Guerre mondiale étaient à la fois orthodoxes et hétérodoxes, d'autre part, les institutionnalistes américains ont été influents dans des think tanks aussi importants que le NBER ou la Brookings Institution ou encore à la London School of Economics. De manière analogue de nos jours la nouvelle économie institutionnelle, bien qu'hétérodoxe, a une profonde influence sur une grande part de l'orthodoxie constituée par l'école néoclassique. Quand on s'interroge sur ce qui différencie l'orthodoxie de l'hétérodoxie, en général, on considère que la première privilégie la trilogie équilibre-rationalité-individualisme tandis que la seconde est plus orientée sur la trilogie structure sociale-institutions-histoire (Davis 2006)
  4. Voir Edward Chamberlin et de Joan Robinson, La théorie de la concurrence monopolistique, Paris, PUF, 1953, traduction depuis : (en) Theory of Monopolistic Competition, Cambridge, Harvard University Press, 1933
  5. Voir sur ce point, parmi d'autres (en) Mancur Olson, The Logic of collective action, 1966 et Daniel Kahneman, Toward a Positive Theory of Human Choice, 1980
  6. L'analyse macroéconomique comme branche spécifique de l'analyse économique date de la publication de la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie de John Maynard Keynes en 1936. Pour autant, la macroéconomie moderne, comme discipline qui s'attache à comprendre pourquoi l'économie connait des épisodes comme la Grande Dépression et pourquoi l'emploi et la production fluctuent au cours du temps, commence avec Keynes Joseph E. Stiglitz, Carl E.Walsh, Principes d'économie moderne, 2e édition, éd. de Boeck, 2004, p. 490
  7. Voir(en) Bardhan, Pranab K. and Christopher Udry, Development Microeconomics, Oxford, 2000
  8. Voir (en) Ruth Towse, A Handbook of Cultural Economics, Edward Elgar, (ISBN 978-1840643381), 2003

Références[modifier | modifier le code]

  1. Horne 1915
  2. Jha 1998, p. 267–282
  3. Sihag 2005, p. 723-755
  4. (en) B.S. Sihag, Kautilya on institutions, governance, knowledge, ethics and prosperity., Humanomics 23(1): 5–28, 2007
  5. Oweiss 1988
  6. Boulakia 1971
  7. Schumpeter 1954, p. 97–115
  8. Villey 1985, p. 37
  9. Heckscher 1955, p. 20
  10. The New Encyclopedia Britannica, 2007, vol. 8, p. 26
  11. Blaug 2007, p. 343
  12. Auguste Bertholet, « The Intellectual origins of Mirabeau », History of European Ideas, vol. 0, no 0,‎ , p. 1–6 (ISSN 0191-6599, DOI 10.1080/01916599.2020.1763745)
  13. Blaug 1997, p. 24-29 et 82-84.
  14. Cantillon 1955, Partie 22, chapitre 3
  15. Quesnay 1759
  16. Blaug 1997, p. 434-435.
  17. Villey 1985, p. 89
  18. Thomas Robert Malthus, Principe d’économie politique, 1820
  19. a et b Villey 1985, p. 85
  20. David Ricardo, Principes de l’économie politique et de l’impôt, 1817, Traduit en français par MM. Constancio et Alcide Fonteyraud, en 1847, à partir de la 3e édition anglaise parue en 1821
  21. Villey 1985, p. 94
  22. Villey 1985, p. 92-102
  23. Mill 1848
  24. Adam Smith, Richesse des Nations, vol. 1, Paris, GF-Flammarion, , p. 117-130
  25. Backhouse 2008
  26. a et b Campagnolo 2004, p. 262
  27. « About », sur université Havard (consulté le 19 juillet 2017)
  28. « A Brief History: Economics at the University of California », sur université de Berkeley (consulté le 19 juillet 2017)
  29. « An empirical turn in economics research », sur American Economic Association (consulté le 19 juillet 2017)
  30. (en) Joshua Angrist, Pierre Azoulay, Glenn Ellison, Ryan Hill et Susan Feng Lu, « Economic Research Evolves: Fields and Styles », American Economic Review, vol. 107, no 5,‎ , p. 293-97 (DOI 10.1257/aer.p20171117)
  31. Lee 2008
  32. (en) New School of Thought Brings Energy to The Dismal Science New York Times Retrieved, Oct-26-2009
  33. « Je fais remarquer une fois pour toutes que j’entends par économie politique classique toute économie qui, à partir de William Petty cherche à pénétrer l’ensemble réel et intime des rapports de production dans la société bourgeoise, par opposition à l’économie vulgaire qui se contente des apparences… et se borne à ériger pédantesquement en système et à proclamer comme vérités éternelles les illusions dont le bourgeois aime à peupler son monde à lui, le meilleur des mondes possibles. » A.Samuelson, Les grands courants de la pensée économique, éd. PUG, 1990, p. 46
  34. Aspromourgos 2008
  35. Morgan et Rutherford 1998, p. 15-17
  36. Campos 1987, p. 320
  37. a et b Hicks 1937, p. 147-159
  38. a et b Blanchard 1987, p. 634-636
  39. a et b Mandel 1987, p. 371
  40. a et b Glyn 1987, p. 390
  41. Roener 1987, p. 378-380
  42. Roemer 1987, p. 380
  43. Glyn 1987, p. 394
  44. Thierry Brugvin, « La nature de la propriété des moyens de production génère des différences de démocratie », sur Attac France (consulté le 6 juin 2020) : « Une des caractéristiques centrales du capitalisme réside selon Marx dans la propriété privée des moyens de production [...] Marx explique « c’est toujours dans le rapport immédiat entre le propriétaire des moyens de production et le producteur direct (…) qu’il faut chercher le secret le plus profond, le fondement caché de tout l’édifice social » [1]. Le dépassement du capitalisme suppose notamment un changement dans la nature de la propriété, qui est intimement lié à la démocratie économique. »
  45. Encyclopædia Universalis, « Marxisme - ÉCONOMIE », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 1er juin 2020)
  46. Harcourt 1987, p. 47-50
  47. Krugman et Wells 2009, p. 27
  48. Varian 1987, p. 461-463
  49. Cahuc 1993, p. 6
  50. Menger 1891, p. 1
  51. Léon Walras, Éléments d’économie politique pure, 1898
  52. Vilfredo Pareto, Cours d’économie politique, 1897
  53. Guerrien 2002, p. 247
  54. a et b Cahuc 1993, p. 10
  55. Arthur Cecil Pigou, L'Économie du bien-être, 1920
  56. Stigler 1971, p. 3-21
  57. Coase 1960
  58. a et b Akerlof 1970
  59. a b c et d Perrot 1998, p. 4
  60. Bastable et Vernon 1987
  61. (en) Kenneth J. Arrow, Uncertainty and the Welfare Economics of Medical Care, 1963
  62. Ronald Coase, La Nature de la firme, 1937
  63. Blaug 2007, p. 345
  64. Yew-Kwang 1992, p. 365-371
  65. a et b Alternatives économiques Pratique 2005
  66. Solow 1957, p. 312-320
  67. Solow 1956, p. 65-94
  68. Dominique Guellec et Pierre Ralle, Les Nouvelles Théories de la croissance, La Découverte, 1995
  69. (en) Robert Lucas, On the Mechanics of Economic Development, Journal of Monetary Economics, 1988
  70. (en) Gary Becker et Paul Romer, Increasing returns and long-run growth, 1986
  71. Michel De Vroey et Pierre Malgrange, « La Théorie et la modélisation macroéconomiques, d’hier à aujourd’hui », CEPREMAP, Docweb n° 0518,
  72. M. De Vroey, P. Malgrange, « La Théorie et la modélisation macroéconomiques, d’hier à aujourd’hui », Working paper, N° 2006–33,
  73. O. Blanchard, et D. Cohen, Macroéconomie, Pearson éducation, Paris, 2006
  74. Mankiw 1989, p. 79-90
  75. (en) Gregory Mankiw, « New Keynesian Economics », The Concise Encyclopedia of Economics,
  76. Stiglitz 2004, p. 314
  77. D. Plihon, La Monnaie et ses mécanismes, La découverte, 2008
  78. Agnès Bénassy-Quéré et al., Politique économique, de boeck, Bruxelles, 2009
  79. M. Solow, « Peut-on recourir à la politique budgétaire ? Est-ce souhaitable ? », dans Revue de l'OFCE, vol. 83, n° 1,
  80. (en) « Fiscal Policy », The Concise Encyclopedia of Economics,
  81. Smith 1991, p. 71-79
  82. Coase 1937, p. 386-405
  83. (en) Olivier Williamson, Market and Hierarchies : Analysis and Antitrust Implications, Free Press,
  84. Jensen et Meckling 1976, p. 305-360
  85. Feldman 1987, p. 889-895
  86. Friedman et The New Palgrave 1987, p. 889-895
  87. Lindert et Kindleberger 1982, p. 1
  88. Krugman et Obstfeld 1995, p. 3
  89. « Développement et Économie du Développement », Note de repère I,
  90. Meier, G.M. and Seers, D. (Eds) (1984). Pioneers in Development. New York: Oxford University Press for the World Bank. Review extract.
  91. (en) P. Rosenstein-Rodan, Problems of Industrialization in Eastern and South Eastern Europe., Economic Journal 53, 1943
  92. (en) K. Martin Mandelbaum, The Industrialisation of Backward Areas, Oxford: Basil Blackwell. 1945 Second Edition, 1955
  93. (en) Ragnar Nurkse, Problems of Capital Formation in Underdeveloped Countries, Oxford: Basil Blackwell, 1953
  94. Lewis, W.A, Economic Development with Unlimited Supplies of Labour. The Manchester School, XXII(2), 1954, p. 139–191. Reprint.
  95. Arvind Subramanian, « Mettre les théories au service de l'idéalisme », Finances et développement, in FMI,
  96. Perrot 1998, p. 125
  97. Pierre Cahuc et André Zylberberg, Le Marché du Travail, De Boeck Universités, 2001
  98. Hanley 2006
  99. (en) F M Bator, The Anatomy of Market Failure, article 1958
  100. (en) Arthur Cecil Pigou, The Economics of Welfare, 1932
  101. Costanza, R., et al., 1997, The value of the world's ecosystem services and natural capital. Nature, 387 (6630), p. 253–260
  102. (en) Wiseman, The theory of public utility price – an empty box, article 1957 article en ligne
  103. De Méredieu 2008, p. 212
  104. Throsby 2001, p. Chapitre 1
  105. Carlton 2005, p. 2, Perloff Overview
  106. Adolph Wagner, œuvre d’économie II, Paris, Gallimard 1880
  107. Mill 2003, p. 75.
  108. Hausman 1992, p. 143.
  109. a et b Hausman 1992, p. 123.
  110. a et b Hausman 1992, p. 124.
  111. Hausman 1992, p. 125.
  112. Hausman 1992, p. 155.
  113. Hausman 1992, p. 157.
  114. Hausman 1992, p. 160.
  115. Hausman 1992, p. 163.
  116. (en) Daniel S Hamermesh, « Six Decades of Top Economics Publishing: Who and How? », Journal of Economic Literature, vol. 51, no 1,‎ , p. 162–172 (ISSN 0022-0515, DOI 10.1257/jel.51.1.162, lire en ligne, consulté le 29 octobre 2019)
  117. (en) United Nations, «  Report of the World Commission on Environment and Development  », General Assembly Resolution 42/187, 11 December 1987. Retrieved: 2007-04-12,
  118. Nations unies, Objectifs de développement durable, 2015
  119. a et b Gary J. Miller, « The Impact of Economics on Contemporary Political Science », Journal of Economic Literature, American Economic Association, vol. 35, no 3,‎ , p. 1173-1204 (JSTOR 2729975)
  120. (en) Colin Camerer, George Loewenstein et Drazen Prelec, « Neuroeconomics: How Neuroscience Can Inform Economics », Journal of Economic Literature, vol. 43,‎ , p. 9-64
  121. (en) H. Eugene Stanley et al., « Econophysics: Can physicists contribute to the science of economics? », Physica A: Statistical Mechanics and its Applications, vol. 269, no 1,‎ , p. 156-169
  122. Moulin 2005, p. 276
  123. (en) Mike Bird, « 13 women who transformed the world of economics », sur World Economic Forum, (consulté le 2 novembre 2020).
  124. (en) Justin Wolfers, « Evidence of a Toxic Environment for Women in Economics », The New YorkTimes,‎ (lire en ligne).
  125. Anne Boring et Soledad Zignago, « Économie, où sont les femmes ? », sur Banque de France, (consulté le 26 octobre 2020).
  126. Bernard Guerrien, « L’économie : science ou pseudo science ? », Science ou pseudo-science,‎ (lire en ligne)
  127. Daniel Duet, « La science économique n’aura pas lieu », Les Cahiers pour l’histoire de l’épargne, no 12,‎ (lire en ligne)
  128. « De l'économie politique à la science économique », sur Alternatives Economiques (consulté le 5 juin 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 16 juillet 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 16 juillet 2010 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.