!Mediengruppe Bitnik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
!Mediengruppe Bitnik en 2015

!Mediengruppe Bitnik est un collectif artistique suisse, formé par Carmen Weisskopf (1976) et Domagoj Smoljo (1979), accompagnés des "complices" Adnan Hadzi et Daniel Ryser[1]. Leur œuvre est influencée par des courants de l'art contemporain comme Fluxus, l'art conceptuel, la première génération du net.art, et peut être considéré comme faisant partie de l'art post-internet[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Opera Calling! (2007)[modifier | modifier le code]

Auditoire de l'opéra de Zurich.

Le , le collectif dissimule des microphones dans l'auditorium de l'Opéra de Zurich. Pendant plusieurs mois, les concerts sont captés et retransmis, via une centrale téléphonique située au Cabaret Voltaire, à des numéros téléphoniques d'habitants de Zurich, composés aléatoirement. Durant la période du au , un total de 90 heures d'opéra est ainsi transmis à 4363 foyers[3]. La durée moyenne d'écoute est de 2 minutes. L'opéra de Zurich menace d'entreprendre des mesures légales, mais renonce finalement à des poursuites.

Le journaliste Daniel Ryser, qui rédige un entretien avec les artistes pour le quotidien Wochenzeitung, devient un collaborateur de !Mediengruppe Bitnik à la suite de cette rencontre[4].

Delivery for Mr. Assange (2013)[modifier | modifier le code]

Le , le collectif envoie depuis une agence postale londonienne un paquet destiné à Julian Assange, alors résident de l'ambassade d’Équateur à Londres. Le paquet contient une caméra et un capteur GPS. Les données ainsi capturées sont transmises à un serveur web, permettant à une large audience de suivre en temps réel le trajet du paquet à travers Londres[5]. Après 30 heures et 121.5 km parcourus, le paquet arrive à destination, les dernières images sont celles de Julian Assange se produisant devant la caméra[6].

Le projet connait une suite en , lorsque le collectif expédie depuis Dubaï un paquet similaire adressé à Nabil Rajab, activiste des droits humains alors détenu au Bahrain. Ce paquet n'arrivera jamais à destination, le signal se perd à l'aéroport de Dubai[6].

Random Darknet Shopper (2014)[modifier | modifier le code]

Pour leur exposition à la Kunst Halle Sankt Gallen, le collectif conçoit Random Darknet Shopper, une œuvre explorant le "darknet", les réseaux internet cryptés non répertoriés par les engins de recherche. Ils créent pour cela un "bot", un logiciel qui effectue, pendant la durée de l'exposition ( - ) des achats aléatoires sur la place de marché Agora opérant au sein du réseau Tor, pour un budget hebdomadaire de 100$ convertis en bitcoins[7]. Les objets ainsi achetés sont exposés dans les vitrines de la Kunst Halle. Les acquisitions comprennent entre autres un trousseau de clés passe-partout, un carton de cigarettes Chesterfield Blue ukrainiennes, une paire de chaussures Nike Air venant de Chine, une casquette de baseball équipée d'une caméra espion, ainsi que dix pilules d'extasy[8]. Après la fermeture de l'exposition, l'ensemble des produits ont été confisqués par la justice suisse[9].

La pièce est exposée entre et à la galerie Horatio Jr. à Londres[9]. À nouveau, le logiciel effectue des achats de manière hebdomadaire pendant la durée de l'exposition.

Expositions personnelles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Delivery for Mr. Assange, Helmhaus Zurich, du au [10]
  • The Darknet ‒ From Memes to Onionland, Kunst Halle St. Gallen, du au [11]
  • is anyone home lol, Kunsthaus Langenthal, 2016[12]

Expositions collectives (sélection)[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Prix fédéral d'art[1]
  • 2009 : Honorary Mention, Ars Electronica, Linz, pour l'œuvre Opera Calling![13]
  • 2014 : Prix fédéral d'art[14]
  • 2017 : Prix de la Société des Arts, Genève[15],[16]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « !Mediengruppe Bitnik - SIKART Lexikon zur Kunst in der Schweiz », sur www.sikart.ch (consulté le )
  2. (en-US) Jon Lackman, « Spy vs. Spy: Tech-Savvy Swiss Duo Bitnik Refines the Art of Espionage », sur ARTnews, (consulté le )
  3. (en) !Mediengruppe Bitnik, « !Mediengruppe Bitnik | Opera Calling », sur bitnik.org (consulté le )
  4. (de) Daniel Ryser, « Oper frei Haus », Wochenzeitung,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en-US) Bruce Sterling, « Package delivery for Mr. Assange », WIRED,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a et b Ryser, Daniel, Ein Paket für Herrn Assange. Delivery for Mr. Assange, Echtzeit Verlag, , 128 p. (ISBN 978-3-905800-81-4, OCLC 870911884, lire en ligne)
  7. (en) CARMEN WEISSKOPF & DOMAGOJ SMOLJO, « Dark Arts », sur frieze.com, (consulté le )
  8. (en) Mike Power, « What happens when a software bot goes on a darknet shopping spree? », sur the Guardian, (consulté le )
  9. a et b (en-GB) « An exhibition featuring random dark web purchases is opening in London », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. (de) « !Mediengruppe Bitnik - Christian Waldvogel - Stadt Zürich », sur www.stadt-zuerich.ch (consulté le )
  11. (en) « «The Darknet – From Memes to Onionland. An Exploration» In cooperation with !Mediengruppe Bitnik and :digital brainstorming - Kunst Halle Sankt Gallen », sur www.kunsthallesanktgallen.ch (consulté le )
  12. (de) « Bitnik Huret - Kunsthaus Langenthal », sur www.kunsthauslangenthal.ch (consulté le )
  13. (en) « Ars Electronica Archiv », sur archive.aec.at (consulté le )
  14. (de) « BAK - Bundesamt für Kultur - Bildergalerie Art Awards 2014 - PreisträgerInnen und Werke », sur www-temp.bak.admin.ch (consulté le )
  15. « Prix de la Société des Arts • Arts Visuels • Genève 2017 – Société des arts », sur www.societedesarts.ch (consulté le )
  16. Etienne Dumont, « La Société des Arts donne son Prix à !Mediengrupe Bitnik », Bilan,‎ (lire en ligne, consulté le )