Zoospore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les zoospores sont des spores flagellées, mobiles dans l'eau et produites par certaines espèces de bactéries, algues, champignons (Fungi) et les pseudochampignons[n 1] (Pseudomycota) apparentés aux algues[1] comme tous les Oomycètes.

La propulsion autonome grâce aux flagelles est souvent associée au chimiotaxisme, permettant à la zoospore de se diriger en fonction de la diffusion de certaines espèces chimiques.

  • Chez les champignons et pseudochampignons,
Zoospores types.svg Zoospores - Reproductive Structure of the Phytophthora.png
Fig. 1 Les quatre types de zoospores
d'après Webster & Weber[2]
Fig. 2 Zoospore de Phytophthora

Il existe quatre types de zoospores[2] :

  1. zoospores avec flagelle(s) postérieur(s), caractéristiques des Chytridiomycota. Chez la plupart de ces derniers, il n'existe qu'un flagelle postérieur (fig. 1a) mais chez les Neocallimastigales, il y en a jusqu'à 16 (fig.1b)
  2. zoospores biflagellées, avec deux flagelles de type fouet de longueur inégale (fig. 1c) ; on les trouve chez quelques Myxomycota et les Plasmodiophoromycota (ces deux champigons-animaux sont maintenant classés parmi les Protozoa)
  3. zoospores avec un flagelle antérieur (fig. 1 d) ; ce flagelle antérieur couvert de courts "poils" est caractéristique des Hyphochytriomycota. Il tire vers l'avant la spore par des mouvement rythmiques sinusoïdaux.
  4. zoospores biflagellées (fig. 1e,f) ; un flagelle lisse et un flagelle couvert de poils (de type guirlande), attachés soit à l'apex soit latéralement. Ils sont caractéristiques des Oomycota.

Les zoospores peuvent être hétérokontées (deux flagelles inégaux), pleurokontées (flagelles latéraux), isokontées (deux flagelles égaux), accrokontées (flagelles à un pôle).

  • Chez les algues
Fig. 3 Zoospores d’algues

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. les pseudochampignons sont des organismes fongiformes qui autrefois étaient classés parmi les champignons et qui maintenant avec l’avènement de la classification phylogénétique se retrouvent dispersés dans plusieurs clades non monophylétiques avec les Fungi (Silar et al, 2013)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Silar, Fabienne Malagnac, Les champignons redécouverts, Belin,‎ 2013, 232 p.
  2. a et b (en) John Webster, Roland Weber, Introduction to Fungi, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 2009 (ISBN 9780521807395, 0521807395 et 9780521014830)