Yūshō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un yūshō (優勝?) désigne le gain d'un tournoi de sumo dans une des six divisions que comporte le sumo professionnel.

Lors de chaque honbasho, le lutteur qui a le plus de victoires dans sa division à la fin du tournoi est déclaré vainqueur. En cas d'égalité de victoires à la fin de la dernière journée du tournoi (千秋楽, senshûraku?), un combat supplémentaire appelé kettei-sen (決定戦?) est organisé entre les lutteurs ex-aequo. Il y a donc six vainqueurs de yūshō par tournoi, un par division : en makuuchi, en jūryō, en makushita, en sandanme, en jonidan et en jonokuchi.

Un gain sans aucun défaite est appelé zenshō yūshō (全勝優勝?). Il est rare que deux lutteurs soient invaincus le matin de la dernière journée, avant de s'affronter. Cela n'est arrivé que cinq fois en makuuchi depuis 1958, les deux dernières fois en septembre 1983 (Takanosato (en) contre Chiyonofuji) et en juillet 2012 (Harumafuji contre Hakuho), dont une seule fois sur les cinq entre un ōzeki et un yokozuna, en 2012[1].

En makuuchi, il est également rare qu'un maegashira remporte un honbasho : récemment seuls Kotomitsuki en 2001 et Kyokutenhō (en) en 2012 y sont parvenus[2]. Kyokutenhō est devenu par la même occasion le plus vieux lutteur à gagner un tournoi à l'age de 37 ans et huit mois[2].

En août 2014, les récompenses pour un yūshō étaient de 10 millions de yens en makuuchi, 2 millions de yens en jūryō, 500 000 yens en makushita, 300 000 yens en sandanme, 200 000 yens en jonidan, 100 000 yens en jonokuchi[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Harumafuji captures title in Nagoya, Japan Times, le 23 juillet 2012
  2. a et b (en) Kyokutenho beats Tochiozan for title, The Japan Times, le 21 mai 2012
  3. Yohann Valdenaire, « 100 rikishi qui ont remporté le yûshô », sur Dosukoi,‎ 26 août 2014 (consulté le 26 août 2014).

Articles connexes[modifier | modifier le code]