Type nomenclatural (botanique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le type nomenclatural est est un type scientifique. En nomenclature botanique, c'est « l'élément auquel le nom d'un taxon, qu'il soit correct ou synonyme, est attaché de manière permanente. » (Art 7.2 du Code international de nomenclature botanique - CINB).

Un nom botanique est, en lui-même, seulement une phrase (de un, deux ou trois mots). Pour qu'un nom soit significatif, il faut que l'on sache sûrement à quoi il s'applique. L'application d'un nom botanique est régie par la méthode des types nomenclaturaux (types des noms de taxons). Un type attache un nom botanique à un taxon. En nomenclature botanique, un type est soit un spécimen, soit une illustration. Un spécimen est une plante réelle (ou une ou plusieurs parties d'une plante ou un ensemble de petites plantes), morte et conservée dans un herbier (ou son équivalent pour le champignons).

Dans certains cas, une illustration peut servir de type (liste non exhaustive) :

  • Un dessin détaillé, une peinture, etc., décrivant la plante, des débuts de la classification des plantes. À cette époque, une plante séchée était difficile à transporter et à conserver : de nombreux spécimens que des botanistes célèbres ont étudiés ont depuis lors été perdus ou endommagés. Cependant, il y avait des artistes botaniques dévoués qui ont été engagés par des botanistes (ou des naturalistes) pour réaliser des travaux d'illustration botaniques détaillés et fidèles, destinés à de coûteux ouvrages.
  • Une image détaillée d'éléments qui ne peuvent être observés qu'au microscope. Une plante minuscule sur une préparation microscopique fait un médiocre type : la coupe microscopique peut être perdue ou endommagée, ou il peut être difficile de trouver la « plante » en question au milieu d'autres choses. Une illustration constitue alors un type beaucoup plus fiable (Art 37.5 du Code de Vienne , 2006).


Un autre exemple est celui de la famille des Malvaceae. Dans la classification classique, elle comprend environ 1000 espèces. Dans la classification APG II, elle en comprend plus de 4000. C'est le même nom, et le même type nomenclatural, mais avec une circonscription différente. La définition de la circonscription d'un taxon est faite par un taxonomiste dans une publication.

Notes diverses :

  1. Généralement, seule une espèce, ou un taxon infraspécifique, peut avoir un type propre. Pour les nouveaux taxons (publiés après le 1er janvier 1958) de ces niveaux, un type ne peut plus être une illustration.
  2. Un genre a (presque toujours) le même type que l'une des espèces subordonnées. On peut, par commodité, l'appeler « espèce type », mais ce n'est pas un terme officiel. Il y a une exception : un genre peut avoir un type propre uniquement par conservation (Art 10.4).
  3. Une famille (ou toute subdivision d'une famille) a le même type que l'un des genres subordonnés (qui est, presque toujours, le type d'une espèce). On peut, par commodité, appeler ce genre le « genre type », mais ce n'est pas un terme officiel.
  4. Un taxon de rang supérieur à la famille peut partager le type de l'une des familles subordonnées, mais seulement si son nom est dérivé de celui de ce famille (Magnoliales partage le type de la famille des Magnoliaceae). Les noms descriptifs (Angiospermae, Monocotyledones, Hepaticae, Fungi, etc.) n'ont pas de type nomenclatural.
  5. Une liste des types nomenclaturaux est fournie à l'art 9 du CINB, dont le plus important est l'holotype. À noter que le terme « type » est usité dans la littérature botanique dans des expressions sans valeur officielle dans le cadre du CINB : par exemple un clonotype.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]