Théorème de Stickelberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En mathématiques, le théorème de Stickelberger est un résultat de la théorie algébrique des nombres, qui donne certaines informations sur la structure du module de Galois des groupes de classes des corps cyclotomiques. Il a été démontré par Ludwig Stickelberger (en) en 1890.

Énoncé[modifier | modifier le code]

Soit \Q(\zeta_m) une extension cyclotomique de ℚ, de groupe de Galois G = \{\sigma_a | a \in (\Z / m\Z)^*\}, et considérons l'algèbre ℚ[G] du groupe. Définissons l'élément de Stickelberger \theta \in \Q[G] par

\theta = \frac 1 m \sum_{1 \le a \le m, (a,m)=1} a \sigma_a^{-1}

et prenons \beta \in \Z[G] tel que \beta\theta \in \Z[G]. Alors \beta\theta\, est un annulateur pour le groupe des classes d'idéaux de \Q(\zeta_m), comme module de Galois.

Remarque : θ lui-même n'est pas nécessairement un annulateur, il se peut que seuls ses multiples dans ℤ[G] le soient.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Stickelberger's theorem » (voir la liste des auteurs), lui-même transcrit de (en) Stickelberger's theorem de PlanetMath.

Articles connexes[modifier | modifier le code]