Sana Bob

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sana Bob, de son vrai nom Salif Sana, est un chanteur afroreggae né dans un petit village de la région Centre Nord du Burkina Faso.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de danseurs, Sana Bob se berce véritablement de musique auprès de sa mère adoptive ADO GORGO Léontine, une cantatrice très adulée. C’est avec elle que le virus de la musique prend possession de lui mais sans pour autant se développer aussitôt. C'est tout en faisant paître les animaux et en s'occupant de travaux aux champs que Sana Bob se forge une aptitude vocale et construit doucement sa passion pour la musique.
Très jeune, en 1977, il va quérir une vie meilleure en Côte d'Ivoire. Il vit de différents petits boulots; l'instinct musical qui sommeillait en lui surgit et se renforce à travers des formations pointues en musique, danse, comédie, percussion et chant. En tant que musicien auteur compositeur, il y enregistre deux albums dont le tout premier en 1997.

Style musical[modifier | modifier le code]

Sa musique, un reggae moulé dans les sonorités du wed bidé, un rythme musical de sa région. Un afro reggae où s’entremêlent des instruments traditionnels africains tel que le rudga (violon traditionnel), la kora, le bendré (tambour de calebasse), le lunga (tambour d’aisselle et le wamdé (calebasse renversée).

Engagement[modifier | modifier le code]

Il est rare de le voir sans son mégaphone. Car le mégaphone de Sana Bob, c'est tout un symbole : il en fait retentir la sirène pour interpeller les uns et les autres.
"Du courage, du courage, du courage, du courage, du courage...
Toute sa chevelure blanchie jusqu'à rougir, toutes ses semelles finissent, tous ses habits se déchirent,
il se promène avec ses ordonnances à la recherche d’aide et on lui dit : « faut foncer, bats-toi » !
Et s’il ne dispose plus de force pour avancer, et si sa force fini...
Il ne faut pas confondre koka collé avec kaka collé : du courage c’est pas un avoir, c’est un adjectif qualificatif, quelquefois négatif.
Il faut plutôt financer!
C’est un élève, il faut le financer en payant ses fournitures scolaires.
C’est un cultivateur, il faut le financer pour sa production.
C’est un musicien, il faut l’aider en le produisant, c’est ce qu’on appelle la solidarité, lutte contre la pauvreté!"
Résolument engagé pour le développement social du Burkina Faso, il mène un combat en tant que victime de la non scolarisation. Il développe le concept Actions Scolarité qui a pour objectif de sensibiliser les populations sur la nécessité de scolariser les enfants, faire don de kits scolaires et payer les frais de scolarité d'élèves en milieu rural.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Décembre 2009 : album « Béog Yiinga » qui veut dire en langue mooré « pour demain, l'avenir »
  • Octobre 2006 : sortie de l'album « Dernière Chance », c'est l'album qui a fait la popularité de l'artiste
  • Septembre 2000 : l'album « Réconciliation » enregistré à Abidjan est sorti en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso
  • 1997 : enregistrement et sortie du premier album « Gloire » à Abijan chez Showbiz

Liens externes[modifier | modifier le code]