Pierre Albertini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albertini.
Pierre Albertini
Fonctions
Député de la 2e circonscription de la Seine-Maritime
2 avril 199320 juin 2007
Prédécesseur Dominique Gambier
Successeur Françoise Guégot
Maire de Rouen
18 mars 2001 – 2008
Prédécesseur Yvon Robert
Successeur Valérie Fourneyron
Maire de Mont-Saint-Aignan
14 mars 198318 mars 2001
Prédécesseur Alain Brajeux
Successeur Françoise Guégot
Biographie
Date de naissance 22 novembre 1944 (69 ans)
Lieu de naissance Batna (Algérie)
Parti politique Union pour la démocratie française
Profession Professeur de droit
Maires de Rouen

Pierre Albertini, né le 22 novembre 1944 à Batna (Algérie), est un homme politique français, professeur de droit à l'université de Rouen.

Ancien adhérent du PPDF, il était apparenté au groupe UDF, mais n'a pas rejoint le MoDem en 2007. Il est maire de la ville de Rouen de mars 2001 à mars 2008. Il est battu par son adversaire socialiste, au premier tour des élections municipales. Il est depuis 2007 centriste indépendant, soutenu par l'UMP, le MoDem, le Nouveau Centre et Génération écologie.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Après avoir été maire de Mont-Saint-Aignan pendant dix-huit ans (de 1983 à 2001), il est élu maire UDF de Rouen le 18 mars 2001, battant ainsi la liste du maire sortant, le socialiste Yvon Robert (premier maire socialiste, élu en 1995). Il redonne à l'UDF une ville traditionnellement centriste, et ancien bastion de Jean Lecanuet.

Il est réélu député le 16 juin 2002, pour la XIIe législature (2002-2007), dans la deuxième circonscription de la Seine-Maritime.

Partisan de François Bayrou lors des élections présidentielles de 2007 et coauteur du programme législatif de l'UDF, il est le premier député UDF à se rallier au second tour à Nicolas Sarkozy en déclarant lors d'une réunion publique du président de l'UMP au Grand-Quevilly le 24 avril 2007 : « Même si je n'approuve pas dans la totalité les propositions de Nicolas Sarkozy, je constate une très forte convergence sur les grands objectifs. C'est pourquoi, sans renier en aucune manière ni mon parcours ni mes valeurs, je voterai pour Nicolas Sarkozy ».

Le 10 mai, il décline la participation à la création du Mouvement démocrate, et annonce ensuite qu'il se détache de tout parti politique pour « rejoindre le peuple, très largement majoritaire dans notre pays, des Français n'appartenant à aucun parti politique », et il refuse de participer au Nouveau Centre, tout en soutenant un candidat de ce parti pour sa succession à la députation.

Soutenu par le MoDem, l'UMP et Génération écologie pour les élections municipales de mars 2008, Pierre Albertini a perdu son siège au profit de la socialiste Valérie Fourneyron dès le premier tour.

Il a estimé, dans un interview à Paris-Normandie[1], que cet échec fut en partie dû au fait que son « image a été déstabilisée par [sa] prise de position en faveur de Nicolas Sarkozy entre les deux tours de la présidentielle. » Déclarant en outre : « À l'époque j'aurais pu me taire, mais j'ai préféré la transparence. Depuis, le président me déçoit, mais il était trop tard, on m'a pris pour son représentant à Rouen et on m'a sanctionné. » Dans ce même article, Pierre Albertini déclare qu'il cesse toute activité politique, décidant de ne plus se présenter aux élections municipales. Seules les élections européennes pourraient éventuellement l'intéresser.

Mandats[modifier | modifier le code]

Autres mandats[modifier | modifier le code]

  • Délégué général de l'AVUF (Association des Villes Universitaires de France).

Prises de position[modifier | modifier le code]

  • Avant le débat sur le PACS en 1998, contre lequel il a finalement voté, Pierre Albertini avait déposé une proposition de loi créant un « certificat de vie commune », destiné à tous les couples, tant homosexuels qu'hétérosexuels.
  • Dans son ouvrage Destin rouennais, 2007, Pierre Albertini écrit : « ...la définition du bien commun n'est pas toujours d'une évidence biblique. Il m'arrive, comme à beaucoup d'autres de me tromper. De bonne foi, on peut sous-estimer ou, au contraire, surestimer l'influence de telle ou telle donnée. Je revendique, d'ailleurs, à l'instar de Michel Rocard, un « droit à l'erreur » qui n'est, au fond, que le constat réaliste de nos propres limites. En revanche, si j'ai une certitude, c'est que l'action des élus, fruit d'un travail d'équipe, s'apprécie sur la durée et non sur les effets immédiatement visibles qui sont rarement les plus profonds. »
  • Pierre Albertini s'est déclaré favorable à l'institution d'une communauté urbaine autour de Rouen (Destin rouennais p. 112) : « Je propose de mettre en place, entre Rouen, Elbeuf et Louviers-Val-de-Reuil, une communauté urbaine de plus de 500 000 habitants, qui nous ferait entrer à la septième place, dans le peloton de tête des plus grandes agglomérations françaises ; il y a là une opportunité que souligne la géographie elle-même : les communes rassemblées, sont en effet toutes contiguës »

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Nommé chevalier de la Légion d'honneur en 2012 au titre de son engagement au sein de l'Enseignement supérieur

Articles dans la presse[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Grand Livre des Rouennais (préf. Guy Pessiot), Rouen, éd. du P'tit Normand,‎ 1983, 253 p. (lien OCLC?), p. 11

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Droit de dissolution et les systèmes constitutionnels français, Paris, Presses universitaires de France,‎ 1978, 409 p.
  • La Crise du politique : les chemins d'un renouveau, Paris, L'Harmattan,‎ 1997, 165 p. (ISBN 2-7384-5985-4, lien OCLC?)
  • Pierre Albertini et Isabelle Sicart, Histoire du septennat, Paris, Economica, coll. « Mieux connaître »,‎ 2001, 141 p. (ISBN 2717841814, lien OCLC?)
  • Destin rouennais, Rouen,‎ 2007, 127 p. (ISBN 978-2-9530794-0-1, lien OCLC?)
  • La France est-elle gouvernable ?, Paris, L'Harmattan,‎ 2011, 218 p. (ISBN 978-2-296-13939-8, lien OCLC?)

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. « Albertini à cœur ouvert », Paris-Normandie, 15 mars 2008.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]