Peter Maag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Peter Maag est un chef d'orchestre suisse, né le 10 mai 1919 à Saint-Gall et mort le 16 avril 2001 à Vérone en Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père pasteur luthérien et musicien érudit et d'une mère violoniste dans le fameux Quatuor Capet, Peter Maag a comme professeurs d'éminentes personnalités comme le théologien Karl Barth et le philosophe Karl Jaspers.

Musicalement parlant, il étudie le piano et la théorie auprès de Czeslaw Marek à Zurich. Plus tard, il travaille en privé avec l'immense pianiste Alfred Cortot.

C'est avec Franz von Hoesslin et Ernest Ansermet qu'il s'initie à la direction d'orchestre. En 1952, il est affecté comme premier chef d'orchestre à l'Opéra de Düsseldorf, alors dirigé par Eugen Szenkar. Sa réputation ne cesse de croître et il est amené à diriger sur les plus grandes scènes, avec les meilleures formations orchestrales.

Répertoire[modifier | modifier le code]

Méconnu et peu médiatisé, Maag est néanmoins un musicien de grande classe. À ce titre, on ne peut passer sous silence son interprétation parfaitement ciselée et équilibrée de la Symphonie "Écossaise" de Mendelssohn avec l'Orchestre symphonique de Londres chez Decca. Il a enregistré en 1997 cette même symphonie, couplée avec la Symphonie "Italienne", toutes les deux à la tête de l'Orchestre symphonique de Madrid.

Il fut un grand chef d'opéra. Rappelons sa direction au Festival d'Aix-en-Provence, en 1964, d'un Don Giovanni intense avec Bacquier, Ganzarolli, Alva, Tadeo, Ligabue, etc... ; à la Volksoper de Vienne, de la Soirée Ravel (Mesplé, Popp, Cordes, Sénéchal, etc.), en 1965 ; et des Contes d'Hoffmann, à Buenos Aires, en 1970, heureusement disponibles en CD, avec Bacquier, Mesplé, Bakocejic, Harper, d'une rare force.