Paul Sabatier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sabatier.

Paul Sabatier

Description de cette image, également commentée ci-après

Paul Sabatier en 1915

Naissance
Carcassonne (France)
Décès (à 86 ans)
Toulouse (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Champs Chimie
Institutions Université de Toulouse
Université de Bordeaux
Diplôme Collège de France
École normale supérieure
Lycée Pierre-de-Fermat
Renommé pour Réaction de Sabatier, nickel de Sabatier
Distinctions Prix Nobel de chimie (1912)

Paul Sabatier ( à Carcassonne, France - à Toulouse, France) est un chimiste français. Il reçoit la moitié du prix Nobel de chimie en 1912 « pour sa méthode d'hydrogénation des composés organiques en présence de métaux finement divisés, ce qui a permis de faire progresser considérablement la chimie organique dans les dernières années[1] ». Il est l'auteur notamment de La Catalyse en Chimie Organique, ouvrage publié en 1913[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence ses études au lycée Pierre-de-Fermat de Toulouse. Il est reçu à 18 ans à l'École polytechnique et à l'École normale supérieure et choisit cette dernière[3]. Il est admis en 1877 à l'agrégation. Étudiant et assistant de Marcellin Berthelot au Collège de France, il soutient sa thèse en 1880. Il prend ensuite en charge les cours de physique à l'université de Bordeaux jusqu'en 1882 quand il accepte un poste similaire à l'université de Toulouse. L'année suivante il devient responsable des cours de chimie et est élu professeur titulaire de la chaire de chimie générale en 1884, poste qu'il occupera jusqu'à sa retraite en 1930. Il devient doyen de la Faculté des sciences de l'université de Toulouse en 1905 et continue d'enseigner après sa retraite jusqu'à sa mort en 1941.
Il est enterré au cimetière Saint-Vincent à Carcassonne.

Principaux travaux[modifier | modifier le code]

Ses premières recherches le conduisent à étudier les réactions thermiques sur les composés soufrés, métalliques ou organiques, sujet qui le conduit à l'obtention de son doctorat.

Il s'intéresse ensuite au phénomène de catalyse, et notamment à la recherche de catalyseurs pour l'hydrogénation. Il met au point avec la collaboration de Jean-Baptiste Senderens le nickel de Sabatier, considéré comme l'un des premiers catalyseurs.

Il développe de même la réduction du dioxyde de carbone (CO2) en présence de dihydrogène (H2) à des températures et des pressions élevées en présence d'un catalyseur de nickel afin de produire du méthane (CH4). Cette réaction est nommée réaction de Sabatier.

CO2 + 4H2 → CH4 + 2H2O

Elle est actuellement utilisée dans la Station spatiale internationale pour produire l'eau nécessaire à bord ( http://www.nasa.gov/mission_pages/station/research/news/sabatier.html )

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Pour pouvoir en faire un de ses membres, l'Académie des sciences dut modifier ses statuts, car il ne voulait pas quitter Toulouse. Commandeur de la légion d'honneur, il était Doctor of Science, honoris causa de l'université de Philadelphie. Il était également membre honoraire de plusieurs sociétés et confréries universitaires à travers le monde (Londres, Madrid, etc.).

Il fut élu mainteneur de l'Académie des Jeux floraux en 1909 et membre étranger de la Royal Society le . Paul Sabatier a été membre fondateur, aux côtés de Thomas Joannes Stieltjes en particulier, des prestigieuses Annales de la Faculté des Sciences de Toulouse.

Un lycée de Carcassonne et l'Université Paul-Sabatier à Toulouse portent son nom.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Paul Sabatier, Recherches Thermiques sur les Sulfures, Paris, Gauthier-Villars,‎ 1880, 95 p.
  • Paul Sabatier, La Catalyse en Chimie Organique, C. Béranger,‎ 1913, 256 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for his method of hydrogenating organic compounds in the presence of finely disintegrated metals whereby the progress of organic chemistry has been greatly advanced in recent years » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1912 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 7 août 2010
  2. Paul Sabatier, La Catalyse en Chimie Organique, C. Béranger,‎ 1913, 256 p.
  3. (en) « Paul Sabatier - Biograpy », sur nobelprize.org, Nobel foundation (consulté le 9 mai 2010)
  4. (en) « Davy archive winners 1989-1900 », sur royalsociety.org, Royal Society (consulté le 9 mai 2010)
  5. (en) « Franklin Laureate Database - Paul Sabatier », sur fi.edu, The Franklin Institute (consulté le 9 mai 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Biographie sur le site de la Fondation Nobel (la page propose plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par le lauréat — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)