Or nazi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

« L’or nazi » se réfère aux actifs transférés en or par le Troisième Reich à diverses banques pendant la Seconde Guerre mondiale. Le régime a appliqué une politique de pillage des biens de ses victimes pour financer la guerre. Le transfert de ces biens de valeurs fut permis avec la collaboration de certaines institutions. L'identité précise de ces institutions, ainsi que l'étendue exacte des transactions, demeurent obscures, sources de questions mais aussi sujettes à caution.

Des agents de l'Office of Strategic Services dans les banques suisses ont permis de retracer les transactions financières de l'Allemagne qui a utilisé cet or — pris dans l'Europe occupée —, en Suède, au Portugal, en Turquie et en Argentine, avec le concours de banques en Suisse. Grâce à ces informations, le gouvernement des États-Unis a fait pression sur la Suisse qui a finit par rembourser symboliquement 58 millions de dollars aux pays ainsi floués[1].

En 1945 les troupes américaines découvrent dans une mine de sel nommée Kaiseroda à Merkers (en) un trésor composé de métaux stratégique (palladium, platineetc.) et de 250 tonnes d'or ainsi que des sommes énormes en billets de banques étrangers. Ce trésor a été transféré aux États-Unis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rodney Carlisle, Histoire de l'espionnage du XXe siècle, Paris, Marabout,‎ , 364 p. (ISBN 978-2-501-05223-8), chap. 6 (« L'OSS »).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kenneth D. Alford et Theodore P. Savas, Nazi Millionaires: The Allied Search for Hidden SS Gold, Casemate Publishers and Book Distributors, 2002, 319 p. (ISBN 0-9711709-6-7).

Voir aussi[modifier | modifier le code]