Les Supers Nanas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».

Les Supers Nanas

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo français de la série.

Titre original The Powerpuff Girls
Genre Série d'animation
Action-aventure, comédie dramatique, fantasy, science-fiction, super-héros
Création Craig McCracken
Production Genndy Tartakovsky
Chris Savino
Musique James L. Venable, John Disco,
Manda Rin, Stephen Rucker,
Steven Clark, Thomas Chase
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine Cartoon Network
Nb. de saisons 6
Nb. d'épisodes 78
(Liste des épisodes)
Durée 22 minutes
Diff. originale 18 novembre 199825 mars 2005
Site web cartoonnetwork.com/ppg

Les Supers Nanas (The Powerpuff Girls) est une série d'animation américaine créée par Craig McCracken, produite par Cartoon Network Studios et initialement diffusée aux États-Unis sur Cartoon Network du 18 novembre 1998 au 25 mars 2005.

La série se centre sur les aventures de Belle, Bulle et Rebelle, trois super-héroïnes à l'apparence de petites filles, et de leur créateur, un éminent scientifique du nom de professeur Utonium, résidents dans la ville fictive de Townsville. Les filles sont généralement appelées par le maire de la ville pour combattre divers monstres et antagonistes.

McCracken, animateur et créateur de la série, développe le concept et l'origine des Supers Nanas en 1992 dans un court-métrage d'animation intitulé Whoopass Stew! The Whoopass Girls in: A Sticky Situation durant sa seconde année d'étude au CalArts. Après avoir effectué un changement mineur dans le titre, la chaîne Cartoon Network diffuse le tout premier épisode des Supers Nanas dans un programme nommé World Premiere Toons en 1995 et en 1996 sous le label de Cartoon Cartoon. Un total de 6 saisons et de 78 épisodes ont été diffusés, dont deux courts-métrages : un épisode spécial Noël et un épisode spécial fêtant les dix ans d'existence de la série.

La série est positivement accueillie par l'ensemble des critiques et rédactions. Elle a été nommée neuf fois aux Annie Awards, six fois aux Emmy Awards et une fois aux Kids' Choice Awards ; au total, la série originale a été récompensée quatre fois. Plusieurs médias et produits ont été inspirés de la série, créant ainsi une franchise, incluant un film, un anime, trois albums, une collection de cassettes vidéo et de DVD, et une série de jeux vidéo, parmi tant d'autres.

Scénario[modifier | modifier le code]

La série suit les aventures de trois protagonistes nommées Belle, Bulle et Rebelle. Chacune est identifiée par une couleur qui lui est propre : le rose pour Belle, le bleu ciel pour Bulle, et le vert pour Rebelle[1]. Chacune de ses petites filles possède des supers-pouvoirs qu'elles utilisent habituellement pour défendre leur ville face à la menace de divers monstres et antagonistes[2],[3]. Entretemps, ces petites filles vivent le quotidien de tout enfant de leur âge incluant la rivalité entre sœurs, la perte des dents de lait, l'hygiène personnelle, la scolarité, les énurésies nocturnes, et autres passe-temps. Leurs exploits se déroulent habituellement dans la ville de Townsville, aux États-Unis, perçue comme une ville imposante dans la série avec de nombreux gratte-ciels[4].

Personnages[modifier | modifier le code]

Costumes des trois protagonistes et héroïnes de la série. De gauche à droite, Rebelle, Belle et Bulle.

Comme expliqué lors du générique d'ouverture de chaque épisode[4], les Supers Nanas ont été créées en laboratoire par le professeur Utonium, celui-ci ayant initialement pour but de « créer les petites filles parfaites » grâce à un mélange particulier « de sucre, d'épices et de tas de bonnes choses » ; les ingrédients utilisés sont mélangés par ordre de couleurs, avec respectivement le bleu ciel, le vert et le rose, définissant à chacune leur personnalité[5],[6],[7]. Cependant, le professeur Utonium ajoute accidentellement un ingrédient supplémentaire à la mixture, appelé « agent chimique X », créant ainsi, à la place de « petites filles parfaites », trois petites filles en possession de supers-pouvoirs qui incluent notamment la capacité de voler dans les airs, une force surhumaine, une rapidité hors du commun, une invulnérabilité quasi totale, des sens sur-développés, et une vision infrarouge[2],[7]. Elles utilisent en général leurs pouvoirs pour combattre divers monstres et antagonistes principaux tels que Mojo Jojo, un singe anthropomorphe à la peau verdâtre doté d'une grande intelligence[8], Grofilou (Fuzzy Lumpkins), un personnage aux allures de peluche vivant dans une ferme[9], et Lui (Him), un personnage satanique vraisemblablement travesti[10].

Physiquement, ces trois petites filles possèdent une tête ovale surdimensionnée, de très grands yeux (inspirés des œuvres de l'artiste américaine Margaret Keane[11],[12]) ainsi que de petits bras et de petites jambes[4] ; elles sont cependant dépourvues de nez, d'oreilles, de doigts, de cou, de pieds et de doigts de pied. À la création des personnages, McCracken explique avoir privilégié une apparence plus symbolique des filles plutôt qu'un physique tiré dans le réalisme, ce qui signifie que peu de détails ont été ajoutés aux dessins[13]. Elles portent de petites robes rayées assorties à la couleur de leurs yeux, des collants blancs et des babies noires. Chacune des trois héroïnes joue un rôle propre : Belle est la meneuse du groupe, Bulle répand la joie et le rire, et Rebelle la soif d'action et de combats[6],[11],[14].

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Homme caucasien devant un micro.
Craig McCracken, créateur et concepteur des Supers Nanas.

Durant sa première année d'étude dans un programme d'animation au CalArts[15], Craig McCracken, le créateur originel de la série, décide à cette période de créer un court-métrage basé sur un personnage fictif nommé No Neck Joe[16]. En juin 1991, il dessine trois petites filles sur un papier en guise de carte d'anniversaire pour son frère[16],[17]. L'année suivante, il décide d'inclure ces trois petites filles dans un court-métrage qu'il nomme Whoopass Stew! The Whoopass Girls in: A Sticky Situation[18]. À l'origine, McCracken souhaitait animer quatre courts-métrages de ces personnages qu'il a nommé les Whoopass Girls[7], mais il ne parvient à en animer qu'un seul[16]. Les courts-métrages de McCracken sont par la suite sélectionnés pour une diffusion au Spike and Mike's Sick and Twisted Festival of Animation en 1994[18],[19]. Entretemps, alors qu'il travaille sur le dessin-animé Bêtes comme chien en 1993, McCracken apprend que les Whoopass Girls ont été sélectionnées pour une diffusion sur Cartoon Network ; cependant, le mot Whoopass — qui signifie littéralement « botter le cul de... »[20] et qui désigne également une substance toxique trouvée dans les cannettes de soda — trop argotique, devait être remplacé pour qu'il puisse être inclus dans le programme télévisé What a Cartoon!. The Whoopass Girls sont alors renommées The Powerpuff Girls (plus tard nommées Les Supers Nanas dans la version française)[16]. Le nouveau court-métrage de McCracken, intitulé The Powerpuff Girls in: Meat Fuzzy Lumpkins, est diffusé dans le programme World Premiere Toon-In de la chaîne le 20 février 1995[21]. Ce court-métrage ne fait pas l'unanimité auprès des téléspectateurs, et la chaîne choisit à la place de faire une continuité de la série Le Laboratoire de Dexter, un projet que McCracken et son ancien camarade Genndy Tartakovsky (qui a également réalisé certains épisodes des Supers Nanas) avaient créés ensemble[16],[22]. Le producteur exécutif de Cartoon Network, Mike Lazzo, lui donne une nouvelle chance et autorise McCracken à produire un nouveau court-métrage des Supers Nanas intitulé Crime 101, par la suite diffusé dans le programme What a Cartoon! en début 1996. Le scénariste Ernie Anderson, acteur des premiers pilotes, succombe d'un cancer en 1997, et est remplacé par Tom Kenny pour le reste de la série[23].

La première saison des Supers Nanas débute officiellement aux États-Unis le 18 novembre 1998, et devient la série la plus regardée de la chaîne à cette période[2],[11],[24]. Chaque semaine, la série atteint constamment une très conséquente audience et attire démographiquement aussi bien les jeunes enfants que les adultes[4],[5], et aussi bien les garçons que les filles[24]. En octobre 2000, Cartoon Network ajoute Les Supers Nanas dans une diffusion en début de soirée chaque vendredi soir[25]. Dès fin 2000, de nombreux produits dérivés de la série sont commercialisés incluant t-shirts, jouets et figurines, jeux vidéo, ligne de vêtements et de vaisselles[24]. Concernant son succès, McCracken ne pensait pas que le phénomène aurait pris une telle ampleur[24],[26]. En grande surface, le succès des produits était tel qu'il n'arrivait pas à combler la demande toujours grandissante des clients[14]. Un peu plus tard, Les Supers Nanas, le film sort en salle aux États-Unis en juin 2002, puis est diffusé le 23 mai 2003 sur Cartoon Network[27] avec quelques changements dans le style graphique. À la suite de ce film et après quatre saisons, McCracken quitte la production pour se focaliser sur le projet d'une autre série d'animation de son invention intitulée Foster, la maison des amis imaginaires[28], menant Chris Savino à occuper sa place vacante[16]. La série originale prend initialement fin dès le 25 mars 2005 après six saisons[11],[29]. Cartoon Network offre la possibilité à McCracken et Savino de réaliser une septième saison, mais les deux créateurs déclinent cette proposition, expliquant que la série a fait son temps[16]. En août 2008, McCracken révèle sur son compte officiel deviantART, comme annoncé au Comic-Con durant la même année, son intention de réaliser un court-métrage d'animation d'une demi-heure en collaboration avec Cartoon Network spécialement pour célébrer la dixième année d'existence de la série[30]. Ce court-métrage spécial, intitulé The Powerpuff Girls Rule!!!, est diffusé sur Cartoon Network Pan-Europe le 29 novembre 2008 lors du marathon télévisé spécial Supers Nanas, et aux États-Unis le 19 janvier 2009, également lors d'un marathon. Contrairement aux précédents épisodes de la série, ce court-métrage est animé par Adobe Flash chez Cartoon Network Studios[31].

Épisodes[modifier | modifier le code]

Logo en forme damier noir et blanc avec chacune des lettres formant Cartoon Network représentées dans les cases.
Logo original de la chaîne télévisée Cartoon Network, sur laquelle la série des Supers Nanas a été originellement diffusée.

La série originale des Supers Nanas est initialement diffusée aux États-Unis sur la chaîne de télévision Cartoon Network entre le 18 novembre 1998 et le 25 mars 2005[11] et compte un total de 78 épisodes et de 6 saisons[4],[32]. La série a également été diffusée le 3 juillet 2002 sur le bloc de programmation Kids' WB[33]. En mars 2012, la série est rediffusée sur Cartoon Network dans le programme Cartoon Planet[34]. Une collection de DVD a été commercialisée depuis l'année 2000[35],[36],[37],[38]. La première saison complète est commercialisée dans un coffret DVD aux États-Unis le 16 juin 2007[39], et un coffret contenant toutes les saisons est commercialisé le 20 janvier 2009 par Warner Bros. pour célébrer le dixième anniversaire de la série[40]. Internationalement, et comme pour bon nombre de séries d'animation Cartoon Network, la série des Supers Nanas a été adaptée et diffusée dans de nombreux pays. En France, la série est pour la première fois diffusée le 8 janvier 2000 sur Canal+ et Cartoon Network, et rediffusée sur France 3 dans le programme La Bande à Dexter le 8 octobre 2008[7]. Elle est de nouveau rediffusée sur Boing depuis août 2011[41]. En Belgique, elle est diffusée sur Club RTL, et au Québec sur Télétoon Rétro[42],[43].

Les épisodes, inspirés du genre tokusatsu[5], dans lesquelles les protagonistes combattent divers antagonistes pour sauver leur ville, contiennent une ou plusieurs références liée à la culture populaire (comme l'épisode Quatre méchants dans le vent, rendant hommage au groupe britannique des Beatles), et incluent le plus souvent possible des gags à répétition[3]. McCracken, le créateur de la série, explique que, dans chaque épisode, il se devait de peaufiner le concept des bons et des mauvais personnages[28]. Il explique également que le style graphique se devait d'être simple permettant aux studios outre-mer de reproduire rapidement les dessins[26]. Chaque épisode a été dessiné main chez Rough Draft Studios en Corée du Sud[44], à l'exception des courts-métrages diffusés dans le programme What a Cartoon!, le premier ayant été réalisé aux studios Animal House au Japon, et le second chez Fil Cartoons aux Philippines. Concernant les musiques, James L. Venable est l'auteur du générique de début, et le groupe écossais Bis du générique de fin[45]. Le thème d'ouverture se base sur un échantillon musical intitulé Funky Drummer de Clyde Stubblefield[46].

Distribution[modifier | modifier le code]

Homme caucasien tenant un papier et parlant au micro
L'acteur américain Tom Kenny qui prête sa voix, entre autres, au narrateur dans la version originale[47].

Voix originales[modifier | modifier le code]

  • Catherine Cavadini : Blossom (Belle)
  • Tara Strong : Bubbles (Bulle)
  • Elizabeth Daily : Buttercup (Rebelle)
  • Tom Kane : Professor Utonium (professeur Utonium) / Him (Lui) / Talking Dog (chien qui parle)
  • Tom Kenny : Narrator (narrateur) / Mayor of Townsville (maire de Townsville) / Mitch Mitchelson / Snake Ingleberry / Lil' Arturo
  • Jennifer Martin : Ms. Sara Bellum
  • Jennifer Hale : Ms. Keane / Princess Morbucks (princesse Plénozas) / Sedusa
  • Roger L. Jackson : Mojo Jojo / Boomer
  • Jeff Bennett : Ace Copular / Grubber / Big Billy
  • Jim Cummings : Fuzzy Lumpkins (Grofilou)
  • Chuck McCann : Bossman / Junior / Slim
  • Rob Paulsen : Brick / Boomer

Sources : TV.com[47]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Sources : Planète Jeunesse[7]

Médias[modifier | modifier le code]

La série des Supers Nanas ayant gagné en popularité depuis sa première diffusion sur la chaîne de télévision Cartoon Network, de nombreux produits dérivés à son effigie ont été initialement commercialisés sous de nombreuses formes sur le marché nord-américain[4]. Ces médias incluent parmi tant d'autres, long-métrage, adaptations animées, cassettes vidéo et DVD, compilations musicales, jeux vidéo, comics, jouets, peluches, ainsi que de brèves apparitions, comme dans une parodie de la série d'animation MAD[49], et sous la forme de figurines promotionnelles dans des branches de restauration rapide comme Subway[50] et Burger King[51]. La série et ses trois principales protagonistes ont également eu une certaine influence sur la culture populaire. Un lien entre le trio et le féminisme s'est par ailleurs créé dans le concept du Girl Power[2], et de la troisième vague féministe[4]. Chez les particuliers, certaines représentations s'inspirent des personnages de la série et de son univers[52].

Film[modifier | modifier le code]

Un film dérivé de la série originale, intitulé Les Supers Nanas, le film (Le Film des Supers Nanas au Québec[53]), est commercialisé aux États-Unis le 3 juillet 2002 par Warner Bros. et Cartoon Network[54], et le 28 août 2002 en France[55]. Il explique les origines des Supers Nanas et la manière dont elles sont devenues les gardiennes de leur ville[4],[56]. Le film est positivement accueilli avec une note générale de 63 % sur Rotten Tomatoes[57] ; cependant, il est négativement critiqué de par sa violence[58]. Le film remporte un total $ 16 millions dans le monde entier pour un budget de $ 11 millions[59].

Adaptations animées[modifier | modifier le code]

En avril 2005, un projet pour une adaptation de la série originale en anime, initialement intitulée Demashita! Pawapafu Gāruzu Zetto[60], et plus tard renommée Les Supers Nanas Zeta en français, est annoncé[61]. Ce projet, dérivé du genre magical girl[62], est créé en collaboration avec les sociétés Tōei Animation, Aniplex et Cartoon Network[63]. Tous les personnages, dont les principales protagonistes, issus de la série originale, ont été physiquement remaniées pour s'adapter à l'audience japonaise[64]. La série est diffusée pour la première fois au Japon avec 52 épisodes d'une demi-heure, chaque samedi du 1er juillet 2006 au 23 décembre 2006, et du 6 janvier 2007 au 30 juin 2007[62]. La série dévie, cependant, du scénario et des personnages originaux, mais rappelle le thème essentiel de la série originale lorsqu'elle a rencontré le succès[65]. Une version en anglais est produite en parallèle chez Ocean Studios à Vancouver, au Canada puis diffusée sur Cartoon Network Asie et Boomerang Australie[66],[67].

Le 28 janvier 2013, la diffusion d'une nouvelle série d'animation adaptée des Supers Nanas, et originellement intitulée The Powerpuff Girls: Dance Pants R-EVIL-ution, est annoncée[68]. Le scénario retrace une nouvelle fois les aventures des trois protagonistes tentant de sauver leur ville, et également le monde face à diverses menaces[69]. Cette adaptation, aux dessins différents comparée à son prédécesseur, est réalisée par Dave Smith, qui s'est auparavant occupé de la réalisation d'épisodes des Supers Nanas et du Laboratoire de Dexter[32],[69],[70],[71]. Ringo Starr, l'ancien batteur du groupe britannique The Beatles est annoncé dans la version originale pour chanter la musique d'ouverture intitulée I Wish I Was a Powerpuff Girl[72],[73] ainsi que le doublage d'un personnage du nom de Fibonacci Sequins[74]. Concernant le doublage, les acteurs de la série originaux reprennent leur place respective, dont Tara Strong, l'interprète américaine de Belle, confirmant sur son compte Twitter le 29 janvier 2013 son retour officiel[32].

Musiques[modifier | modifier le code]

Trois compilations musicales tirées de la série originale ont été commercialisées. La première, intitulée Heroes & Villains et commercialisée le 18 juillet 2000 aux États-Unis, contient les musiques originales des personnages des Supers Nanas composées par des musiciens et groupes de musiciens dont Devo, Bis, The Apples in Stereo et Frank Black[75] ; ce premier album atteint le classement des musiques pour enfants dans le magazine Billboard[76]. Un autre album, intitulé The City of Soundsville et commercialisé le 18 septembre 2001, contient des thèmes orientés electronica, qui a également été bien accueilli par les critiques[77],[78]. Le troisième album, intitulé Power Pop et commercialisé le 12 août 2003 contient principalement des musiques pour adolescents orientées pop et est considéré comme « une grosse déception » par les critiques[79].

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Les jeux vidéo tirés de la série Les Supers Nanas contiennent des thèmes d'action en tout genre. The Powerpuff Girls : Affreux Mojo Jojo sur Game Boy, commercialisé le 14 novembre 2000 aux États-Unis et en 2001 en France, suit Belle dans sa quête pour vaincre Mojo Jojo[80],[81],[82] ; le jeu est considéré comme « simple et ennuyeux » sur le site Gamespot et généralement mal accueilli par les critiques[83],[84]. The Powerpuff Girls: Paint the Townsville Green, un autre jeu commercialisé en novembre 2000, suit Rebelle dans sa lutte contre le crime[85]. The Powerpuff Girls: Bulle contre Lui suit Bulle dans son combat contre Lui et a été commercialisé le 27 février 2001 sur Game Boy Color[86],[87]. The Powerpuff Girls: Chemical X-traction est commercialisé en octobre 2001 sur PlayStation, et suivent les trois protagonistes dans leur lutte contre les méchants pour récupérer l'agent chimique X et traquer Mojo Jojo ; IGN accueille positivement le jeu, mais attribue une note négative de 2 sur 10 à la version PSone[88],[89]. The Powerpuff Girls: Mojo Jojo A-Go-Go, commercialisé le 27 novembre 2001 sur Game Boy Advance, se centre sur la mission des trois filles pour arrêter Mojo Jojo et ses sbires ; le jeu est accueilli d'une manière mitigée[90],[91],[92]. The Powerpuff Girls: Relish Rampage est commercialisé en novembre 2002 aux États-Unis et le 26 février 2004 en France sur PlayStation 2, GameCube et Game Boy Advance[93] ; le jeu, accueilli d'une manière mitigée, met en scène ces personnages jouables dans un monde développé en 3D[94].

Autres[modifier | modifier le code]

La branche Delta Express a fait la promotion de la série en y faisant peindre les personnages de Belle, Bulle et Rebelle sur un Boeing 737-200[95]. Le vol inaugural de l'avion s'est déroulé à l'aéroport international de Boston-Logan à Boston, dans le Massachusetts, le 17 juillet 2000[96]. En 2002, l'avion est de nouveau peint pour y inclure les personnages du film Les Supers Nanas, le film[97]. Également, des trophées en forme de flacon d'« Agent chimique X », avec l'ombre des trois protagonistes de la série, ont été conçus par la branche Jager Di Paola Kemp Design pour les compétitions féminines de snowboard et de surf sponsorisées par Cartoon Network[98]. Du côté de la restauration rapide, la branche Subway a offert quatre jouets Supers Nanas, du 21 août au 1er octobre 2000, pour l'achat d'un menu enfant[50]. Six jouets pour enfants chez Dairy Queen, ainsi qu'un ticket de loterie pour gagner la cassette vidéo des Supers Nanas intitulée Boogie Frights, étaient également offerts[99]. En 2001, les trois protagonistes de la série sont représentées sur chaque paquet de céréales Kellogg's[100]. En juillet 2002, Jack in the Box offre des jouets dérivés du film[101]. Le 10 février 2003, Burger King offre pendant quatre semaines des jouets Supers Nanas et Dragon Ball Z[51]. En octobre 2011, les magasins Toys “R” Us de New York lancent la commercialisation de jouets Supers Nanas, en même temps que ceux de la série Ben 10[102].

Une parodie dérivée des Supers Nanas et de la sitcom américaine 2 Broke Girls, connue sous le nom de 2 Broke Powerpuff Girls, a été diffusée le 30 janvier 2012 sur Cartoon Network dans la seconde saison de la série d'animation MAD. Cette parodie met en scène Bulle et Rebelle, obligées de gagner de l'argent en travaillant dans un restaurant rapide dirigé par Lui, après que leur émission ait été suspendue. Les doubleurs originaux, Tara Strong et Tom Kane, reprennent leur doublage de Bulle et Lui, respectivement[49]. Lors de sa diffusion, l'épisode de MAD incluant cette parodie a atteint 1,903 million de téléspectateurs[103].

En février 2013, IDW Publishing annonce un partenariat avec Cartoon Network pour produire des comics du même nom dérivés de la série originale[104], le premier volet étant commercialisé en septembre 2013[105]. Également, une adaptation manga, illustrée par l'auteur japonais Shiho Komiyuno, est incluse au magazine Ribon de Shūeisha entre juillet 2006 et juillet 2007[106]. Une autre adaptation manga intitulée PowerPuff Girls Doujinshi a été créée en 2004 et incluse chez Snafu Comics[7] ; les filles sont plus âgées, mais possèdent la même personnalité qu'elles adoptent dans la série d'animation, et font la rencontre d'autres personnages de dessins-animés. Le scénario montre désormais les filles scolarisées dans la ville voisine de Townsville connue sous le nom de Megaville[107]. Le comic est récompensé « meilleur comic de super-héros » et « meilleur design des personnages » aux Web Cartoonist's Choice Awards en 2005[108].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques et rédactions[modifier | modifier le code]

La série Les Supers Nanas est positivement accueillie par la majeure partie des critiques et rédactions. Dans une revue du magazine Entertainment Weekly, Marc Bernadin félicite la série pour son « sens aigu de la culture pop » et son « sens de l'humour inégalé », donnant un accueil plus chaleureux que les cartoons de super-héros « ennuyeux » avec lesquels il a grandi[109]. Peter Marks du magazine The New York Times note l'utilisation d'humour adulte et des références culture-pop de la série, expliquant que « la série, même avec son humour, fait appel aussi bien au téléspectateur de 37 ans que celui de 7 ans[110]. » Joly Herman, de l'organisation à but non-lucrative Common Sense Media, décrit l'émission notamment comme « adorable » ; elle note, cependant, que la série peut basculer en un rien de temps dans la violence et qu'il n'existe aucun moyen de protéger les jeunes téléspectateurs de cette violence[111]. Robert Lloyd de LA Times explique que la série serait « transgressive » et basée sur la violence mais « également adorable[112]. » TV Guide classe Les Supers Nanas à la 17e place dans sa liste des 50 plus grands personnages de cartoon de tous les temps[113]. IGN classe la série à la 18e place de son Top 25 des meilleures séries d'animation de tous les temps en 2006[114].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Primetime Emmys 2000 : Meilleure animation (Don Shank pour les épisodes Une 4e Super Nana et Un super doudou)[115]
  • Annie Awards 2001 :
    • Meilleur thème musical pour une série d'animation (James L. Venable, Thomas Chase, et Steve Rucker pour l'épisode Quatre méchants dans le vent)[116]
    • Meilleur design pour une série d'animation (Don Shank)[116]
  • Primetime Emmys 2005 : Meilleure réalisation pour une série d'animation (Frank Gardner pour l'épisode Mojo le Kid)[115]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Annie Awards 1999 :
    • Meilleurs design et concept pour un personnage d'animation (Craig Kellman pour l'épisode Dynamo - Dynamite)[117]
    • Meilleure réalisation d'une série d'animation (John McIntyre pour l'épisode La Fiancée du professeur)[117]
    • Meilleur doublage pour une série d'animation (Tara Strong)[117]
  • Primetime Emmys 1999 : Meilleure animation (Craig McCracken, John McIntyre, Amy Keating Rogers, Jason Butler Rote et Genndy Tartakovsky pour les épisodes Méchante Bulle et La Vérité toute nue)[118]
  • Annie Awards 2000 : Meilleur scénario pour une série d'animation (Chris Savino pour l'épisode Le Marchand de sable)[119]
  • Primetime Emmys 2000 : Meilleur programme d'animation (Robert Alvarez, Craig McCracken, John McIntyre, Randy Myers, Amy Keating Rogers et Genndy Tartakovsky pour les épisodes L'Invasion des Brocoloïdes et Le Bain de Rebelle)[115],[120]
  • Kids' Choice Awards 2001 : Dessin animé préféré[121]
  • Primetime Emmys 2001 : Meilleur programme d'animation (Robert Alvarez, Lauren Faust, Craig McCracken, John McIntyre, Amy Rogers, et Genndy Tartakovsky pour les épisodes Les Dents longues et Quatre méchants dans le vent)[115],[122]
  • Annie Awards 2002  : Meilleurs design et concept pour un personnage d'animation (Paul Rudish pour l'épisode Club privé)[123]
  • Annie Awards 2003  : Meilleurs design et concept pour un personnage d'animation (Andy Bialk pour l'épisode Sauver Mojo Jojo)[124]
  • Annie Awards 2004 : Meilleurs design et concept pour un personnage d'animation (Chris Reccardi pour l'épisode Mojo le Kid)[125]
  • Primetime Emmys 2004 : Meilleur programme d'animation (Robert Alvarez, Lauren Faust, etc. pour l'épisode Il faut sauver Noël)[126],[127]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rich Wilson, « Reviews & Ratings for The Powerpuff Girls », sur IMDb, États-Unis,‎ 7 juin 1999 (consulté le 14 septembre 2013).
  2. a, b, c et d (en) Mary P. Sheridan-Rabideau, Girls, Feminism, and Grassroots Literacies: Activism in the GirlZone, State University of New York Press,‎ 2008, 48-49 p. (ISBN 978-0-7914-7297-2, lire en ligne).
  3. a et b (en) Mike Flaherty, « Power Hungry », sur ew.com, Entertainment Weekly,‎ 8 février 2001 (consulté le 28 février 2011).
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Gladys L. Knight, Female Action Heroes: A Guide to Women in Comics, Video Games, Films and Television, Santa Barbara,‎ 2010 (ISBN 978-0-313-37612-2, lire en ligne), p. 227-237.
  5. a, b et c (en) « History of The Powerpuff Girls », sur lifestyle.iloveindia.com (consulté le 14 septembre 2013).
  6. a et b (en) « Buttercup, She is The Toughest Fighter », sur epinions.com,‎ 19 mai 2000 (consulté le 14 septembre 2013).
  7. a, b, c, d, e et f « Les Supers Nanas », sur Planète Jeunesse (consulté le 13 septembre 2013).
  8. (en) « Mojo Jojo », sur Cartoon Network (consulté le 30 septembre 2013).
  9. (en) « Fuzzy Lumpkins », sur Boomerang Australie (consulté le 30 septembre 2013).
  10. (en) « #47 Him Is More Disturbing Now Than He Was Then », sur Things 90s Kids Realize,‎ 4 octobre 2010 (consulté le 30 septembre 2013).
  11. a, b, c, d et e (en) Nancy Basil, « Powerpuff Girls », sur About.com (consulté le 15 septembre 2013).
  12. (en) Emru Townsend, « Craig McCracken on Stupid Dogs and Powerful Girls », Frames Per Second Magazine,‎ été 1995 (lire en ligne).
  13. (en) Robert Lloyd, « Beyond Good and Evil: To the utterly adorable kicking superheroics of the Powerpuff Girls! », LA Weekly,‎ 22 novembre 2000 (lire en ligne).
  14. a et b (en) Becky Ebenkamp, « Power to the Puff People », sur business.highbeam.com,‎ 11 juin 2001 (consulté le 17 septembre 2013).
  15. (en) Daniel Wineman, « Signoff: Never Underestimate the Power of a Puff », The New York Times,‎ 1998 (lire en ligne).
  16. a, b, c, d, e, f et g (en) « The Powerpuff Girls: Who, What, Where, How, Why... Who Cares? »,‎ 2009 (consulté le 13 septembre 2013).
  17. (en) Craig McCracken, « 1st PPG Drawing », CMcC's Deviant Art Gallery,‎ 2008 (consulté le 31 mai 2011).
  18. a et b (en) Jeff Lenburg, Who's Who in Animated Cartoons: An International Guide to Film & Television's Award-winning and Legendary Animators, Hal Leonard Corporation,‎ 2006 (ISBN 978-1-55783-671-7, lire en ligne), p. 231.
  19. (en) « Press, a brief history », sur spikeandmike.com (consulté le 29 mai 2011).
  20. (en) « Definition of “open a can of whoop ass” », sur Online Slang Dictionnary (consulté le 27 septembre 2013).
  21. (en) « Animator Profile: Craig McCracken », sur cartoonnetwork.com (consulté le 26 mars 2007).
  22. (en) Mike Snider, « Star Wars goes animated tonight », USA Today,‎ 2003 (lire en ligne).
  23. (en) Christopher Borrelli, « TV's Ghoulardi was “a wild man” », The Toledo Blade,‎ 1997 (lire en ligne).
  24. a, b, c et d (en) Rick DeMott, « The Powerpuff Girls' Phenomenal Merchandising Mantra », Animation World Magazine, no 5-7,‎ octobre 2000 (lire en ligne).
  25. (en) Laurie Goldberg, « Cartoon Network Tops Weekly and Friday Prime Ratings for the Week of Oct. 2-8 », Time Warner,‎ 2001 (consulté le 29 mars 2007).
  26. a et b (en) Matthew Price, « Q&A with Powerpuff Girls creator Craig McCracken », sur NewsOK,‎ 16 janvier 2009 (consulté le 15 septembre 2013).
  27. (en) « Carton Network airs Powerpuff Girls Movie », sur herald-mail.com,‎ 13 mai 2003 (consulté le 11 mai 2013).
  28. a et b (en) « Craig Mc Cracken Interview », sur imaginary-friends.net (consulté le 15 septembre 2013).
  29. (en) « Cartoon Network Original Series », sur altiusdirectory.com (consulté le 21 mai 2012).
  30. (en) Craig McCracken, « I'm back », CMcC's Deviant Art Journal,‎ 2008 (consulté le 27 mai 2011).
  31. (en) Aaron Simpson, « Powerpuff Girls 10th Anniversary Interview With Creator Craig McCracken », sur coldhardflash.com,‎ 2009 (consulté le 16 janvier 2009).
  32. a, b et c (en) Michael Oleaga, « Powerpuff Girls 2013 Return Confirmed for Cartoon Network Special Later This Year; Old Voice Actors to Return », sur latinospost.com,‎ 29 janvier 2013 (consulté le 17 septembre 2013).
  33. (en) Jennifer H. Tomooka, « Powerpuff Girls coming to Kids WB », sur mania.com,‎ 15 mars 2002 (consulté le 15 septembre 2013).
  34. (en) Zach Walton, « Cartoon Network Brings Back The Classics With Cartoon Planet », WebProNews,‎ 2012 (consulté le 31 mars 2012).
  35. (en) Adam Tyner, « The Powerpuff Girls: Powerpuff Bluff », sur DVD Talk,‎ 9 novembre 2000 (consulté le 15 septembre 2013).
  36. (en) Adam Tyner, « The Powerpuff Girls: Down 'N' Dirty », sur DVD Talk,‎ 9 novembre 2000 (consulté le 15 septembre 2013).
  37. (en) Adam Tyner, « The Powerpuff Girls: Meet the Beat-Alls », sur DVD Talk,‎ 3 novembre 2001 (consulté le 15 septembre 2013).
  38. (en) Adam Tyner, « Powerpuff Girls - Twas the Fight Before Christmas », sur DVD Talk,‎ 28 octobre 2001 (consulté le 15 septembre 2013).
  39. (en) Francis Rizzo III, « The Powerpuff Girls - The Complete First Season », sur DVD Talk,‎ 12 juin 2007 (consulté le 15 septembre 2013).
  40. (en) Francis Rizzo III, « The Powerpuff Girls: The Complete Series - 10th Anniversary Collection », sur DVD Talk,‎ 23 janvier 2009 (consulté le 15 septembre 2013).
  41. « Les Supers Nanas », sur Boing (consulté le 28 septembre 2011)
  42. « Les Super Nanas », sur teletoonmedia.com (consulté le 15 septembre 2013).
  43. Mathieu Li-Goyette, « 15 ans de dessins animés : bonne fête Télétoon ! », sur msn.com,‎ 4 décembre 2012 (consulté le 15 septembre 2013).
  44. (en) Ray Richmond, « Special Report: Animation », The Hollywood Reporter,‎ 2004 (consulté le 15 janvier 2004).
  45. (en) « Bis Lends A Hand To The Powerpuff Girls », mtv.com,‎ 1998 (consulté le 27 mai 2011)
  46. (en) Johnny Rabb, Jungle/Drum 'n' Bass for the Acoustic Drum Set: A Guide to Applying Today's Electronic Music to the Drum Set, Alfred Music Publishing (ISBN 978-0-7579-9025-0, lire en ligne), p. 16.
  47. a et b (en) « The Powerpuff Girls Cast », sur TV.com (consulté le 13 septembre 2013).
  48. « Interview : François Jaubert », sur Objectif Cinéma (consulté le 13 septembre 2013) : « Dans Les Super-Nanas je double le personnage de Lui, qui passe son temps à monter dans les aigus. Il faut savoir radicalement changer. ».
  49. a et b (en) « Mad Mash-up: 2 Broke Powerpuff Girls », sur Tvguide.com (consulté le 5 mai 2010).
  50. a et b (en) « Subway Teams Up with Powerpuff Girls », sur QSR Magazine, Journalistic,‎ 7 juillet 2000 (consulté le 8 août 2013).
  51. a et b (en) United Business Media, « The Powerpuff Girls and Dragon Ball Z Bring Two Exclusive Toys To Every Burger King Big Kids Meal », sur PR Newswire,‎ 10 février 2003 (consulté le 15 septembre 2013).
  52. (en) Jenful, « Saving the world before bedtime…in the parking lot », sur jenful.com,‎ 10 mai 2013 (consulté le 27 septembre 2013).
  53. « Le Film des Super Nanas », sur doublage.qc.ca (consulté le 15 septembre 2013).
  54. (en) Lisa Schwarzbaum, « Movie Review: The Powerpuff Girls Movie (2002) », sur ew.com,‎ 2 juillet 2002 (consulté le 1er juillet 2011).
  55. « Les Supers Nanas - Powerpuff girls, le film », sur Allociné (consulté le 30 septembre 2013).
  56. (en) Stephen Holden, « Film Review; They Have a Tantrum, Then Save the World », sur The New York Times,‎ 3 juillet (consulté le 25 juillet 2011).
  57. (en) « The Powerpuff Girls - The Movie (2002) », sur rottentomatoes.com (consulté le 25 juillet 2011).
  58. (en) Paula Nechak, « Violence overpowers Powerpuff Girls », sur Seattlepi.com, Hearst Communications,‎ 2 juillet 2002 (consulté le 21 mai 2012).
  59. (en) « The Powerpuff Girls Movie », sur Box Office Mojo (consulté le 12 mai 2012).
  60. « Les Supers Nanas Zeta », sur Allociné (consulté le 19 septembre 2013).
  61. (pt) Alexandre Nagado, « Meninas Superpoderosas em versão animê », sur omlete.com.br,‎ 7 avril 2005 (consulté le 1er juin 2011).
  62. a et b (en) « Demashitaa! Powerpuff Girls Z (TV) », sur Anime News Network (consulté le 15 septembre 2013).
  63. (en) « Powerpuff Girls Anime Announced », sur Anime News Network,‎ 2 avril 2005 (consulté le 15 septembre 2013).
  64. (en) « Powerpuff Girls Reinvented for Japanese Audienc », sur npr.org,‎ 1er novembre 2007 (consulté le 15 septembre 2013).
  65. (en) Jason Lloren, « Powerpuff Girls re-anime-ted », sur sfgate.2011,‎ 10 juillet 2006 (consulté le 21 mai 2012).
  66. (en) « Where children reign », sur Moetron,‎ 11 janvier 2008 (consulté le 13 septembre 2013).
  67. (en+es) « Anima Info 503 », sur papodebudega.com,‎ 26 juin 2013 (consulté le 13 septembre 2013).
  68. (en) Scott Green, « Cartoon Network Plans More Power Puff Girls and Teen Titans », sur Crunchyroll,‎ 29 janvier 2013 (consulté le 13 septembre 2013).
  69. a et b (en) Mikey McCollor, « The Powerpuff Girls Are Returning to Cartoon Network! », sur smosh.com,‎ janvier 2013 (consulté le 17 septembre 2013).
  70. (en) « The Powerpuff Girls Soar Again », sur Cartoon Network Blog,‎ 31 janvier 2013 (consulté le 13 septembre 2013).
  71. (en) Lara Crombie, « Powerpuff Girls Returns to Cartoon Network This Year », sur prefixmag.com,‎ 29 janvier 2013 (consulté le 17 septembre 2013).
  72. (en) « Ringo Starr Voicing Powerpuff Girls Character, Starting Work on New CD », abcnewsradioonline.com (consulté le 12 décembre 2012).
  73. (en) « Remember the Powerpuff Girls Episode That Set Records for Beatles References Per Minute? », sur Popdust (consulté le 15 septembre 2013).
  74. (en) Andrew Sims, « First look: The Powerpuff Girls are coming back to Cartoon Network, Ringo Starr to perform », sur Hypable,‎ 29 janvier 2013 (consulté le 17 septembre 2013).
  75. (en) « Powerpuff Girls: Heroes & Villains Soundtrack CD », sur cduniverse.com (consulté le 2 juillet 2011).
  76. (en) Entertainment Weekly, « Power Hungry », sur EW.com,‎ 8 février 2001 (consulté le 28 mai 2012).
  77. (en) « Powerpuff Girls: The City of Soundsville », sur Billboard.com (consulté le 27 mai 2011).
  78. (en) Heather Phares, « Review: Powerpuff Girls: The City of Soundsville », sur allmusic.com (consulté le 27 août 2011).
  79. (en) Rovi, « The Powerpuff Girls: Power Pop Review », sur allmusic.com, Heather Phares (consulté le 12 mai 2012).
  80. (en) « Tech Info for The Powerpuff Girls: Bad Mojo Jojo », sur Gamespot, Gamespot (consulté le 1er février 2008).
  81. « The Powerpuff Girls: Bad Mojo Jojo - Gameboy », sur Jeuxvideo.com (consulté le 17 septembre 2013).
  82. « Super Nanas : Affreux Mojo Jojo (Game Boy Color) », sur Micromania (consulté le 30 septembre 2013).
  83. (en) Ryan Mac Donald, « The Powerpuff Girls: Bad Mojo Jojo Review », sur GameSpot,‎ 4 décembre 2000 (consulté le 1er février 2008).
  84. (en) Chris Harris, « The Powerpuff Girls: Bad Mojo Jojo Review », sur IGN,‎ 1er décembre 2000 (consulté le 1er février 2008).
  85. (en) « The Powerpuff Girls: Paint the Townsville Green », sur IGN (consulté le 4 février 2008).
  86. (en) « Tech Info for The Powerpuff Girls: Battle Him », sur Gamespot, Gamespot (consulté le 26 juin 2011).
  87. « The Powerpuff Girls : Battle Him - Gameboy », sur Jeuxvideo.com (consulté le 17 septembre 2013).
  88. (en) « The Powerpuff Girls-x-traction », sur www.ign.com (consulté le 12 mai 2012).
  89. (en) « Powerpuff Girls: Chemical X-traction (PS1 version) », sur IGN (consulté le 13 septembre 2013).
  90. (en) « Mojo-jojo-a-go-go Review », sur www.ign.com (consulté le 12 mai 2012).
  91. (en) « Mojo-jojo-a-go-go Review (Gamestop) », sur www.gamespot.com (consulté le 12 mai 2012).
  92. « The Powerpuff Girls : Mojo Jojo A-Go-Go - Gameboy Advance », sur Jeuxvideo.com (consulté le 17 septembre 2013).
  93. « The Powerpuff Girls : Relish Rampage - Gameboy Advance », sur Jeuxvideo.com (consulté le 17 septembre 2013).
  94. (en) « Release Information for PlayStation 2 on GameFAQs », sur gamefaqs.com (consulté le 21 mai 2012).
  95. (en) Arnd Wolf, « Picture of the Boeing 737-232/Adv aircraft », Airliners.net,‎ 2002 (consulté le 29 décembre 2012).
  96. (en) « Delta Express 737 Gets Animated Escort From Cartoon Network's The Powerpuff Girls », Time Warner,‎ 17 juillet 2000 (consulté le 29 décembre 2012).
  97. (en) « Delta Express and Cartoon Network Celebrate The Powerpuff Girls Movie », PR Newswire, United Business Media,‎ 2002 (lire en ligne).
  98. (en) Poppy Evan, Extraordinary Graphics for Unusual Surfaces: Making the Most of Hard-to-design Spaces, Rockport Publishers,‎ 2002 (ISBN 1-56496-860-X, lire en ligne), p. 196.
  99. (en) « Dairy Queen », sur Ice Cream Reporter,‎ 20 mars 2001 (consulté le 8 août 2013).
  100. (en) « Kellogg and The Powerpuff Girls Power-Up Pop-Tarts », sur foodingredientsonline.com,‎ 21 juin 2001 (consulté le 17 septembre 2013).
  101. (en) « Powerpuff Girls Soar into Jack's », sur Business Wire,‎ 28 juin 2002 (consulté le 8 août 2013).
  102. (en) « Cartoon Network Enterprises Debuts Boutique for the Powerpuff Girls and Ben 10 at Toys'R'Us Times Square. », sur business.highbeam.com, New York,‎ 12 octobre 2011 (consulté le 17 septembre 2013).
  103. (en) The Futon Critic Staff, « Monday's Cable Ratings: Pawn Stars Leads the Pack Once Again », sur The Futon Critic,‎ 1er février 2012 (consulté le 12 mai 2012).
  104. (en) « IDW Teams Up with Cartoon Network! », sur IDW,‎ 25 février 2013 (consulté le 18 mai 2013).
  105. (en) Rich Johnson, « The Launch of The Powerpuff Girls – IDW Solicitations For September 2013, Including Transformers, My Little Pony, Star Trek, Doctor Who, GI Joe and Locke and Key », sur Bleeding Cool,‎ 14 juin 2013 (consulté le 17 septembre 2013).
  106. (ja) « Ribon Magazine », sur ribon.shueisha.co.jp (consulté le 12 mai 2013).
  107. (en) « Webcomic Review: Powerpuff Girls Doujunshu », comicbooked.com (consulté le 12 mai 2012).
  108. (en) « 2005 Web Cartoonists' Choice Award Celebration! », ccawards.com (consulté le 10 juillet 2012).
  109. (en) Marc Bernadin, « TV on DVD Review: The Powerpuff Girls », EW.com, Entertainment Weekly,‎ 2000 (lire en ligne).
  110. (en) Peter Marks, « Television/Radio; Now Mom and Dad Are Going Cartoon-Crazy, Too », The New York Times,‎ 2000 (lire en ligne).
  111. (en) Joly Herman, « Tv reviews Powerpuff Girls », Common Sense Media (consulté le 15 mai 2012).
  112. (en) « Review: Powerpuff Girls Rule!!! », Los Angeles Times, Tribune Company,‎ 2009 (lire en ligne).
  113. (en) « TV Guide's 50 greatest cartoon characters of all time », TV Guide,‎ 2002 (lire en ligne).
  114. (en) « Top 25 Primetime Animated Series of All Time », IGN,‎ 2006 (consulté le 27 janvier 2013).
  115. a, b, c et d (en) « The Powerpuff Girls », emmys.com (consulté le 1er juin 2011).
  116. a et b (en) « 29th Annual Annie Award Nominees and Winners (2001) », annieawards.org (consulté le 27 mai 2011).
  117. a, b et c (en) « 27th Annual Annie Award Nominees and Winners (1999) », annieawards.org (consulté le 27 mai 2011)
  118. (en) « Primetime Emmy noms — List 1 », Variety,‎ 1999 (consulté le 27 mai 2011).
  119. (en) « 28th Annual Annie Award Nominees and Winners (2000) », annieawards.org (consulté le 27 mai 2011).
  120. (en) « 52nd Annual Primetime Emmy Award Nominations », digitalhit.com (consulté le 27 mai 2011).
  121. (en) Donald Liebenson, « Nickelodeon Presents Kids Choice Awards », Chicago Tribune,‎ 2001 (lire en ligne).
  122. (en) « Emmy 2001 nomination list », Variety,‎ 2001 (lire en ligne).
  123. (en) « 30th Annual Annie Award Nominees and Winners (2002) », annieawards.org (consulté le 27 mai 2011).
  124. (en) « 31st Annual Annie Award Nominees and Winners (2003) », annieawards.org (consulté le 27 mai 2011).
  125. (en) « 32nd Annual Annie Award Nominees and Winners (2004) », annieawards.org (consulté le 27 mai 2011).
  126. (en) « Complete list of primetime Emmy nominations », USA Today,‎ 2004 (lire en ligne).
  127. (en) « The Powerpuff Girls: Twas The Fight Before Christm », emmys.com (consulté le 15 avril 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 6 octobre 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.