Hôtel Ciamberlani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel Ciamberlani
Hôtel Ciamberlani (1897) à Ixelles après restauration
Hôtel Ciamberlani (1897) à Ixelles après restauration
Présentation
Période ou style Art nouveau
Type Hôtel particulier
Architecte Paul Hankar
Destination initiale Habitation
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Bruxelles-Capitale
Commune Ixelles
Localisation
Coordonnées 50° 49′ 40″ N 4° 21′ 35″ E / 50.82786111, 4.35973611150° 49′ 40″ Nord 4° 21′ 35″ Est / 50.82786111, 4.359736111  

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Hôtel Ciamberlani

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Hôtel Ciamberlani

L'Hôtel Ciamberlani est conçu en 1897 par l’architecte Paul Hankar, qui fut un des piliers du style Art nouveau en Belgique. C'est un hôtel particulier commandé par le peintre symboliste Albert Ciamberlani et situé à Ixelles, commune bruxelloise.

Paul Hankar est, comme les autres protagonistes du courant Art nouveau, en rupture avec la tradition classique.

Description[modifier | modifier le code]

La symétrie prônée dans les bâtiments classiques est rompue : au rez-de-chaussée, qui compte quatre travées, la porte est rejetée à l’extrémité de la façade.

La structure métallique est laissée apparente en façade ; c'est le cas d'une Poutrelle I à Profil Normal ou IPN, au-dessus des fenêtres du 2ème étage.

Les fenêtres sont de formes particulières. Au premier étage, où se trouve le salon donnant sur le balcon, elles sont en arc outrepassé, avec des fins châssis en bois qui compartimentent la baie et dont le dessin ressemble à un dessin extrême oriental. La taille et forme des percements sont elles aussi en rupture avec l'architecture classique. La façade est dictée par la nature des pièces à l’intérieur. Elle se doit d'être le reflet de la distribution intérieure de l'hôtel, conséquence directe de l’intérêt d'Hankar pour Viollet-Le-Duc et sa théorie sur le rationalisme, théorie qui énonce que l'ornementation doit être liée à la structure même de l'édifice et que la façade doit être pensée en fonction du plan et de l’organisation intérieure.

Détail de sgraffite du premier étage restauré

Quant à la décoration, les sgraffites conçus par Ciamberlani lui-même pour orner la partie supérieure ainsi que la partie entre les deux fenêtres semi-circulaires du première étage ont été réalisés par Adolphe Crespin.

La façade a été restaurée en 2006.

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]