Garde de Nuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Écu de la Garde de Nuit

La Garde de Nuit (terme original : Night's Watch) est, dans la saga Le Trône de fer écrite par George R. R. Martin, une organisation militaire existant depuis plusieurs milliers d'années (au moins depuis 8 000 ans). Elle est chargée de la défense de la frontière Nord des Sept Couronnes, et en particulier du Mur.

Place au sein des Sept Couronnes[modifier | modifier le code]

La Garde de Nuit est un ordre neutre qui est tenu de ne jamais prendre parti au sein des conflits politiques internes aux Sept couronnes. Tout Frère juré ayant prononcé ses vœux ne peut dès lors plus quitter le noir, la désertion étant punie de mort.

Membres de la Garde de Nuit[modifier | modifier le code]

Les membres de la Garde de Nuit sont appelés « Frères jurés » ou « Frères noirs ». Les frères de l'ordre sont ironiquement surnommés « corbeaux » ou « corbacs » en raison de la couleur noire de leur tenue.

Si certains ont rejoint volontairement la Garde de Nuit, beaucoup sont des délinquants ayant préféré « prendre le noir » plutôt que subir la mort (pour les criminels), la castration (pour les violeurs) ou l'emprisonnement. La Garde de Nuit est aussi le refuge de vagabonds ou de mendiants, mais est aussi à l'opposé le refuge de certains « nobles bâtards » nés hors mariage (c'est le cas notamment de Jon Snow), ou de personnes dont on ne veut plus dans diverses Cours (Samwell Tarly).

Ils sont entièrement vêtus de noir et ont fait vœu de ne pas prendre femme, de ne pas avoir d'enfant et de ne pas avoir de possessions matérielles.

Ils sont répartis en trois ordres aux fonctions différentes :

  • les Patrouilleurs, combattants qui forment l'essentiel de la Garde et chargés de la protection matérielle du mur et d'incursions en territoire des Sauvageons ;
  • les Constructeurs, chargés de maintenir le Mur et les infrastructures en bon état ;
  • les Intendants, qui assurent le ravitaillement et la logistique.

La Garde de Nuit est dirigée par un lord Commandant, qui présente la particularité d'être élu aux deux tiers des suffrages par les membres de la Garde à la mort de son prédécesseur. Lorsque la saga commence, la Garde de Nuit comprend environ un millier de membres ; Jeor Mormont est le 997e lord Commandant depuis la création de l'ordre.

Forteresses de la Garde de Nuit[modifier | modifier le code]

La Garde de Nuit occupe trois forteresses situées le long du Mur :

  • Châteaunoir (commandant de garnison : Jeor Mormont),
  • Fort-Levant (commandant de garnison : Cotter Pyke),
  • Tour Ombreuse (commandant de garnison : Denys Mallister).

Serment des Frères jurés[modifier | modifier le code]

« La nuit se regroupe, et voici que débute ma garde. Jusqu'à ma mort, je la monterai. Je ne prendrai femme, ne tiendrai terres, n'engendrerai. Je ne porterai de couronne, n'acquerrai de gloire. Je vivrai et mourrai à mon poste. Je suis l'épée dans les ténèbres. Je suis le veilleur au rempart. Je suis le feu qui flambe contre le froid, la lumière qui rallume l'aube, le cor qui secoue les dormeurs, le bouclier protecteur des royaumes humains. Je voue mon existence et mon honneur à la Garde de Nuit, je les lui voue pour cette nuit-ci comme pour toutes les nuits à venir[1]. »

Quelques Frères jurés[modifier | modifier le code]

  • Ser Jeor Mormont, surnommé le « Vieil Ours », 997e Lord Commandant de la Garde de Nuit
  • Jon "Lord" Snow, fils bâtard d'Eddard Stark, 998e Lord commandant de la Garde de Nuit (élu à la mort de son prédécesseur)
  • Samwell Tarly, ami de Jon Snow
  • Mance Rayder, ancien membre de la Garde de Nuit, devenu renégat et chef des Sauvageons
  • Benjen Stark, frère d'Eddard Stark, porté disparu au delà du Mur
  • Qhorin Mimain, Edden et Vipre, compagnons de route de Jon Snow
  • Mestre Aemon, grand-oncle de Danaerys Targaryen, centenaire
  • Yoren, recruteur de la Garde de Nuit
  • Ser Alliser Thorne, maître d'armes de la Garde
  • Janos Slynt, ancien Lord Commandant du Guet de Port-Réal
  • Fauvette des Sœurs
  • Donal Noye
  • Emmett-en-fer

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traduction de Jean Sola, in Le Trône de fer, L'Intégrale 2, éd. J'ai lu, 2009 réédité 2013, p. 931.

Voir aussi[modifier | modifier le code]