Francesco Guicciardini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Louis Guichardin.
Portrait de Francesco Guicciardini
Storia d'Italia
Statue de Guichardin au piazzale des Offices, Florence

Francesco Guicciardini, parfois appelé par son nom francisé François Guichardin (né le 6 mars 1483 à Florence - mort le 22 mai 1540 à Arcetri) était un historien, un philosophe, un diplomate et un homme politique florentin du XVIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Francesco Guicciardini fut ambassadeur auprès du roi Ferdinand II d'Aragon, et ensuite du pape Léon X.

Pour sa première mission diplomatique, il est envoyé à la Cour de Ferdinand le Catholique, de 1511 à 1513, par la République de Florence, où il est chargé[1] de faire en sorte que le roi d'Espagne accepte la fidélité de Florence à la France, ce qui sera rendu encore plus difficile par les changements politiques qui affectent Florence alors qu'il est en Espagne. La mission est finalement remplie, grâce à des correspondances parallèles entre Francesco, son père et ses frères qui réussirent à combler les faiblesses et les réticences de la communication diplomatique officielle, et à tenir Francesco au courant de la situation internationale[2],[3].

Il posséda le château de Poppiano endommagé en 1529 pendant le siège de Florence[4].

Il fut enterré dans le chœur de l'église Santa Felicita à Florence en 1540.

Sa statue figure au piazzale des Offices de Florence, parmi les grands hommes toscans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Fournel (dir.) et Jean-Claude Zancarini (dir.) (trad. Cael(io) S(ecundo) C(urione)), Histoire d'Italie [« Storia d'Italia : Historiarum sui temporis libri vinginti, ex Italico in Latinum sermonem conversi, iterum editi, atque ab ipso interprete emendati ac perpoliti, sic ut alij omnino esse videantur »], Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1537-1540 (impr. à Bâle en 1567 par P. Perna & Henrici Petri (réimpr. novembre 1996), 1290 p. (ISBN 978-2-221-91029-0)
    retrace les principaux événements depuis 1490 jusqu'en 1534 en Italie. Ce livre eut un retentissement dans l’Europe entière et notamment auprès d’humanistes comme Jean Bodin et Montaigne, il innove en mettant l’accent sur la recherche des causes des principaux événements historiques de son époque, ainsi que par sa vision de l’histoire en général.
  • Ricordi. Conseils et avertissements en matière politique et privée, traduit de l'italien par Françoise Bouillot et Alain Pons, présentation par Alain Pons, éditions Ivrea, Paris, 1998
  • Storie fiorentine (de 1378 à 1509)
  • Considerazioni sui Discorsi del Machiavelli, (1527 - 1529)
  • Ricordi politici e civili
  • Dialogo del Reggimento di Firenze (de 1521 à 1526)
  • Emanuele Cutinelli-Rendina , « Entre diplomatie familiale et diplomatie publique », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 78 | 2009, mis en ligne le 15 février 2010, Consulté le 09 mars 2012. URL : http://cdlm.revues.org/index4693.html

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sa lettre de mission est analysée par Pierre Jodogne in « Francesco Guicciardini nell’atto di scrivere. La prima lettera dalla Spagna (1512) », dans La « riscoperta » di Guicciardini. Atti del Convegno internazionale di studi (Torino 14-15 novembre 1997), a cura di A. E. Baldini e M. Guglielminetti, Gênes, Name, 2006, p. 131-50.
  2. François Guichardin, Ricordi. Conseils et avertissements en matière politique et privée, traduit de l’italien par F. Bouillot et A. Pons, Paris, Éditions Invrea, 1998, p. 104-105.
  3. Emanuele Cutinelli-Rendina , Entre diplomatie familiale et diplomatie publique ; Guichardin en Espagne auprès du Roi Catholique (Dossier : Diplomaties italiennes de la première modernité) ; p. 231-239 (Résumé, et texte intégral) ; cahiers de la Méditerranée, 78 | 2009 : Migration et religion en France (Tome 2)
  4. Francesco Guicciardini dans ses Memorie

Sources[modifier | modifier le code]

  • (it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Francesco Guicciardini » (voir la liste des auteurs)
  • Francesco Guicciardini, Lettere, edizione critica a cura di P. Jodogne, Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1986-2008 (le dixième volume qui vient de paraître arrive au mois de juillet 1525).Francesco Guicciardini, Lettere, edizione critica a cura di P. Jodogne, Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1986-2008

Liens externes[modifier | modifier le code]