Elté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elte.jpg

Elté est une marque déposée en 1930 par Louis Tarchier, qui produisait des boules en acier artisanalement. Louis Tarchier fut l'un des deux créateurs des premières boules lyonnaises en acier.

La première boule en acier[modifier | modifier le code]

En 1925, Louis Tarchier habite à Saint-Bonnet-le-Château (devenu la capitale mondiale de la pétanque). Il est basculeur (armurier). Au moment de crise de 29, il doit chercher une nouvelle source de revenus. Il a alors un ami, qui habite à deux pas de chez lui, un certain Jean Blanc, qui lui propose de faire des boules lyonnaises.

Les deux amis disposaient chacun d'une partie du matériel nécessaire : Louis se rendait donc chez Jean Blanc pour la première partie du travail, à savoir l'emboutissage des coquilles qui formeraient les futures boules. Puis ils se rendaient chez Louis, où ils soudaient les deux coquilles fraîchement embouties. Enfin, ils nettoyaient et polissaient la boule ainsi obtenue pour la strier puis la marquer. Les deux compères créèrent les premières boules lyonnaises une à une, ensemble, sans aucune aide extérieure. Ces ainsi que Louis Tarchier et Jean Blanc créèrent ensemble les premières Lyonnaises en acier.

L'origine de la boule acier, document rédigé par Louis Tarchier lui-même.[modifier | modifier le code]

ORIGINE DE LA BOULE ACIER à Saint-Bonnet-le-ChâteauLoire

Aux environs des années 1927 - 1928, Monsieur Jean BLANC, à l'époque serrurier en bâtiment confectionnait des fers à bœuf, etc.. Son voisin, Monsieur Louis TARCHIER, basculeur-armurier de profession, était également un des seuls spécialistes en soudure autogène et pratiquait le découpage des métaux au chalumeau. Un jour, Monsieur Jean BLANC, qui avait déjà discuté de cette question avec Monsieur TARCHIER une quinzaine de jours auparavant, lui dit "nous pourrions ensemble confectionner des boules ". Monsieur TARCHIER approuva aussitôt. Quelque temps plus tard, arrivèrent des bandes de métal. Ces bandes trop longues pour être rentrées dans l'atelier, situé dans la cour de l'immeuble BORY - RIVEL durent être découpées. Messieurs Jean BLANC et Louis TARCHIER durent ensuite se procurer des pieds à coulisse suffisamment longs pour prendre le diamètre des boules. Monsieur Jean BLANC qui possédait une presse et un tour confectionna poinçons et matrices pour découper des disques dans les bandes de métal. Il fabriqua entre autres un poinçon pour emboutir ces disques et avoir des coquilles. La presse possédait un écrou droit et un écrou gauche qui permettait de descendre le poinçon millimètre par millimètre, mais elle était trop faible pour effectuer ce travail et il fallut souvent changer le vilebrequin. L'emboutissage avait donc lieu à froid (acier mi-dur). Monsieur TARCHIER qui possédait un tour, coupait les coquilles ainsi façonnées, faisait le chanfrein et les soudait à la soudure autogène. Pour cette première opération, il fallait placer la boule sur un appareil destiné à la faire tourner. Cet appareil, de leur invention, était actionné à pied afin de laisser les mains libres pour effectuer la soudure et tenir le burin au chalumeau. M. TARCHIER enlevait ensuite les bavures de soudure au burin ou à la meule et Jean BLANC les tournait. Cette opération demandait environ TROIS HEURES. Il leur a fallu confectionner des boules pendant plusieurs mois pour en trouver deux de même poids et de même diamètre. Ensuite, elles étaient striées, puis trempées à la forge : Louis TARCHIER tirait le soufflet de forge et Jean BLANC les faisait tourner. Ils fabriquaient ainsi des boules « LYONNAISES » en deux dimensions.

Monsieur Jean BLANC déposa la marque « J.-B. », puis trouva un vendeur à SAINT-ÉTIENNE, Monsieur VINCENT "Au clou d'Argent ". Mais lorsque la production ' devint importante, Monsieur VINCENT abandonna, la vente. Elle fut alors reprise par Monsieur DEVILLE.

Au décès de Monsieur Jean BLANC, le 20 janvier 1933, à l'âge de 58 ans, Monsieur TARCHIER continua l'affaire à son compte et déposa la marque « L.-T. » ainsi que les modèles de striage. L'essentiel de la fabrication était alors expédié à LA BOULE INTÉGRALE à LYON.

Monsieur Jean DEVILLE est devenu acquéreur des machines et conserva la marque « J.-B. ».

L'usine fonctionnait, à SAINT-BONNET-LE-CHÂTEAU, Boulevard des Chauchères.

Rapport de M. Louis TARCHIER - Année 1978

Création d’Elté[modifier | modifier le code]

Comme dit dans le document ci-dessus, Louis Tarchier et Jean Blanc se mirent chacun à leur compte, le premier en créant la marque Elté en 1930, le second en créant la marque JB. Ce dernier conçut plusieurs modèles de boules, dont les boules PERFECT. Les boules Elté étaient frappées avec un poinçon représentant les lettres LT cerclées. Le logo était quant à lui la simple écriture du nom de la marque (voir l'image ci-jointe).

Retraite de Louis Tarchier et reprise de la production par son gendre et sa fille.[modifier | modifier le code]

Après trente-trois ans de bons et loyaux services, Louis Tarchier décida de prendre sa retraite, cédant l'affaire à son gendre, Maurice Crozet. Ce dernier déposa par ailleurs la marque MC. Ils produisirent jusqu'en 1987, puis vendirent la marque et les usines à une entreprise, qui sept ans après vendit l'ensemble de la production à la marque OBUT, qui fit disparaître la marque.

À noter qu’OBUT racheta aussi la marque JB.

La boule ELTÉ.[modifier | modifier le code]

Les boules Elté sont des boules artisanales, très différentes des boules produites à la chaîne, et estimées par les professionnels. Elles étaient vendues à un prix fort convenable. Chaque boule bénéficiait d'une garantie de deux ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Izoird et Gérard Pélisson-Lafay, La Pétanque, éditions ÉdiLoire