Der Tod und das Mädchen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Jeune Fille et la Mort

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Jeune Fille et la Mort.
Franz Schubert, compositeur

Der Tod und das Mädchen, opus 7 n°3, D.531 (en français La Jeune Fille et la Mort) est un lied pour voix et piano composé par Franz Schubert en février 1817. Les paroles, en allemand, sont tirées d'un poème de Matthias Claudius.

L'accompagnement au piano est repris comme thème suivi de variations, dans le second mouvement du Quatuor à cordes n° 14 en ré mineur « La Jeune Fille et la Mort », D. 810 écrit en 1824.

Structure[modifier | modifier le code]

Ce lied commence par une introduction en mineur ; les huit premières mesures sont en 2/2. Au piano, les deux mains jouent des accords ; la main gauche joue deux notes à la fois, la main droite trois. Cette introduction est calme (pianissimo), lente (moderato, mäßig) et a pour thème musical la mort.

La « jeune fille » rentre à la huitième mesure sur une anacrouse. Cette partie est plus agitée que l'introduction, Schubert y indique comme tempo un peu plus vite (etwas geschwinder) et comme nuance piano. La partie de piano, qui joue des croches en alternant la main droite et la main gauche, est syncopée. Un accord diminué sur « ich bin noch jung » donne une ambiance fantastique. À la huitième mesure de la chanson de la jeune fille, sur le mot « rühre » (« toucher »), les croches s'arrêtent et le rythme de l'introduction réapparait. Puis une demi cadence amène un silence avec un point d'orgue. Cette seconde partie dure 13 mesures.

La troisième et dernière partie est la chanson de la « mort ». On revient au tempo initial. La tonalité est fa majeur, la tonalité majeur relative de mineur. La mélodie devient quasiment monocorde et ne change que très peu de note. Le rythme devient lent et monotone. La mort chante sans laisser apparaître la moindre émotion, créant un contraste saisissant avec la mélodie essoufflée et désespérée de la jeune fille. La tonalité passe en majeur sur les dernières syllabes de la chanson de la mort. La coda est une répétition de l'introduction si ce n'est qu'elle est plus courte d'une mesure et est en majeur.

Texte[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Der Tod und das Mädchen (info)
Lied Der Tod und das Mädchen interprété par Ernestine Schumann-Heink (1919)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
Texte original allemand Traduction française

Das Mädchen
Vorüber! Ach, vorüber!
Geh, wilder Knochenmann!
Ich bin noch jung, geh Lieber!
Und rühre mich nicht an.

Der Tod
Gib deine Hand, du schön und zart Gebild!
Bin Freund, und komme nicht, zu strafen.
Sei gutes Muts! ich bin nicht wild,
Sollst sanft in meinen Armen schlafen!

La jeune fille
Va-t'en ! Ah ! va-t'en !
Disparais, odieux squelette !
Je suis encore jeune, va-t-en !
Et ne me touche pas.

La Mort
Donne-moi la main, douce et belle créature !
Je suis ton amie, tu n'as rien à craindre.
Laisse-toi faire ! N'aie pas peur
Viens doucement dormir dans mes bras !

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]