David Robinson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robinson.
David Robinson Portail du basket-ball
David Robinson (Team USA).jpg
David Robinson en avril 2006
Fiche d’identité
Nom complet David Maurice Robinson
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 6 août 1965 (48 ans)
Key West, Floride
Taille 2,16 m (7 1)
Poids 116 kg (255 lb)
Surnom The Admiral
Situation en club
Club actuel Retraité
Numéro 50
Poste Pivot
Draft NBA
Année 1987
Position 1re
Franchise Spurs de San Antonio
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1989-1990
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1996
1996-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2001
2001-2002
2002-2003
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
Spurs de San Antonio
24,3
25,6
23,2
23,4
29,8
27,6
25,0
17,7
21,6
15,8
17,8
14,4
12,2
8,5
Sélection en équipe nationale **
1986-1996 Drapeau : États-Unis États-Unis
Basketball Hall of Fame 2009
FIBA Hall of Fame 2013

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

David Maurice Robinson (né le 6 août 1965 à Key West en Floride) est un ancien joueur de basket-ball américain qui a évolué dans l’équipe NBA des Spurs de San Antonio.

Il est considéré comme l’un des meilleurs pivots de l’histoire de la ligue. Son surnom, l’Amiral, est dû à sa carrière universitaire dans la US Navy.

Biographie[modifier | modifier le code]

David Robinson effectue le même parcours que son père en rentrant dans l’US Navy. Sélectionné en première position de la draft 1987 par les Spurs de San Antonio, il doit attendre deux ans le temps de finir ses obligations militaires avant de rejoindre le club (la Navy l’excuse des trois années de services restantes expliquant que sa taille (2m16), l’empêchait de remplir plusieurs tâches)

Robinson rejoint finalement les Spurs pour la saison 1989-1990. L’équipe remporte 35 victoires de plus que la saison passée : c’est la meilleure progression de l’histoire de la NBA[1]. Robinson, principal responsable de l’exploit, gagne le titre de rookie de l’année.

Grâce à Robinson, les Spurs participent chaque année aux playoffs, mais ne remportent pas le titre. Robinson est membre de la Dream Team aux Jeux olympiques de 1992 qui remporte la médaille d’or.

En 1993-1994, à la course au titre de meilleur marqueur de la ligue avec Shaquille O'Neal, il marque 71 points lors du dernier match de la saison face à des Clippers très conciliants. Cette même année, Robinson va entrer dans l'histoire, le 17 février, comme étant le 4e joueur de l'histoire à réussir un quadruple double, c'est-à-dire compiler lors d'un même match des statistiques à deux chiffres dans 4 catégories différentes, avec 34 points, 10 rebonds, 10 passes et 10 contres contre les Pistons de Détroit.

Il remporte le titre de MVP en 1995, est nommé dans la liste des 50 meilleurs joueurs de l’histoire de la NBA en 1996, mais ne remporte toujours pas le titre avec les Spurs. San Antonio a pourtant une superbe occasion en 1994-1995, après 62 victoires en saison régulière, d’accéder aux finales NBA en affrontant les Rockets de Houston en finales de conférence. Mais David Robinson est dominé par Hakeem Olajuwon et les Rockets s’imposent en 6 manches.

Dennis Rodman, son ancien coéquipier transféré aux Bulls, le critique ouvertement, déclarant qu’il est trop « tendre » en playoffs pour pouvoir prétendre un jour gagner le titre. Il est le seul pivot de l'histoire à être dans plusieurs top 20 sur une saison (points, rebonds, contres, interceptions et efficacité) lors des saisons 1991/92 et 1993/94.

Avant le début de la saison 1996-97, Robinson se blesse pour la saison. Les Spurs s’effondrent et ne remportent que 20 matchs. Ce mauvais résultat leur offre le premier choix de la draft 1997, avec lequel ils sélectionnent l’intérieur Tim Duncan (2m11), avec qui Robinson va former les tours jumelles de la NBA.

La saison 1998-1999, raccourcie à cause de la grève, sera enfin celle des Spurs. Après avoir obtenu le meilleur bilan de la NBA, les Spurs foncent vers le titre en perdant seulement 2 matchs en play-offs.

Les Spurs doivent ensuite céder le titre pendant trois années consécutives aux Lakers de Los Angeles. Au début de la saison 2002-2003, Robinson annonce qu’il prendra sa retraite à l’issue de la saison. Menés par Tim Duncan, les Spurs remportent un nouveau titre, permettant à Robinson de se retirer de la plus belle façon qui soit.

Il a cumulé 20 790 points, 10 497 rebonds et 2954 contres en carrière en NBA.

Son maillot, le numéro 50, a été retiré par la franchise texane.

Le 6 avril 2009, il entre au Basketball Hall of Fame de la NBA, le Panthéon du basket nord-américain, qui rassemble toutes les plus grandes personnalités de l'histoire de la NBA. Il en devient membre en même temps que Michael Jordan et John Stockton, ses coéquipiers de la Dream Team.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Universitaire[modifier | modifier le code]

En sélection nationale[modifier | modifier le code]

David Robinson aux jeux panaméricains 1987
David Robinson.
David Robinson.

En franchise[modifier | modifier le code]

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce record sera à nouveau dépassé par les Spurs qui passeront de 20 victoires en 1996-1997 à 56 victoires en 1997-1998, soit 36 victoires supplémentaires.
  2. (en) « David Robinson, Pat Summitt lead FIBA Hall of Fame list », sur usatoday.com,‎ 27 mai 2013
  3. (en) Joe Calvillo, « David Robinson Scores 71 points - The raceto 71: Robinson’s dominant offensive season », sur nba.com
  4. (en) « TOP SINGLE-GAME SCORERS (60-PLUS) », sur nba.com
  5. (en) « Kobe's 81-point game second only to Wilt », sur scores.espn.go.com,‎ 22 janvier 2006

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :