Chiyo-ni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chiyo auprès d'un puits dont le seau est pris par un liseron (estampe de Kuniyoshi illustrant son plus fameux haïku.

Chiyo-ni (千代尼?, « la nonne Chiyo »), (1703 - 2 octobre 1775) est une (nonne bouddhiste) et poétesse japonaise de la période Edo. Elle est également connue comme Kaga no Chiyo (加賀千代 ou 加賀の千代?, « Chiyo de Kaga ») du nom de sa province d'origine. Elle est considérée comme une des grandes poétesses japonaises.

Biographie[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Les fleurs, et en particulier les liserons (volubilis dans certaines traductions), reviennent souvent dans ses haïkus :

« Les chevaux au galop
reniflent leurs jarrets –
un parfum de violettes »

— (trad. Atlan et Bianu)[1]

« S'ils se referment au matin
les volubilis –
c'est par haine des hommes ! »

— (trad. Atlan et Bianu)[2]

Son haïku le plus célèbre est d'ailleurs celui dit du liseron et du seau[3], dont il existe de nombreuses traductions dans chaque langue ; en voici deux en français :

« Le liseron
A mis ses doigts sur le seau de mon puits
Je dois aller emprunter de l'eau au voisin »

— (trad. Coyaud, 1993)[4]

« le liseron
au seau du puits s'est enroulé
à mon voisin je vais quémander de l'eau »

— (trad. Cheng, 2005)[5]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions originales[modifier | modifier le code]

On connaît d'elle deux recueils de haïkus :

  • 1764. Chiyo-ni kushu (« Recueil des haikus de Chiyo-ni »), 564 haïkus
  • 1771. Haikai matsu no koe (« Haiku du chant des pins »), 327 haikus

Éditions en français[modifier | modifier le code]

Monographies
Anthologies
  • 2002. Haiku : anthologie du poème court japonais (trad. Corinne Atlan et Zéno Bianu ; texte français seulement), éd. Gallimard, coll. « Poésie » no 369, 239 pages, ISBN 2-07-041306-3, 133 auteurs, 504 haïkus (dont 6 de Chiyo)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir anthologie 2002, Haiku : anthologie du poème court japonais, p. 64.
  2. Voir anthologie 2002, Haiku : anthologie du poème court japonais, p. 108.
  3. Le haïku en japonais : asagao ni tsurube torarete morai mizu (朝顔に釣瓶とられて貰ひ水?, litt. « volubilis par, seau-du-puits est-capturé, demander-à-des-proches-et-obtenir eau »).
  4. Coyaud, Maurice (1993), Poésies et contes du Japon, éd. P.A.F. (Pour l'Analyse du Folklore), ISBN 2-902684-28-2, p. 173 — C'est le seul de Chiyo dans l'ouvrage.
  5. Voir monographie 2005, Bonzesse au jardin nu

Liens externes[modifier | modifier le code]