Campagne de Prusse et de Pologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Campagne de Prusse et de Pologne
Napoléon à Friedland
Napoléon à Friedland
Informations générales
Date 1806 - 1807
Lieu Prusse, Pologne, Russie
Issue Victoire française et capitulation de Prenzlau
Traité de Tilsit
Changements territoriaux Prusse et Pologne
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français

Drapeau de l'Espagne Espagne

Drapeau de la Russie Impériale Empire russe

drapeau du Royaume de Prusse en 1803 Royaume de Prusse
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Drapeau de la Suède Royaume de Suède
Drapeau de l'Électorat de Hanovre Électorat de Brunswick-Lunebourg
Drapeau du Royaume de Saxe Royaume de Saxe
Bandiera del Regno di Sicilia 4.svg Royaume de Sicile

Commandants
Napoléon Ier
Louis Nicolas Davout
Frédéric-Guillaume III
Frédéric de Hohenlohe
Gebhard von Blücher
Alexandre Ier
Levin von Bennigsen
Forces en présence
160 000 Français 150 000 Prussiens
91 000[1] Russes
Pertes
Pour la campagne de Prusse:
145 000 morts blessés ou prisonniers[2]
Quatrième coalition
Batailles
Cap-Vert (navale) — San Domingo (navale) - Río de la Plata

Campagne de Dalmatie (1806-1807)
Raguse — Castel-Nuovo


Campagne de Prusse (1806)
Saalbourg — Schleiz — Saafeld — Auerstaedt — Iéna — Halle — Magdebourg — Lübeck — Golymin — Pułtusk — Stralsund


Campagne de Pologne (1807)
Eylau — Ostrołęka — Dantzig — Guttstadt — Heilsberg — Friedland


Traité de Tilsit

La campagne de Prusse et de Pologne se déroule pendant les guerres de la quatrième coalition de 1806 à 1807.

Contexte[modifier | modifier le code]

En juillet 1806, Napoléon crée la Confédération du Rhin, qui rassemble les petits États rhénans et d’Allemagne. Les plus petits sont intégrés aux Électorats, aux duchés ou aux royaumes plus grands, ce qui facilite le gouvernement de l’Allemagne non-prussienne. Les plus grands États sont la Bavière et la Saxe, érigées en royaumes par Napoléon.

La Prusse n'accepte pas que la suprématie française s’étende jusqu’à ses portes et le 9 août, alors que l’armée russe est encore loin de la Prusse, le roi Frédéric-Guillaume III, poussé par le Royaume-Uni, décrète la mobilisation afin de faire la guerre à la France. La logique aurait voulu qu’il entre en guerre avec l’Autriche et la Russie l’année précédente, ce qui aurait permis de contenir Napoléon et empêcher le désastre d’Austerlitz.

La campagne de Prusse[modifier | modifier le code]

La Grande Armée défile à Berlin

En septembre, Napoléon concentre son armée sur le Rhin. Le 25 septembre, il quitte Saint-Cloud puis avance vers la Prusse avec environ 160 000 hommes (effectif de départ, augmentant au cours de la campagne). Le premier choc a lieu lors de la bataille de Saalfeld où le prince Louis Ferdinand de Prusse est tué.

Iéna - Auerstadt[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : bataille d'Iéna et bataille d'Auerstadt.

L’avance rapide de l’armée française est telle qu’elle permet d’annihiler l’armée prussienne, comptant 250 000 hommes. En effet, Napoléon et le maréchal Davout la mettent en déroute lors des batailles d’Iéna et d’Auerstadt le 14 octobre 1806.

Le 27 octobre, Napoléon fait son entrée à Berlin à la tête de la Grande Armée[3]. Il visite le tombeau de Frédéric le Grand, et devant ses maréchaux qu’il fait se découvrir, prononce ces mots : « S’il était encore vivant, nous ne serions pas là aujourd’hui. » Au total, Napoléon n'a mis que 19 jours du lancement de son attaque sur la Prusse jusqu'à son entrée dans Berlin. En comparaison, la Prusse a lutté pendant trois ans durant la guerre de la première coalition.

Napoléon restera près d'un mois à Berlin. Le 21 novembre il y signe le Décret de Berlin qui instaure le blocus continental contre le Royaume-Uni.

Capitulation de Prenzlau[modifier | modifier le code]

Tandis que Blücher parvient à s'échapper avec 10 000 hommes[4], le prince de Hohenlohe commandant en chef de l'armée prussienne, est obligé de se rendre le 28 octobre à Prenzlau, avec les lambeaux de son armée.

La poursuite[modifier | modifier le code]

Frédéric-Guillaume III

Cette capitulation provoque le découragement des places fortes prussiennes qui se rendent une à une. Le 29, avec seulement 500 cavaliers, le général Lasalle obtient la reddition des 6 000 hommes et de leurs généraux de la garnison de Stettin. Il y prend également 160 canons et des magasins considérables[5].

Davout fait cerner et prend Custrin avec 4 000 hommes et 90 canons. À Anklan Murat fait encore 4 000 prisonniers. À Strelitz, le général Savary fait prisonnier un général qui n’est autre que le beau-frère du roi de Prusse[6]. Le maréchal Ney fait le siège de Magdebourg.

Le 6 novembre, les corps de Soult, Bernadotte et Murat arrivent simultanément devant Lubeck où s’est réfugié le reste de l’armée de Blücher, grossi des colonnes du duc de Brunswick et du duc de Saxe-Weimar qui a abandonné le commandement à un de ses subalternes pour rentrer chez lui[7]. Aussitôt les Français passent à l’attaque et viennent rapidement à bout des défenses de la ville. À l’aube du 7, Blücher et ses généraux demandent à capituler. 16 000 fantassins, 5 000 cavaliers et 80 canons sont capturés[8].

Le 8 novembre Magdebourg capitule, Ney fait 22 000 prisonniers dont 20 généraux et 800 officiers, et prend 800 canons et de nombreux magasins[8].

Échec des négociations avec la Prusse[modifier | modifier le code]

Après ces revers, la Prusse accepte les propositions d'armistice de Napoléon. Le 16 novembre, les plénipotentiaires des deux camps signent la suspension d'armes à Charlottenbourg[9] qui prévoit une paix séparée entre la Prusse et la France.

La convention prévoit que les négociations doivent se poursuivre à Charlottenbourg et que l'échange des ratifications doit avoir lieu à Graudenlz dans les 5 cinq jours au plus tard.

Pendant ce temps, les troupes françaises arrivent sur la Vistule, le traité n'a plus d'objet. Le 20 novembre Lestocq reçoit la capitulation de Hameln et fait prisonniers 9 000 fantassins, 300 cavaliers et 6 généraux.

Le général Duroc est envoyé à Osterode pour rencontrer le roi Frédéric III celui-ci l'informe qu'une partie de ses États est occupée par les Russes et que dans ces conditions, il ne pouvait ratifier la suspension d'armes, étant dans l'incapacité de la faire appliquer[10].

La campagne de Pologne[modifier | modifier le code]

Jean Henri Dombrowski

Après avoir nommé le général Clarke, gouverneur-général de Berlin, Napoléon quitte donc la ville dans la nuit du 25 au 26 novembre. Il est à Poznań le 27.

Dix ans après le dernier partage de la Pologne, dans toutes les villes, dans toutes les campagnes, les soldats de Napoléon sont accueillis en libérateurs[11], d'autant que parmi eux se trouvent les anciens des légions polonaises de l'armée d'Italie de Dombrowski. L'insurrection des provinces polonaises contre l'occupant prussien ou russe fournit à Napoléon 30 000 hommes.

Devant Varsovie, les Russes se dérobent et refusent de livrer bataille. Murat s'empare de Praga faubourg de la capitale et les poursuit sur le Boug. Les Russes détruisent les ponts derrière eux. Bien que plus petit que la Vistule, le Boug est à cet endroit aussi fort que la Seine à Paris, la reconstruction des ponts sera un travail considérable.

Le 28 novembre au soir, Murat entre à Varsovie. Il est rejoint par Davout le 29. Le 6 décembre, plus au Nord, Ney passe la Vistule dont le cours est encombré de glace et entre à Thorn. Le général Dulauloy est nommé gouverneur de la ville.

Les traités signés à Poznań, le 11 et 15 décembre avec Frédéric-Auguste III de Saxe, devenu le 6 août précédent, par la volonté de Napoléon, roi de Saxe, sous le nom de Frédéric-Auguste Ier de Saxe, fournissent 8 800 hommes[12].

L'armée du prince Jérôme, composée de divisions bavaroises et wurtembourgeoises, est devant Głogów, capitale de la Basse-Silésie. La ville est entourée de bonnes fortifications. Jérôme fait construire des batteries autour de la place et laisse le général Vandamme continuer le siège pour se porter sur Breslau (aujourd'hui Wrocław), à la rencontre des Russes. La ville se rend le 29 décembre, dès le début du bombardement. 2 500 hommes, 200 canons et de nombreux magasins sont le résultat de cette conquête.

Napoléon à Varsovie[modifier | modifier le code]

Parti le 9 décembre de Poznań, Napoléon arrive le 18 à Varsovie. Ce jour Davout passe le Boug. Augereau passe la Vistule à Utrata. Soult traverse à Visogrod. Face à eux se trouve l'armée russe, commandée par Kamenski, âgé de 70 ans et presque infirme.

Obligé d'hiverner en Pologne, Napoléon passe ainsi tout le mois de janvier à Varsovie où il donne des soirées, bals et réceptions et rencontre la comtesse Walewska. C'est que l'armée française a également bien besoin de repos. Ses pertes lui interdisent de poursuivre l'armée russe. Elle se replie alors sur la Vistule pour se reformer et recevoir les renforts de France. Heureusement, de mémoire de Polonais, jamais la météo n'a été aussi clémente. Pour les Français, la température est plus douce qu'à Paris en cette saison[13].

Pendant ce temps, la Perse et la Porte déclarent la guerre à la Russie.

Échec de l'encerclement devant le Narew[modifier | modifier le code]

Le 26 décembre, à la bataille de Golymin l'armée russe de Galitzine échappe à Murat, tandis que le même jour, à la bataille de Pułtusk, celle de Bennigsen échappe à Lannes. Les deux armées russes se retirent sur Ostrołęka, laissant dans ces deux batailles 12 000 morts blessés ou prisonniers et 80 canons, les Français pour leur part ne déplorent que 800 morts et 2 000 blessés[14]. La résistance du général Galitzine, combinée à l'échec de Soult à contourner le flanc droit russe, fait perdre à Napoléon une chance de rattraper les lignes russes et de les emprisonner devant le fleuve Narew.

Napoléon à la bataille d'Eylau

La Grande Armée se dirige alors vers le nord pour prendre la nouvelle capitale du roi de Prusse, Königsberg. Victor se met en marche le 8 janvier pour faire le siège de Colberg et de Dantzig.

Les Russes se dérobent à plusieurs reprises pour livrer, les 7 et 8 février 1807, la sanglante bataille d'Eylau où ils sont vaincus et abandonnent le champ de bataille. Après cette victoire, l'armée française reprend ses quartiers d'hiver. L'empereur passe les mois de mars, avril et mai à Ostróda puis à Finckenstein[15], où il reçoit les ambassadeurs de Turquie et de Perse, jusque là alliés de l'Angleterre. Le 4 mai, il signe le traité de Finkenstein avec la Perse.

Au printemps, les Russes prennent l'initiative avec une offensive devant surprendre les Français et faire lever le siège de Dantzig, mais le 19 mai, la ville se rend après deux mois de siège, au général Lefevbre, qui pour le coup, sera fait duc de Dantzig.

Heilsberg - Friedland[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Bataille d'Heilsberg et Bataille de Friedland.

L'armée française contre-attaque. Le 10 juin, à la Bataille d'Heilsberg, au prix de lourdes pertes, une charge impressionnante de la cavalerie de Murat contraint l'armée de Bennigsen à se replier. Les Français les poursuivent et le 14 juin, remportent une victoire décisive à la bataille de Friedland.

Le traité de Tilsit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : traité de Tilsit.
Alexandre Ier
Entrevue de Tilsit

Vaincu, Alexandre Ier souhaite gagner du temps dans la guerre contre les Français. De son côté, Napoléon, au sommet de sa gloire, espère en finir avec la résistance du Royaume-Uni en associant la Russie au blocus continental destiné à ruiner l'économie britannique.

Le 25 juin 1807, les deux souverains se rencontrent pour la première fois, sur un bateau au milieu du Niémen. Deux jours plus tard, l'Empereur et le Tsar reçoivent le roi de Prusse.

Le traité de Tilsit est signé les 7 et 9 juillet 1807. Napoléon est de retour à Paris le 27 juillet. C'est la fin de la quatrième coalition.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Napoléon remet la Constitution au Grand duché de Varsovie (1807)
Peinture de Marcello Bacciarelli

Fort des nouveaux territoires pris à la Prusse, Napoléon fait renaître la Pologne en créant le Duché de Varsovie. Petit-fils d'Auguste III de Pologne, Frédéric-Auguste Ier de Saxe devient duc de Varsovie. Le Royaume de Westphalie est également créé en faveur de Jérôme Bonaparte qui au mois d'août épouse Catherine de Wurtemberg et six jours plus tard, devient roi de Westphalie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire abrégée des traités de paix, entre les puissances ... - page 385
  2. Trente-deuxième bulletin de la Grande Armée - Berlin le 16 novembre
  3. Jean Kermoysan, Napoléon: recueil par ordre chronologique de ses lettres ..., Volume 2 , Firmin Didot frères, 1857.
  4. En convainquant le général Klein qu'un armistice étant signé, il était désormais libre - Biographie universelle - page 463
  5. Vingt-quatrième bulletin de la Grande Armée - Berlin le 31 octobre 1806
  6. Vingt-sixième bulletin de la Grande Armée - Berlin le 3 novembre 1806
  7. Vingt-septième bulletin de la Grande Armée
  8. a et b Trente-unième bulletin de la Grande Armée - Berlin le 10 novembre
  9. Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français ... - page 19
  10. Trente-cinquième bulletin de la Grande Armée - Posen, le 28 novembre 1806
  11. Histoire de Pologne - Page 256
  12. Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français ... - page 22
  13. Quarante-neuvième bulletin de la Grande Armée - Varsovie, le 8 janvier
  14. Quarante-septième bulletin de la Grande Armée, Pułtusk le 5 décembre
  15. Napoléon et Marie-Louise souvenirs historiques de M. le baron Méneval -page 252

Sources[modifier | modifier le code]

  • Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français depuis 1792 - Paris, 1856
  • Biographie universelle (Michaud) ancienne et moderne - de Joseph Fr. Michaud, Louis Gabriel Michaud - 1854
  • Histoire abrégée des traités de paix, entre les puissances de ... - William F. Schoell, Frédéric Schoell - 1817 -
  • Napoléon et Marie-Louise. Souvenirs historiques de M. le baron Méneval - de Claude François de Méneval - 1844
  • Histoire de Pologne - de Joachim Lelewel - 1844

Bibliographie[modifier | modifier le code]