Accord ouvert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'accord ouvert (ou open tuning en anglais) est une technique d'accordage de l'instrument à cordes (généralement la guitare) où les cordes sont accordées de façon différente de l'accordage standard. Le terme s'emploie à la fois pour l'action d'ajuster la hauteur des cordes et pour le résultat obtenu.

Que signifie le terme « ouvert » ?[modifier | modifier le code]

Il est difficile de trouver une définition définitive pour ce terme. Les trois principales acceptions sont les suivantes :

  • Au sens strict, est « ouvert » un accord qui ne comporte pas de tierce. Il est « ouvert » dans le sens où, ne comportant que la fondamentale et la quinte, il est compatible avec les deux principaux modes musicaux actuels, le mode majeur et le mode mineur.
  • De manière plus simple, un accord ouvert est un accordage qui simplifie le doigté d'un accord. C'est la définition généralement acceptée.
  • Dans les faits, et par généralisation, le terme « accord ouvert » s'applique souvent à tout accordage non standard. Dans ce dernier cas on parle aussi d'accord alternatif, ou d'accordage alternatif (alternate tuning en anglais).

Dans sa principale acception, un accord ouvert est donc un accordage alternatif qui simplifie le doigté d'un accord. Avec ce type d'accordage on obtient un accord plus ou moins complet avec un simple barré, plutôt qu'un accord dissonant. Un accord ouvert présentera souvent plusieurs fois la fondamentale et la quinte. De même, dans sa troisième acception, le terme « accord ouvert » pourrait s'appliquer à un accordage qui consiste simplement à monter ou descendre tout le jeu de cordes d'un demi ton ou plus, en respectant les intervalles habituels[1].

Généralement cette technique est utilisée afin d'obtenir des sonorités inhabituelles avec la guitare, notamment pour renforcer la présence d'une note par le jeu des harmoniques ou pour utiliser d'autres techniques de jeu comme le slide.

L'accordage classique de la guitare permet de jouer relativement facilement un très grand nombre d'accords et ainsi de changer facilement de tonalité en cours de morceau ; dans ce domaine, l'accordage ouvert est plus restrictif car pour changer de tonalité il nécessite d'utiliser un capodastre ou d'avoir une bonne maîtrise des doigtés.

Certains accordages sont particulièrement adaptés pour jouer les musiques traditionnelles utilisant un système modal.

L'accord ouvert est indépendant de la notion d'Open chord (en) qui fait référence aux accords où certaines cordes sont mises en vibration sans que le musicien presse un doigt dessus (on parle de corde à vide).

Exemples d'accords ouverts à la guitare[modifier | modifier le code]

Sur une guitare il existe potentiellement des milliers d'accordages différents de l'accordage standard (mi la ré sol si mi)[2]. En voici quelques-uns parmi les plus utilisés.

  • Ré majeur (DADF♯AD) : Ré La Ré Fa♯ La Ré. Accord parfait de ré majeur en jouant la guitare à vide. Il y a une tierce (fa dièse). C'est l'accord généralement utilisé avec un bottleneck.
  • Sol majeur (DGDGBD) : Ré Sol Ré Sol Si Ré. Accord parfait de sol majeur en jouant à vide (la tierce est le si). Accord traditionnel de la guitare slide jouée au bottleneck. Il est utilisé par Keith Richards - en retirant la 6e corde de sa guitare, en l'occurrence le Mi grave ou dans le cas présent, le premier Ré - depuis la fin des années 1960 sur de nombreux titres des Rolling Stones
  • Ré modal (DADGAD) : Ré La Ré Sol La Ré, souvent prononcé en lisant la notation anglo-saxonne : « DADGAD ».

Dans l'accordage DADGAD, les cordes ouvertes agissent comme bourdon sur la basse ou les aiguës, rappelant l'emploi des bourdons des instruments traditionnels comme la vielle à roue, la cornemuse ou les instruments de la famille de l'épinette des Vosges ; et ce qui est souvent le cas de la musique celtique, aussi bien irlandaise, écossaise que bretonne.

Le DADGAD est appelé « accordage Ré modal » ou « accordage celte » car souvent associé à la musique celtique, même si on le trouve aussi souvent dans le rock et autres genres de musique. Le DADGAD a été popularisé par le guitariste britannique folk Davey Graham et juste auparavant par le bluesman devenu l'un des pères fondateurs du rock Bo Diddley. À cette époque on parlait improprement d'accordage en quinte. Graham a employé cet accordage avec beaucoup de succès dans ses interprétations de la musique celtique, mais aussi dans l'interprétation de la musique folklorique de l'Inde et du Maroc. Les premiers guitaristes de la musique irlandaise traditionnelle à l'avoir utilisé sont Mícheál Ó Domhnaill et Dáithí Sproule dans les années 1970 ; aujourd'hui cet accordage est très commun dans ce genre de musique. Parmi les utilisateurs connus de cet accordage, on retrouve (tous genres confondus) : Stan Rogers, Jimmy Page, Artie Traum, Pierre Bensusan, Jean-Charles Guichen, Eric Roche, Keith Richards, Laurence Juber, Tony McManus, Bert Jansch, Richard Thompson, Dick Gaughan, Soig Siberil, Gilles Le Bigot, Imaad Wasif, Jeff Tweedy, Paul McSherry, Ben Chasny, Trey Anastasio et Gabriel Yacoub.

L'accordage DADGAD a été abondamment utilisé par Jimmy Page de Led Zeppelin[3] et par les Yardbirds à la fin des années 1960 et dans les années 1970. Alors avec les Yardbirds, Page a enregistré une pièce intitulée White Summer qui est dérivée du premier enregistrement DADGAD, l'arrangement par Davey Graham de la pièce traditionnelle de musique irlandaise She Moved Through the Fair. Sur le premier album de Led Zeppelin, il utilise cet accordage (abaissé d'un demi-ton) sur Black Mountain Side. Black Mountain Side est d'ailleurs fortement inspirée d'un arrangement de Bert Jansch de la pièce irlandaise Blackwater Side. Sur sa version, Jansch utilise l'accordage en Drop D.

Citons également Joni Mitchell, auteur compositeur interprète canadienne, qui a construit l'essentiel de son jeu de guitare sur des open tunings.

  • Sol modal (DGDGCD) : Ré Sol Ré Sol Do Ré. Accord de sol sans tierce, avec une seconde entre les première et deuxième cordes : il est construit comme un accordage DADGAD transposé en tonalité de Sol, mais sans corde aiguë, et avec une corde grave supplémentaire ajoutant la quarte descendante. Il est très souvent utilisé par Gabriel Yacoub.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par exemple dans la chanson Yesterday écrite en tonalité de fa, Paul McCartney descend toutes ses cordes d'un ton et joue sur une grille d'accords en tonalité de sol.
  2. Cf. l'encyclopédie des accords non conventionnels
  3. Page est revenu à l'accordage DADGAD dans sa chanson Kashmir qui apparaît sur le sixième album Physical Graffiti.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mann, Woody. The Gig Bag Book of Alternate Tunings for all Guitarists, Amsco Publications, c1997, 111 pages.
  • (en) WA's Encyclopedia of Alternate Guitar, encyclopédie des accordages non conventionnels. Précise le nom des musiciens qui les emploient, et sur quels airs.