Élections législatives grecques de mai 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2009 Drapeau de la Grèce juin 2012 Suivant
Élections législatives grecques de 2012
6 mai 2012
  
65,13 %
Représentation de l'assemblée
Diagramme
Gouvernement
Sortant
Élu
Législature élue
14e
Politique en Grèce
Image illustrative de l'article Élections législatives grecques de mai 2012

Des élections législatives anticipées ont eu lieu en Grèce le 6 mai 2012[1],[2], après avoir été annoncées pour le 29 avril 2012[3]. Ces élections étaient initialement prévues pour 2013, conformément à la Constitution, mais la signature de l'accord ayant conduit à la formation en novembre 2011 d'un gouvernement d'union nationale, en vue de ratifier et mettre en œuvre les mesures de rigueur élaborées en concertation avec les autres pays de la zone euro et le FMI, incluait comme condition l'organisation d'élections anticipées. Le 13 février 2012, le gouvernement annonce la tenue de ces élections au mois avril, peu après le vote par le Parlement d'un nouveau plan de rigueur particulièrement drastique[4].

Comme ces élections n'ont pu aboutir à la formation d'un gouvernement, de nouvelles élections législatives auront lieu le 17 juin 2012.

Contexte[modifier | modifier le code]

La crise de la dette publique dans la zone euro et la crise de la dette publique grecque ont rapidement conduit à une crise politique. Mis sous pression par les manifestations contre les plans de rigueur mis en place par son gouvernement, le Premier ministre socialiste Geórgios Papandréou annonce la tenue d'un référendum sur l'adoption des mesures préconisées, en échange de leur aide, par l'Union européenne, le FMI et la Banque centrale européenne. Cette annonce provoque une vive controverse et pousse les leaders de l’opposition à réclamer l’organisation d'élections anticipées. Papandréou se résout finalement à faire adopter les mesures de rigueur par le Parlement et remet sa démission.

Un nouveau gouvernement d'union nationale est formé le 10 novembre 2011 avec à sa tête l'ancien vice-président de la Banque centrale européenne Loukás Papadímos. Il allie les deux principaux partis du pays, le Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) et la Nouvelle démocratie (ND, droite), ainsi que le parti d'extrême-droite LAOS[5]. Le Parti communiste, les partis de la gauche radicale et quelques dissidents du PASOK et de la ND forment l'opposition.

Le vendredi 10 février 2012, les conditions d'adoption d'un nouveau plan de rigueur provoquent des tensions au sein du gouvernement. Les quatre ministres de LAOS et deux ministres socialistes démissionnent[6]. Dans la nuit du 12 au 13 février, un nouveau plan de rigueur particulièrement dur (salaire minimum réduit à 586 euros brut sur quatorze mois, suppression de 15 000 emplois dans la fonction publique) est adopté par 194 députés sur 300. À l'extérieur, une grande manifestation a lieu, en marge de laquelle des affrontements avec les forces de l'ordre font plusieurs blessés et provoquent une série d'incendies, touchant notamment la salle historique Attikón[7]. Quelques heures plus tard, le porte-parole du gouvernement annonce la tenue d'élections anticipées pour le mois d'avril[4].

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Les 300 députés du Parlement grec sont élus via un mode de scrutin mixte pour une durée de quatre ans : 50 sièges sont attribués au parti ayant obtenu le plus de voix, et les 250 sièges restants sont répartis à la représentation proportionnelle entre tous les partis ayant obtenu au moins 3 % des suffrages exprimés.

Vu l'importance de la prime majoritaire (16,7 % des sièges), un parti n'a besoin que de 40,4 % des suffrages exprimés, au plus, pour obtenir une majorité absolue de sièges au Parlement[8].

Ce pourcentage nécessaire diminue avec le pourcentage total réalisé par seuls partis ayant atteint le seuil de 3 %. Il est calculé en multipliant ce pourcentage par 101/250, puisqu'il s'agit d'obtenir au moins 101 des 250 sièges attribués à la proportionnelle.
En mai 2012, le total des voix des 7 partis ayant dépassé les 3 % a été légèrement inférieur à 81 % des votes exprimés. Il aurait donc suffi qu'un des partis récolte 32,8 % des suffrages pour obtenir la majorité absolue ( = 81 ×  101/250).

Le pays est divisé en 56 circonscriptions avec un nombre de sièges variant de 1 à 42, en fonction du nombre de citoyens de chaque circonscription. 12 députés sont en outre élus sur une liste nationale. Il est à noter que les électeurs, dans les circonscriptions comportant plus d'un siège, ont la possibilité de marquer des croix de préférences pour 1 à 4 candidats (nombre maximum variant suivant le nombre de sièges de la circonscription)[9]. Le nombre de préférences obtenues modifie l'ordre d'affectation des sièges au sein de chaque liste. Cette possibilité intéressante au niveau démocratique peut malheureusement dévier vers des pratiques clientélistes.

L'âge minimal pour se présenter à la députation est 25 ans.


Forces en présence[modifier | modifier le code]

Sur 36 partis politiques se présentant, 32 sont in fine autorisés à participer à ces élections par la Cour suprême (un parti devant pour ce faire changer de nom : les « Tyrannicides »).

Les principaux partis politiques participant à ces élections sont :

  • la Nouvelle Démocratie (ND) est un parti conservateur qui a dirigé le gouvernement à plusieurs reprises. La ND avait été vaincue par le Pasok en 2009, obtenant 33,5 % des voix et 91 sièges. La ND participe au gouvernement d'union nationale mis en place en novembre 2011 en alliance avec le Pasok et la Laos. À l'époque, cette participation avait été conditionnée à l'organisation d'élections anticipées ;
  • l’Alerte populaire orthodoxe (Laos) est un parti d'extrême-droite qui avait obtenu 5,6 % des voix et 15 sièges lors des élections de 2009. La Laos a participé au gouvernement d'union nationale jusqu'au 10 février, quand ses quatre ministres ont remis leur démission pour protester contre les mesures de rigueur proposées au vote des parlementaires ;
  • la Gauche démocrate (Dimar) provient d'une scission du courant modéré de Syriza, en désaccord avec l'orientation jugée trop radicale de leur mouvement avec le Pasok. Quatre députés élus en 2009 sur les listes de la Syriza en sont membres. La Dimar a été rejointe au cours de la législature par plusieurs anciens membres du Pasok, portant les effectifs de son groupe parlementaire à 10 membre quelques jours avant les élections ;
  • le Pacte social (KE) est une scission du Pasok menée par neuf députés hostiles au soutien de leur ancien parti aux plans de rigueur ;
  • les Grecs indépendants (Anel) sont une scission de la ND menée par huit députés hostiles au soutien de leur ancien parti aux plans de rigueur ;
  • l’Alliance démocrate (Disy) est une scission de la ND menée par quatre députés hostiles au soutien de leur ancien parti aux plans de rigueur ;
  • les Verts écologistes (OP) sont un parti se réclamant de l'écologie politique qui avait échoué en 2009 à faire son entrée au Parlement en obtenant 2,5 % des voix ;
  • l’Aube dorée (XA) est un parti ultranationaliste et néonazi fondé en 1993, qui a connu ses premiers succès électoraux lors des élections municipales de 2010 à Athènes, en obtenant un député au conseil municipal.

La composition politique du parlement sortant est la suivante, avec l'évolution survenu depuis des dernières élections  :

Parti Nb de sièges
 2009  Dissolution +/-
Partis officiels
     Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) 160 129 -31en diminution
     Nouvelle Démocratie (ND) 91 72 -19 en diminution
     Parti communiste grec (KKE) 21 21 en stagnation
     Alerte populaire orthodoxe (LAOS) 15 16 +1en augmentation
     Coalition de la gauche radicale (SYRIZA) 13 11 -2 en diminution
     Gauche démocrate (DIMAR) 0 10 +10en augmentation
     Grecs indépendants (ANEL + PARMAP) 0 11 +11en augmentation
Coalitions et non-inscrits
     Pacte social (KOISY) 0 8 +8en augmentation
     Alliance démocrate (DISY) 0 4 +4en augmentation
     Non-inscrits 0 18 +18en augmentation

Intentions de vote[modifier | modifier le code]

Les différentes enquêtes sur les intentions de vote menées par les instituts de sondages grecs laissent envisager un effondrement du PASOK, une stagnation, voire un recul de la ND et de LAOS, et une très forte poussée des partis de la gauche radicale[10]. Aucun parti ne devrait être en mesure d'obtenir la majorité absolue des sièges à pourvoir.

Il convient de se reporter à la version anglaise de cette page qui intègre les derniers sondages jusqu'au 20 avril (date limite imposée par la législation grecque) ainsi que la fusion des partis ANEL et PARMAP dans la coalition des Grecs indépendants.

On peut noter que les principales différences entre la dernière volée d'enquêtes publiées le 20 avril et les scores du 6 mai concernent :

Le fait que SYRIZA échoue à 2 points seulement de la première place (très importante compte tenu du mode de scrutin) n'a ainsi pas pu être anticipée.

Date Institut PASOK ND KKE LAOS SYRIZA DIMAR Verts DISY XA Autres/Indécis
Élections 2009 43,9 % 33,5 % 7,5 % 5,6 % 4,6 % - 2,5 % - - Autres — 2,3 %
Oct. 2010[11] Public Issue 42,5 % 28 % 11 % 5,5 % 4,5 % 1,5 % 2,5 % Autres — 4,5 %
Jan. 2011[12] Public Issue 38,5 % 30,5 % 10,5 % 5,5 % 6 % 2 % 2,5 % 2 % Autres — 2,5 %
Fév. 2011[13] Public Issue 38 % 30,5 % 10,5 % 6 % 4,5 % 2,5 % 3 % 2 % Autres — 3 %
Fév. 2011[14] VPRC 33 % 32 % 12,5 % 5 % 5 % 2,5 % 4 % 2 % Autres — 4 %
Avr. 2011[15] Public Issue 33,5 % 27 % 12 % 8,5 % 5,5 % Autres — 13 %
Avr. 2011[16] VPRC 31,5 % 30,5 % 12 % 7,5 % 5 % 2 % 3,5 % 1,5 % 1,5 % Autres — 5 %
Mai 2011[17] Public Issue 32 % 29 % 12 % 8 % 6,5 % 3,5 % 3,5 % 1,5 % Autres — 4 %
Mai 2011[18] VPRC 30,5 % 31 % 12 % 7,5 % 5,5 % 2,5 % 3 % 1 % 1 % Autres — 6 %
Juin 2011[19] Public Issue 27 % 31 % 11 % 8 % 6,5 % 3 % 3,5 % 2,5 % Autres — 8,5 %
Juin 2011[20] VPRC 26 % 28,5 % 13,5 % 7 % 6,5 % 3 % 3,5 % 2 % 1 % Autres — 9 %
Jui. 2011[21] VPRC 25,5 % 29,5 % 13 % 7,5 % 7 % 2,5 % 4 % 2 % 1,5 % Autres — 6,5 %
Jui. 2011[22] Public Issue 26,5 % 32,5 % 11,5 % 7,5 % 9 % 2 % 3,5 % 1,5 % Autres — 6 %
Sept. 2011[23] VPRC 24,5 % 30 % 13 % 7,5 % 7 % 3 % 5 % 1,5 % 1,5 % Autres — 7 %
Sept. 2011[24] Public Issue 28 % 32 % 10,5 % 8 % 9 % 3 % 4 % 1,5 % Autres — 4 %
Sept. 2011[25] GPO 15,5 % 22,3 % 9,8 % 7,9 % 4,8 % 2,7 % 2,4 % 2,0 % 32,6 %
Sept. 2011[26] Alco 15,5 % 21,3 % 7,4 % 5,6 % 5,0 % 2,5 % 3,0 % 2,5 % 37,2 %
Oct. 2011[27] Public Issue 22,5 % 31,5 % 10,5 % 9 % 9,5 % 5 % 3 % 2 % Autres — 7 %
Oct. 2011[28] VPRC 19,5 % 31 % 13,5 % 8 % 8,5 % 4 % 4,5 % 2 % 1,5 % Autres — 7,5 %
Nov. 2011[29] Public Issue 19,5 % 28,5 % 11 % 8,5 % 12 % 7,5 % 3,5 % 2,5 % Autres — 7 %
Nov. 2011[30] MRB 18,1 % 33,1 % 11 % 7,1 % 8,8 % 7,5 % 3,2 % 3,2 % Autres — 8 %
Nov. 2011[31] VPRC 18,5 % 32 % 12,5 % 7 % 10 % 6,5 % 3,5 % 2 % 1 % Autres — 7 %
Déc. 2011[32] GPO 15,3 % 21,5 % 10,0 % 7,1 % 6,1 % 6,3 % 3,0 % 2,3 % 28,4 %
Déc. 2011[33] Public Issue 15,5 % 30 % 13,5 % 6 % 14 % 9,5 % 4 % 3 % Autres — 4,5 %
Déc. 2011[34] Metron Analysis 17,1 % 29,3 % 13,6 % 9,2 % 10,7 % 5,9 % 5,8 % 2,5 % Autres — 5,9 %
Déc. 2011[35] VPRC 18 % 30,5 % 13 % 7 % 11 % 8,5 % 3 % 2 % 1,5 % Autres — 5,5 %
Jan. 2012[36] VPRC 12 % 30,5 % 12,5 % 6 % 12,5 % 13 % 3 % 2,5 % 2,5 % Autres — 5,5 %
Jan. 2012[37] To The Point 7 % 18,6 % 8,7 % 4,3 % 8,2 % 7,5 % 3,6 % 1,7 % 40,4 %
Fév. 2012[38] Pulse 13,5 % 27 % 12,5 % 5,5 % 12 % 11,5 % 3,5 % 3 % 3 % Autres — 8,5 %
Fév. 2012[39] Public Issue 8 % 31 % 12,5 % 5 % 12 % 18 % 3,5 % 2 % 3 % Autres — 5 %
Fév. 2012[40] VPRC 11 % 27,5 % 14 % 4,5 % 13,5 % 16 % 3,5 % 2 % 2,5 % Autres — 5,5 %
Élections 2009 43,9 % 33,5 % 7,5 % 5,6 % 4,6 % - 2,5 % - - Autres — 2,3 %
Date Institut PASOK ND KKE LAOS SYRIZA DIMAR Verts DISY XA Autres/Indécis

Résultats[modifier | modifier le code]

dm
Résultats des élections législatives grecques du 6 mai 2012
(Résultats portant sur 100 % des bulletins dépouillés)
Parti Leader(s) Votes Sièges
Nombre de
voix
+/− Nombre de
sièges
+/−
  Nouvelle démocratie (ND) Antónis Samarás 1 192 051 18,85 % -14,6 108 +17en augmentation 36,00 %
  Coalition de la gauche radicale (SYRIZA) Aléxis Tsípras 1 061 282 16,78 % +12,2 52 +39en augmentation 17,33 %
  Mouvement socialiste panhellénique (PASOK) Evángelos Venizélos 833 527 13,18 % -30,7 41 -109en diminution 13,67 %
  Grecs indépendants Pános Kamménos 670 957 10,61 % nou. 33 +33en augmentation 11,00 %
  Parti communiste de Grèce (KKE) Aléka Paparíga 536 072 8,48 % +0,9 26 +5en augmentation 8,67 %
  Aube dorée (XA) Nikólaos Michaloliákos 441 018 6,97 % +6,7 21 +21en augmentation 7,00 %
  Gauche démocrate (DIMAR) Fótis Kouvélis 386 263 6,11 % nou. 19 +19en augmentation 6,33 %
  Verts écologistes (OP) Comité de 6 membres 185 410 2,93 % +0,4 0 stagnation
  Alerte populaire orthodoxe (LAOS) Georgios Karatzaferis 183 467 2,90 % -2,7 0 -15en diminution
  Alliance démocrate (DISY) Dóra Bakoyánni 161 595 2,56 % nou. 0 -4en diminution
  Recréer la Grèce Thanos Tzimeros 135 965 2,15 % nou. stagnation
  Drasi - Alliance libérale (Drasi - F.S.) Stefanos Manos & Grigoris Vallianatos 114 058 1,80 % nou. stagnation
  Front de la Gauche Anticapitaliste (ANTARSYA) Comité de 21 membres 75 428 1,19 % +0,8 stagnation
  Pacte social (KOISY) Louka Katseli 60 597 0,96 % nou. -8en diminution
  Renaissance démocratique Stelios Papathemelis & Dimitris Kazakis 58 426 0,92 % nou. stagnation
  Mouvement « Ne paie pas » Vasilis Papadopoulos 55 675 0,88 % nou. stagnation
  Union centriste Vassilis Leventis 38 376 0,61 % +0,34 stagnation
  Association Union Nationale Nikos Alikakis 38 225 0,60 % nou. stagnation
  Parti Pirate de Grèce Ioannis Papagoupous 32 484 0,51 % nou. stagnation
  Parti des Successeurs de Kapodistria Michail Iliadis 28 511 0,45 % +0,29 stagnation
  Parti communiste ML Comité de 4 membres 16 033 0,25 % +0,10 stagnation
  Parti révolutionnaire des travailleurs Sabetai Matsas 6 098 0,10 % +0,03 stagnation
  Autres (10 partis) 12 578 0,19 % stagnation
Suffrages exprimés 6 324 096 97,64 % 300
Nuls 116 889 1,80 %
Blancs 35 760 0,55 %
Total votants 6 476 745 65,10 %
Inscrits 9 949 401
Source : Résultats, ministère grec de l'intérieur

Composition du parlement suite aux élections législatives grecques du 6 mai 2012

Tentatives de formation d'un gouvernement[modifier | modifier le code]

Les élections législatives du 6 mai 2012 ont bouleversé le paysage politique grec. Le gouvernement sortant était constitué de technocrates, formé avec le soutien de 3 partis :

  • le Pasok subit une défaite sans doute inédite, passant, en seulement 3 ans, de 44 % à 13 % ;
  • Nouvelle Démocratie, pourtant très largement à l'origine de l'endettement extrême du pays, limite les dégâts en gagnant 17 députés, grâce à la prime majoritaire de 50 députés, malgré une chute de 48 % du nombre de suffrages obtenus (-60 % par rapport à 2007) ;
  • le parti d'extrême droite Laos perd lui tous ses députés, en passant en dessous du seuil de 3 %.

Les deux seuls partis soutenant le plan d'austérité n'ayant recueilli que 149 sièges sur les 151 nécessaires à la formation d'une majorité, la formation d'un gouvernement de coalition est difficile.

Selon la Constitution grecque, c'est au parti arrivé en tête que revient le droit de former un gouvernement. Antonis Samaras, dont le parti ND a recueilli 18,85 %, renonce le 8 mai.

Aléxis Tsípras, leader de la Coalition de la gauche radicale Syriza, arrivée en second avec 16,78 %, abandonne à son tour le 10 mai devant le refus de ND et du Pasok de négocier sur la renonciation aux mesures d'austérité imposées par les accords avec le FMI et l'Union européenne[41].

Le leader du Pasok Evángelos Venizélos est alors chargé, sans plus de succès, de former un gouvernement.

Le président de la république Károlos Papoúlias tente enfin de convaincre le petit parti modéré de la Gauche démocrate (Dimar), avec ses 19 députés de se joindre à une coalition à trois avec ND et le Pasok, d'abord pour former un gouvernement politique "normal", puis en désespoir de cause, de simplement soutenir un nouveau gouvernement de technocrates pour une période transitoire de 2 ans.

Mais DIMAR, s'en tenant à son programme électoral, aboutit au même constat que Syriza et finit par rompre les négociations le 15 mai.

Faute d'accord sur le maintien à son poste de Loukás Papadímos, le président du conseil d'État Panagiótis Pikramménos est nommé à la tête d'un gouvernement intérimaire, chargé uniquement des affaires courantes, dans l'attente de nouvelles élections législatives programmées pour le 17 juin 2012.

Les sondages en date du 25 mai donnent la coalition Syriza au coude-à-coude avec ND. Lors des élections, l'arrivée en tête de l'un ou de l'autre sera déterminante pour l'avenir du pays, et pourra ou non conduire à un séisme inédit dans la zone Euro.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Grèce : les élections du 6 mai cruciales », Le Figaro, 11 avril 2012.
  2. « La Grèce organise des législatives anticipées », Le Figaro, 11 avril 2012.
  3. « Grèce : législatives au plus tôt le 29/04 », Le Figaro, 10 mars 2012.
  4. a et b « Grèce : élections législatives anticipées en avril, l’UE “salue” le vote du Parlement », Libération, 13 février 2012.
  5. « GRECE. 2 ans d'austérité », Le Nouvel Observateur, 13 février 2012
  6. « Grèce: démissions en série au sein du gouvernement, Papadímos craint le "chaos" », Libération, 10 février 2012
  7. « Rigueur : les Grecs répondent à l'Europe par le feu », Léa Lescure pour Rue89, 12 février 2012
  8. Tableau de calcul de l'autonomie sur le site du ministère de l'intérieur grec
  9. http://www.ypes.gr/en/Elections/NationalElections/DeputyElections/InterestCitizen/
  10. Les extrêmes vont tirer parti de la colère grecque, Le Figaro, 3 mai 2012.
  11. (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 83 - Οκτώβριος 2010 », Public Issue, publicissue.gr,‎ Octobre 2010 (consulté le 2 novembre 2011)
  12. (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 86 - Ιανουάριος 2011 », Public Issue, publicissue.gr,‎ Janvier 2011 (consulté le 2 novembre 2011)
  13. (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 87 - Φεβρουάριος 2011 », Public Issue, publicissue.gr,‎ 13 février 2011 (consulté le 10 décembre 2011)
  14. (el) « Πολιτική Συγκυρία και Διακυβέρνηση - Φεβρουάριος 2011 », VPRC, vprc.gr,‎ 17 février 2011 (consulté le 10 décembre 2011)
  15. [PDF] (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 89 – Απρίλιος 2011 », sur publicissue.com,‎ avril 2011 (consulté le 10 décembre 2011)
  16. [PDF] (el) « Πολιτική Συγκυρία & Διακυβέρνηση – Απρίλιος 2011 », vprc.gr,‎ Avril 2011 (consulté le 10 décembre 2011)
  17. (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 90 – Μάιος 2011 », publicissue.com,‎ Mai 2011 (consulté le 11 décembre 2011)
  18. (el) « Πολιτική Συγκυρία & Διακυβέρνηση – Μάιος 2011 », vprc.gr,‎ Mai 2011 (consulté le 11 décembre 2011)
  19. (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 91 – Ιούνιος 2011 », publicissue.com,‎ Juin 2011 (consulté le 11 décembre 2011)
  20. (el) « Πολιτική Συγκυρία & Διακυβέρνηση – Ιούνιος 2011 », vprc.gr,‎ Juin 2011 (consulté le 11 décembre 2011)
  21. (el) « Πολιτική Συγκυρία & Διακυβέρνηση – Ιούλιος 2011 », vprc.gr,‎ Juillet 2011 (consulté le 11 décembre 2011)
  22. (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 92 - Ιούλιος 2011 », Public Issue, publicissue.gr,‎ Juillet 2011 (consulté le 2 novembre 2011)
  23. (el) « Πολιτική Συγκυρία & Διακυβέρνηση – Σεπτέμβριος 2011 », vprc.gr,‎ Septembre 2011 (consulté le 11 décembre 2011)
  24. (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 94 - Σεπτέμβριος 2011 », Public Issue, publicissue.gr,‎ Septembre 2011 (consulté le 2 novembre 2011)
  25. (el) « ΠΑΝΕΛΛΑΔΙΚΗ ΕΡΕΥΝΑ ΠΟΛΙΤΙΚΩΝ ΕΞΕΛΙΞΕΩΝ «ΑΝΑΤΡΟΠΗ» - MEGA, 22-26 ΣΕΠΤΕΜΒΡΙΟΥ 2011 », GPO, megatv.com,‎ Septembre 2011 (consulté le 7 décembre 2011)
  26. (el) « Γκάλοπ ALCO για το Πρώτο Θέμα », ALCO, eklogika.gr,‎ Septembre 2011 (consulté le 9 novembre 2011)
  27. (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 95 - Οκτώβριος 2011 », Public Issue, www.skai.gr,‎ Octobre 2011 (consulté le 2 novembre 2011)
  28. (el) « Πολιτική Συγκυρία & Διακυβέρνηση — Οκτώβριος 2011 », VPRC, vprc.gr,‎ Octobre 2011 (consulté le 7 novembre 2011)
  29. (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 96 - Νοέμβριος 2011 », Public Issue, www.publicissue.gr,‎ Novembre 2011 (consulté le 17 novembre 2011)
  30. (el) « Πρόθεση ψήφου — Νοέμβριος 2011 », MRB, mrb.gr,‎ Novembre 2011 (consulté le 17 novembre 2011)
  31. (el) « Πολιτική Συγκυρία & Διακυβέρνηση — Νοέμβριος 2011 », VPRC, vprc.gr,‎ Novembre 2011 (consulté le 17 novembre 2011)
  32. (el) « ΠΑΝΕΛΛΑΔΙΚΗ ΕΡΕΥΝΑ ΠΟΛΙΤΙΚΩΝ ΕΞΕΛΙΞΕΩΝ «ΑΝΑΤΡΟΠΗ» - MEGA, ΔΕΚΕΜΒΡΙΟΣ 2011 », GPO, megatv.com,‎ 5 décembre 2011 (consulté le 7 décembre 2011)
  33. (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 97 - Δεκέμβριος 2011 », Public Issue, publicissue.gr,‎ 8 décembre 2011 (consulté le 9 décembre 2011)
  34. (el) « Πανελλαδική Έρευνα Metron Forum - Δεκέμβριος 2011 », Metron Analysis, metronanalysis.gr,‎ 9 décembre 2011 (consulté le 11 décembre 2011)
  35. (el) «Πολιτική Συγκυρία & Διακυβέρνηση» — Δεκέμβριος 2011, VPRC, vprc.gr,‎ 22 décembre 2011 (consulté le 22 décembre 2011)
  36. (el) «Πολιτική Συγκυρία & Διακυβέρνηση» — Ιανουάριος 2012, VPRC, vprc.gr,‎ 26 janvier 2012 (consulté le 26 janvier 2012)
  37. (el) «Πανελλαδικη Ερευνα για την ET3» — Ιανουάριος 2012, To The Point, tothepoint.gr/,‎ 29 janvier 2012 (consulté le 29 janvier 2012)
  38. (el) «Ερευνα της Pulse RC για το Ποντικι» — Φεβρουαριος 2012, Pulse RC, pulserc.gr/,‎ 2 février 2012 (consulté le 2 février 2012)
  39. (el) « Πολιτικό Βαρόμετρο 99 - Ιανουαριος 2012 », Public Issue, publicissue.gr,‎ 7 février 2012 (consulté le 7 février 2011)
  40. (el) « Νέα δημοσκόπηση: προηγείται η ΝΔ με 27% », VPRC, publicissue.gr,‎ 17 février 2012 (consulté le 17 février 2011)
  41. Grèce : la gauche radicale a la main pour former le gouvernement