Woob (logiciel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Woob

Description de l'image Logo_woob.svg.
Informations
Dernière version 2.0 ()
Dépôt https://gitlab.com/woob/woob
Écrit en Python
Environnement Multi-plateforme
Langues Anglais
Licence GNU LGPL
Site web woob.tech

Woob, pour Web Outside Of Browsers (web en dehors des navigateurs), est un ensemble d'applications libres de web scraping dont l'objectif est d'interagir avec des sites web via des interfaces unifiées. Le projet a été critiqué pour les insultes racistes et sexistes qui émaillaient son code.

Fondé en 2010 par Romain Bignon, il propose des connecteurs vers des sites spécialisés.

Historique[modifier | modifier le code]

Woob est développé entre autres par Romain Bignon et Laurent Bachelier[1], alias Pankkake, sur divers projets de logiciel libre en 2010. La consultation via un navigateur pouvant être contraignante en raison des multiples publicités, de la collecte des données privés et de la lenteur de chargement des pages due à des technologies comme JavaScript ou CSS, l'idée est d'offrir une consultation de site web hors de l'utilisation des navigateurs, d'où l'appellation Web outside of browsers (le web en dehors des navigateurs)[2].

Une association est créée et des entreprises comme Budgea Insight, Geneanet et Cozy Cloud en utilisent les services. Woob offre également un support professionnel[3].

Descriptif[modifier | modifier le code]

Woob est un ensemble d'applications et d'outils proposant des lignes de commandes en Python[4] qui permet de consulter des sites webs avec des outils scriptables. Il permet de faire des virements bancaires[5], de chercher des emplois[6], des annonces immobilières[7] ou de faire des rencontres[8]en ligne, de récupérer des vidéos, d'obtenir des recettes de cuisine[8] voire même de gérer des tickets de maintenance à distance. Les outils modulaires permettent de gérer les interactions avec les données de leurs différents comptes[8],[5],[7],[9] en faisant appel au web scrapping[9].

Woob offre différentes applications (QBooblyrics, QBoobMsg, QCineoob, QCookboob, QFlatBoob, QHandjoob, QHaveDate, QVideoob, QWebContentEdit, weboob-config-Qt)[4] qui ont la capacité (capability) d'effectuer des actions spécifiques sur des informations qui sont obtenues par des modules de web scrapping depuis internet[2].

Les applications natives permettent d'exporter les données dans divers formats, comme le CSV ou JSON, ou dans des formats spécialisés. Woob est disponible sur la plupart des distributions GNU/Linux, MacOS et Windows.[réf. nécessaire]

Controverses[modifier | modifier le code]

Autour du nom[modifier | modifier le code]

Jusqu'en février 2021, le projet avait pour nom Weboob[10]. Le projet s'est fait régulièrement épingler pour le choix de ce nom jugé sexiste, « boob » signifiant « sein » en argot anglais[11],[8],[12]. Chaque sortie de version entraînait des polémiques[13]. Woob utilise également des logos parodiques en détournant des logos officiels avec un humour connoté.

Autour du contenu des commentaires dans le code[modifier | modifier le code]

Entre 2010 et 2013 des références sexistes, racistes et homophobes ont été introduites dans le code source et des présentations, tels que « Excludes nigger », « sluts » ou encore « nazification ». Les participants aux soirées Woob pouvaient dans un esprit de provocation parler de « race inférieure » ou tenir des propos masculinistes, un participant à ces soirées précisant toutefois qu'il n'a « pas décelé de tendance sérieuse de la part de quiconque dans ces soirées ».[8]

Retrait des dépôts de Debian[modifier | modifier le code]

À la suite de cela, Woob est retiré de la distribution Debian pour violation du code de conduite[14],[15], un contributeur démissionnant également en soulevant le caractère sexiste et homophobe du site.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Noah Manskar, « French man sent far-right groups $500K in bitcoin before his suicide », sur New York Post, (consulté le 31 mars 2021).
  2. a et b « Weboob : la ligne de commandes est l'avenir du web ! | Connect - Editions Diamond », sur connect.ed-diamond.com (consulté le 31 mars 2021).
  3. « « Paie Ton Patch !™ » : Weboob | Connect - Editions Diamond », sur connect.ed-diamond.com (consulté le 31 mars 2021).
  4. a et b R. Diouf, E. N. Sarr, O. Sall et B. Birregah, « Web Scraping: State-of-the-Art and Areas of Application », 2019 IEEE International Conference on Big Data (Big Data),‎ , p. 6040–6042 (DOI 10.1109/BigData47090.2019.9005594, lire en ligne, consulté le 30 mars 2021).
  5. a et b (en) WIRED Staff, « 'Quantified Self' Movement Now Lets You Track Your Money Too », sur wired.com, (consulté le 16 août 2020).
  6. « « Paie Ton Patch !™ » : Weboob | Connect - Editions Diamond », sur connect.ed-diamond.com (consulté le 31 mars 2021).
  7. a et b « Looking for a flat the modern way », sur Phyks' blog, (consulté le 16 août 2020).
  8. a b c d et e Par Cyril Simon Le 3 février 2021 à 14h11 et Modifié Le 3 Février 2021 À 18h24, « «C’était un peu un troll nazi» : sur les traces de Pankkake, le mécène français de l’alt-right américaine », sur leparisien.fr, (consulté le 24 février 2021).
  9. a et b (en) Nicolas Anciaux, Philippe Bonnet, Luc Bouganim et Benjamin Nguyen, « Personal Data Management Systems: The security and functionality standpoint », Information Systems, vol. 80,‎ , p. 13–35 (ISSN 0306-4379, DOI 10.1016/j.is.2018.09.002, lire en ligne, consulté le 30 mars 2021).
  10. (en) « Weboob devient woob ».
  11. http://laurent.bachelier.name/2013/12/weboob-the-asshole-detector/.
  12. « Re: Du nommage - LinuxFr.org », sur linuxfr.org (consulté le 24 février 2021).
  13. https://linuxfr.org/users/ffourcot/journaux/la-communaute-linuxfr-n-a-t-elle-plus-rien-de-technique-a-dire.
  14. « #907199 - weboob, Gratuitous sexual references - Debian Bug report logs », sur bugs.debian.org (consulté le 7 mars 2021).
  15. « Linusgate : plus de 250 plaintes de violation du code de conduite du projet Debian par Linus Torvalds font l'objet de fuite d'un cercle de la communauté très à cheval sur le politiquement correct », sur Developpez.com (consulté le 31 mars 2021).