Wikipédia:Pastiches/La forlane de Rambouillet

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La forlane de Rambouillet

1768 Flag of France.svg 1787

Portail du folklore
Portail de la musique

Membres

Pierre Robesse · Louis-Marie Dreault · Hubert Bonnil · Jacques-Gédéon Vergne · Louis Truant-Mafallin ·

Discographie (studio)

néant

Discographie (live)

néant

Catalogues
  • Les années 60 de la forlane de Rambouillet
  • Les années 70 de la forlane de Rambouillet

Autour de la forlane de Rambouillet

Filmographie

Labels

La forlane de Rambouillet est une formation de musique de chambre créée en 1768 par Pierre Robesse, maréchal ferrant à la métairie de Croix-de-Vendée. Les violonistes étaient Pierre Robesse et Louis-Marie Dreault, accompagnés par Hubert Bonnil au clavecin et basse continue. Cet orchestre de chambre, fréquemment épaulé par les solistes Jacques-Gédéon Vergne et Louis Truant-Mafallin, produisait des œuvres contemporaines et des compositions d'Hubert Bonnil au caveau municipal, comme Dansons de guingois ma jolie ou encore Faire tomber son mouchoyr, qui provoquaient systématiquement un rappel du public !

À partir de 1774, le groupe commença des tournées à dos de mulet, qui les emmena jusqu'à Montauban, où il créa alors une pièce de Jean Chrétien Ruisseau en présence du compositeur !

Style musical[modifier le code]

La forlane est le type de danse que le groupe arrivait le mieux à interpréter (d'où son nom) : l'accident de la Dent-de-Lait, à Saumur, lors duquel une cavalière trop saisie par la mélodie brisa sa chaussure, marqua les esprits et le groupe fut enjoint de baisser son rythme.

Jacques-Gédéon Vergne, ayant rejoint ce groupe après avoir quitté la compagnie de Beauce, apporta au groupe son vibrato caractéristique à l'alto, et un dynamisme musical que nombre d'auditeurs disaient inégalable.

Après le refus de Jean-Martin Boissardier de faire partie du groupe, le style s'affirma un peu plus dans la mouvance traditionnelle avec des petits clins d'œil au baroque et à Josquin Desprez.

Le groupe n'ayant pas de manager, l'indépendance musicale leur a sans doute donné une jeunesse certaine (au moins à leur débuts).

Un marin écossais en visite avec sa cornemuse, en 1774, inspira sans aucun doute le groupe pour la composition de Ma voisine n'a plus de beurre.

Critiques[modifier le code]

La forlane de Rambouillet n'a pas effectué d'enregistrement, en raison de difficultés techniques liées aux moyens de l'époque, mais son style a été néanmoins caricaturé par de nombreuses autres formations et dans quelques journaux nationaux :

  • Le rythme de la forlane vous entraîne dans un tourbillon de sentiments qui, hélas, s'estompent en raison de la foule s'amassant dans la salle aux fêtes ; les cordes se désaccordent, et les larmes vous viennent alors que la nuit tombe : il faut rentrer chez soi, et revenir un autre jour, hélas.
  • [...] leur créativité descend, tandis que leurs vieilles compositions des années 60 ringardisent le groupe devant les jeunes scènes de Chartres.

Un grand compositeur de l'époque critiquait durement la musique de la forlane de Rambouillet. Selon lui, ce n'est pas de la musique, que font ces jeunes gents. On peut penser que cette incompréhension du phénomene forlane était dû à l'âge avancé qu'il avait atteint au moment où le succès de la forlane a commencé à devenir notable.

Influences[modifier le code]

  • On peut penser que Deep Purple s'est inspiré de la chanson Montauban, il y faisoit beau temps pour écrire Smoke on the Water : le rythme est assez semblable, l'harmonie également, et les deux titres sont tous deux issus d'une expérience vécue.
  • La chanteuse québecoise Anna Briota a repris Faire tomber son mouchoyr dans son film La musique, parole de sourds. Incarnant une musicienne sourde et muette, dans cet arrangement pour voix de femme, accompagnée par un Yamaha DX7, elle interprète cette chanson en langue des signes, avec parfois quelques rectifications orthographiques pour une compréhension maximale par les québécois. Pour les spectateurs ne comprenant pas le langage des signes, elle a dû calquer sa voix (off) sur la bande son en chantant la mélodie originale.

Principales œuvres[modifier le code]

  • Faire tomber son mouchoyr (1768)
  • Quand à Paris vend son troupiau (1768)
  • Dansons de guingois ma jolie (1769)
  • Le printemps des hirondelles (1771)
  • Pouvez-vous coiffer ma fille (1772)
  • La comtesse a perdu son collier, cherchez-le (1773)
  • En perdrions la tête (1773)
  • Décullotte la bout'eil et chnape ton verre près du mien (1774)
  • Montauban, il y faisoit beau temps (1775)
  • Les côtes du cru de Saint-Eugève (1776, chanson à contrepet)
  • Ma voisine n'a plus de beurre (1778)