Voiture à chien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charrette à chien destinée au transport du lait

Une voiture à chien (en anglais dogcart) est un chariot tracté par un ou plusieurs chiens et destiné au transport de charges légères. Très courantes jusqu'au début du XXe siècle en Europe, les voitures à chien sont aujourd'hui méconnues et rarissimes.

Description[modifier | modifier le code]

Carte postale ancienne représentant une voiture à chien

La voiture à chien était un moyen de transport peu coûteux. Elle était utilisée par les écoliers qui habitaient loin, et différents corps de métiers : laitières, fermières, boulangers, facteurs, ramasseurs de bois mort, etc.

L'attelage à chien ressemblait à un attelage de cheval de trait miniature. Les voitures étaient construites par le charron ou l'utilisateur avec des matériaux de récupération. Les différentes tailles dépendaient de son usage.

Dans la réglementation, le chien devait avoir une taille minimum de 50 cm. Il s'agissait souvent d'un bâtard de forte corpulence pouvant tracter 80 kg. Mais la Société protectrice des animaux (SPA) s'inquiéta des mauvais traitements infligés aux bêtes et, en 1925, le code de la route interdit la circulation des attelages à chien.

L'élévation du niveau de vie, ainsi que l'arrivée du cyclomoteur et de l'automobile, contribuèrent aussi à la disparition progressive de ce mode de déplacement.

Répartition géographique historique[modifier | modifier le code]

Des charrettes tirées par un chien unique ont parfois été employées par des marchands ambulants ; des dogcarts tirés par deux chiens ou plus ont été historiquement utilisés dans le nord de la France, en Belgique et aux Pays-Bas pour livrer le lait[1]. Ces chariots tirés par des chiens ont été interdits en Grande-Bretagne au début des années 1900 dans le cadre de la protection des animaux, mais certains existent toujours (principalement de façon anecdotique) en Suisse pour livrer les barattes de lait des petites fermes jusqu'à la laiterie. La pratique de l'attelage de chiens a toutefois persisté dans plusieurs pays européens en tant qu'activité sportive ou folklorique sévèrement réglementée[2].

Exemple[modifier | modifier le code]

Une voiture postale à chien, datant vraisemblablement des années 1850 à 1900, est visible au Musée de la Sologne, à Romorantin-Lanthenay.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

En wallon liégeois, l'expression Pôves nozôtes et les tchéns d'tcherete (Pauvres de nous et les chiens de charrette) signifie que même si nous sommes parfois bien à plaindre, il y a d'autres qui le sont encore beaucoup plus.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]