Jacques-Cartier (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ville de Jacques-Cartier)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Cartier (homonymie).

Jacques-Cartier (1947-1969) est une ancienne municipalité québécoise située dans l'actuelle ville de Longueuil en Montérégie.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1947, un secteur plutôt rural de la paroisse Saint-Antoine de Longueuil s'en détache, pour former la ville de Jacques-Cartier qui deviendra la cité en 1952[1],[2],[3].

Après avoir été temporairement logé (à partir de 1947) dans les bureaux du notaire Goyette, rue Saint-Georges, l'hôtel de ville de la cité de Jacques-Cartier emménage en 1952 dans un nouvel édifice au coin du boulevard Curé-Poirier et de la rue Brébeuf. Après la fusion avec Longueuil, le bâtiment restera utilisé par les services municipaux[4].

En 1953, la cité de Jacques-Cartier est en faillite. Elle est alors mise en tutelle et administrée par la Commission municipale du gouvernement du Québec, et le restera jusqu'à la fin de son existence en 1969[4].

L'élection municipale de 1957 est entre autres marquée par l'arrestation frauduleuse du journaliste Gilles Constantineau[5].

En 1969, son dernier maire, Roland Therrien, en obtiendra le rattachement à la ville de Longueuil[6].

Maires[modifier | modifier le code]

Maire Début de mandat Fin de mandat
Joseph-Rémi Goyette 1947 1949
René Prévost 1949 1954
Hector Desmarchais 1954 1955
Julien Lord 1955 1957
Joseph-Louis Chamberland 1957 1960
Léo-Aldéo Rémillard 1960 1963
Jean-Paul Tousignant (interim) 1963 1963
Charles Labrecque (interim) 1963 1963
Jean-Paul Vincent 1963 1966
Roland Therrien 1966 1969


Référence[modifier | modifier le code]

  1. longueuil.ca
  2. marigot.ca
  3. carte
  4. a et b « Le petit Longueuil et les villes voisines (1947-1969) », sur Le Marigot (consulté le 13 mai 2015)
  5. « Un journaliste ne peut obtenir de dommages pour des motifs de droit : Arrêté à l'élection de 1957 à Jacques-Cartier », La Presse, no 45,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  6. Luc Mercier, La galerie des maires, Société historique du Marigot, Longueuil, 1994, p. 53.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]