Vilafrancada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Vilafrancada est le nom donné à l'insurrection menée par l'Infant Michel à Vila Franca de Xira au Portugal, le 27 mai 1823.

Le prince Michel lors de la Vilafrancada. Gravure du XIXe siècle.

Le régime libéral instauré au Portugal par la révolution du 24 août 1820 ne pouvait satisfaire les secteurs les plus réactionnaires de la population qui réclame la réstauration de l'absolutisme.

À la tête des mécontents se trouve la reine Carlota joaquina, épouse de Jean VI de Portugal ainsi que l'infant Michel. La reine avait refusé de prêter serment à la Constitution de 1822 et s'était exilée à Queluz.

L'année 1823 offre aux absolutistes l'occasion qu'ils attendent. L'invasion de l'Espagne par les troupes françaises mandatées par la Sainte Alliance pour mettre fin au régime constitutionnel et remettre sur le trône le roi Ferdinand VII d'Espagne avait encouragé le soulèvement absolutiste du Comte d'Amarante dans le nord du Portugal et poussé le parti de la reine à se révolter ouvertement, certain du soutien français.

Le 27 mai 1823, l'Infant Michel se rend à Vila France de Xira où il est rejoint par un régiment d'infanterie qui était en route vers Almeida afin de renforcer la frontière contre les assauts des révoltés du Nord. La monarchie absolue y est acclamée, et tout laisse penser que l'Infant et la reine projetaient l'abdication de Jean VI qui, lui, restait fidèle à la Constitution.

À la fin du mois cependant, Jean VI décide de prendre la tête de la révolte, encouragé par le soulèvement du 18e régiment d'infanterie, qui était venu au Palais de Bemposta l'acclamer en tant que monarque absolu. Il part pour Vila Franca de Xira où il contraint l'Infant rebelle à se soumettre avant de revenir à Lisbonne en vainqueur. Les Cortes se séparent, divers hommes politiques libéraux partent en exil et l'absolutisme est restauré. Mais le roi échoue dans sa tentative pour empêcher l'accession au pouvoir du parti ultra-réactionnaire et pour maintenir sa position déterminante dans l'échiquier politique.

Le parti de la reine ne cessera pas d'intriguer et, moins d'un an plus tard, éclatait une nouvelle révolte absolutiste, l'Abrilada, qui entraînera l'exil de l'Infant Michel.

La Vilafrancada apparaît comme un symptôme des tensions que la rapidité des changements politiques dans le pays avaient fait émerger. Elle contribua au climat d'instabilité qui perdura dans le pays jusqu'à l'époque de la Régénération.