Utilisateur:Dalriada/Brouillon

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

OUTILS[modifier | modifier le code]

Dalriada (discuter) 3 septembre 2017 à 15:27 (CEST)

vol. II, Manlio Brigaglia, ed. Nuoro: Ilisso, 2001 [Turin, 1838].

"C:/Users/MARC-GRIVAZ/AppData/Roaming/GeneWeb-6.07/bases


[note 1] Il a parfois été identifié par certains au fils aîné de Vononès II (et donc au frère de Vologèse Ier)[réf. nécessaire],

  • XIVe siècle
  • 76 navires

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Edel Bhreathnach, The Kingship and landscape of Tara, Dublin, Four Courts Press, (ISBN 1851829547), p. 192-193.
  • Anthony Stokvis, préf. H. F. Wijnman, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les états du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Leyde, éditions Brill, 1889 réédition 1966, p. 279 Volume II, chapitre III: Tableau généalogique n°31 Généalogie de la famille de Burgo


  • (en) The Saga of the Jonsvikings, traduction de N.F. Blake Thomas Nelson and Sons Ltd 1962, chapitre 10 p. 11
  • M. l'abbé V. Dubarat, M. l'abbé P. Haristoy, Études historiques et religieuses du Diocèse de Bayonne : comprenant les anciens diocèses de Bayonne, Lescar, Oloron et la partie basque et béarnaise de l'ancien diocèse de Dax 1893 p. 316 </ref>
  • Pedro Puiggari Catalogue biographique des Évêques d'Elne Perpignan 1842 p. 118-119.
  • (en) Joseph Bergin Crown, Church, and Episcopate Under Louis XIV Yale University Press 2004 (ISBN 0300103565) p. 376</ref>.
  • Paul Pisani Répertoire biographique de l'épiscopat constitutionnel (1791-1802) A. Picard & Fils, Paris 1907 p. 368-370
  • (en) Joseph Bergin The Making of French Episcopate (1589-1661) Yale University Press 1996 (ISBN 978-0300067514)
  • Olivier Charles Chanoines de Bretagne: Carrières et cultures d'une élite cléricale au siècle
  • Georges Doublet. « Les visites pastorales de Louis de Bernage, successeur de Godeau à Grasse (1654-1675) ». Dans: Revue d'histoire de l'Église de France, tome 3, n°15, 1912. p. 297-316.
  • Hugues Du Tems Le clergé de France, ou tableau historique et chronologique des archevêques..... Tome IV Évêché de Langres, Brunet Libraire à Paris 1775 p. 514 </ref>.


  • Alfred Baudrillart Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques édition 1912 (Volume 08), colonnes 553-554</ref>
  • Louis Sandret L'ancienne église de France; ou, état des archevêchés et évêchés de France. Dumoulin, Pariʂ/ref> 1866 « Province de Rouen diocèse de Coutances » p. 288.
  • Charles Guimart, Histoire des évêques de Saint-Brieuc, chez L. Prud'homme, 1851 Op.cit p. 103-108</ref>
  • J. Geslin de Bourgogne et A. Barthélémy, Anciens Évêchés de Bretagne, « Diocèse de Saint-Brieuc: Catalogue des évêques » 1855, tome I, p. 55-56.</ref>

̈* Abbé A. Degert Histoire des Évêques d'Aire, Paris 1908, p. 219-224.

  • François-Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois Dictionnaire de la noblesse Paris 1774 .
  • Pierre Guilaume de la Vieuxville est originaire de Saint-Malo il est fils de Pierre Guillaume et de Marie Lhuillier
  • Jules Lamare, Histoire de la ville de Saint-Brieuc p. .
  • Anthony Stokvis, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les États du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, préf. H. F. Wijnman, Éditions Brill Leyde 1888-1890, réédition 1966, Margraves de Thuringe, Misnie et Lusace: « Maison des Brunons » et tableau généalogique.
  • (it) article Guelfo VI duca di Spoleto e margrave di Toscana de dans enciclopedia italiana

« L'art de vérifier les dates » Chronologie des princes de Salerne

Mīr Ḫwānd, Muḥammad ibn Ḫwāndšāh ibn Maḥmūd (? - 1498), Traduit en anglais depuis l’œuvre originale en persan par E. Rehatsek, « Garden Of Purity, Reign of Chashindah », Royal Asiatic Society, .

Éphrem-Isa Yousif, Les chroniqueurs syriaques, L'Harmattan, Paris, 2002 (ISBN 2-7475-2709-3),p. 296-297</ref>.

  • (en) Marjorie O Andersson « Dál Riata [Dalriada], kings of (act. c.500–c.850), » Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.
  • Frédéric Morvan, « Au cœur de l’entourage des ducs de Bretagne, Thibaud de Derval (vers 1280 - vers 1330), vicomte de Donges, seigneur de Rochefort », 2010,[lire en ligne], consulté le 26 octobre 2013.̰
  • Frédéric Morvan « 1342 : Jeanne de Flandre, héroïne d’Hennebont », 2009, en ligne sur Tudchentil.org,[lire en ligne] consulté le 29 septembre 2013.
  • (en) « Graham, Malise, third earl of Strathearn and first earl of Menteith (1406x13–1490 », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.

Saint-Servan[modifier | modifier le code]

Édouard Michel GOUAZON ( né le Saint-Servan-sur-Mer mort à Paramé le ) maire de Saint-Servan de 1847 à 1866. Docteur en médecine, fabricant de cordages et maire de St-Servan, nommé chevalier de la Légion d'Honneur le . membre du conseil d'arrondissement de St-Malo.

Source[modifier | modifier le code]

  • Gilles Foucqueron Saint-Malo 2000 ans d'histoire édité par lui même Saint-Malo 1999, (ISBN 9782950030450), Tome II, p. 1223


Mongán mac Fiachnai (died ca. 625) was an Irish prince of the Cruthin, a son of Fiachnae mac Báetáin. Little is certainly known of Mongán's life as only his death is recorded in the Irish annals. He appears as a character in the Cycles of the Kings where he is said to have been the son of Manannán mac Lir and perhaps a reincarnation of the legendary hero Finn mac Cumaill of the Fenian Cycle. His origin story is told in the Compert Mongáin found in the Yellow Book of Lecan and the Lebor na hUidre.

Saint-Servan[modifier | modifier le code]

François Claude DUBOIS, Sieur des Corbières (Né le 12 juin 1760 (jeudi) - Saint Servan, 35313, Ille et Vilaine, Bretagne, France •Décédé le 10 septembre 1838 (lundi) - Saint Servan, 35313, Ille et Vilaine), Bretagne, s Cordier Négociant Armateur Consul des Etats Unis à St Malo , Maire de St Servan de 1808 à 1815. fils de Claude DUBOIS, Sieur de la Corbiére , (1719-1794) Négociant Armateur x St Servan 27-09-1757 Elisabeth Charlotte Marie LE MORTELEC (+ 9-12-1811)


Texte[modifier | modifier le code]

Dalriada/Brouillon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Roi de Desmond

Fingen mac Domnaill Guit Mac Carthaig dit Fingen de Rinrone (mort le ) membre de la famille MacCarthy roi de Desmond de 1252 à sa mort[1]

Biographie[modifier | modifier le code]

Fingen ou Fighnin Mac Cairthaig fils aîné de Domnall Gott mac Domnaill lui succède après sa mort. De 1258 à 1260, il livre une guerre acharnée aux anglais dans la province de Desmond, et remporte sur eux de grands avantages. En 1260, William de Dene, Lord Justiciar d'Irlande (1260-1261), secondé par La famille FitzGerald, fait de grands préparatifs contre Fingen et ses frères, et vient leur livrer la Bataille de Callann (en). Lors de ce combat sanglant les Mac-Cairthaigh firent tomber sous leurs coups John FitzThomas († 1261), fils de Thomas FitzGerald, sénéchal de Munster et fondateur du monastère de Tralee, Maurice, son fils, huit barons, quinze chevaliers et de nombreux écuyers et combattants[2] Pour tirer le meilleur partie de cette victoire selon les Annales d'Innisfallen , les Mac Carthaig détruisent et rasent les châteaux de Dun-Mac-Tomon, Dun-Innse Dun, Cuan-Dor, Dun-Agall, Dun-Doide, Dun-ur long, Mochrama, Uirgeoll, Dun-na-Mharc, Dun-Agoill, Dun-Loe, Cill-Forgla et tous les autres qui ne trouvaient dans le district de Conall-Gabhra, passant au fil de l'épée la plupart des garnisons anglaises qui s'y trouvaient. Après cela les régions de l'ouest du comté de Cork et du sud du comté de Kerry retournent sous la souveraineté des Mac Carthaig[3]

Encouragés par des succès aussi éclatant, Fingen Mac Carthaig, lève, en 1261, une grande armée d'Hommes du Desmond, et marche pour brûler Rinn-Róin, un territoire possédé par Miles de Courcy. Son refus d'accepter les services d'un certain capitaine Cogan lui est funeste, car ce dernier et ses alliés se joignent à l'armée de de Courcy, et font pencher l'issu du combat en sa faveur. Ils remporte une victoire décisive qu'il remporte sur les Hommes du Desmond, le jeudi après la fête de Saint-Michel, Fingen y est tué avec nombre de chefs du Munster. Il ne laisse par de postérité et son frère cadet Cormac mac Domnaill Guit lui succède [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) T.W Moody, F.X. Martin, F.J. Byrne, A New History of Ireland IX Maps, Genealogies, Lists. A companion to Irish History part II, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 9780199593064), p. 220 Succession Lists Maccarthys of Desmond: Mac Carthaigh Mor Kings of Desmond and earl of Clancare 1118-?1640
  2. Annales de Connacht AC 1261.5 Annales d'Ulster AU: 1261.4 Annales des quatre maîtres AFM 1261.5 & 1261.6 Annales de Loch Cé ALC 1261.4
  3. (en) Clare Downham, Medieval Ireland, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 9781906716066), p. 267
  4. AC: 1261.6 AFM: 1261.7 ALC 1261.5

Source[modifier | modifier le code]

  • Anthony Stokvis, préf. H. F. Wijnman, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les états du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Leyde, éditions Brill, 1889 réédition 1966, p. Volume II Chapitre II.Monomie [Munha, Munster], § 3 Des-Munha [Desmond] p. 259 : Généalogie des rois de Desmond . Tableau généalogique Tableau n° 24 p. 263.

Lien externe[modifier | modifier le code]


Texte roi de Dal nAraidi[modifier | modifier le code]

Cenn Étig mac Lethlobair (mort en 900) est le 30e roi roi du Dál nAraidi et un Leth ri d'Ulaid

Règne[modifier | modifier le code]

Cenn Etig succède à son père Lethlobar mac Loingsig comme roi de Dál nAraidi en 873.

En 896 après la mort de Muiredach mac Eochocáin du Dál Fiatach Leth ri Ulaid il s'impose comme co-roi d'Ulaid contre Aitíth mac Laigni du Ui Echach Cobo. Après la mort de ce dernier en 898[1] il doit partager le titre de roi d'Ulaid avec Áed mac Eochocáin (898-919) le frère de Muiredach. Il meurt en 900[2]

Postérité[modifier | modifier le code]

Cenn Étig laisse un fils Loingsech mac Cinn Étig roi d'Ulaid de 925 à 932.



Dalriada/Brouillon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Roi de Dál nAraidi

Iveagh nom de lieu irlandais dérivé de Uíbh Eachach c'est-à-dire: descendants d'Echu[3]) est le nom de plusieurs division territoriales de l'actuel comté de Down, en Irlande du Nord. Originellement c'est un tuath gaélique irlandais sur lequel règne les Uí Echach Cobo et une partie du royaume d'Ulaid. A partir du XIIe siècle les Magennises (Mag Aonghusa) furent les chefs d'Iveagh. Ils étaient implantés à Rathfriland et intronisés à Knock Iveagh. A la suite de la Guerre de neuf ans d'Irlande, les souverains d'Iveagh se soumettent à la couronne d'Angleterre et leur territoire fut partagé entre eux. Iveagh devient une baronnie, qui plus tard fut partagée entre le Bas-Iveagh et le Haut-Iveagh. Le territoire d' Iveagh correspondait également à celui du diocèse de Dromore.

Uí Echach Cobo[modifier | modifier le code]

Le nom d'Iveagh dérive de celui d'une tribu de Cruithnes Uí Echach (irlandais modern: Uíbh Eachach), ou "descendants d' Echu", et se réfère a un ancien túath (district) irlandais.[3] Il est également connu sous la forme Uí Echach Cobo (irlandais moderne: Uíbh Eachach Cobha, signifiant Echu de Cobo), et équivalent avec Uí Echach Uladh (Echu d'Ulster).Les Uí Echach étaient une tribu qui constituait l'ancien royaume Ulaid dans l'est de l'Ulster.[3] Ils partageait la royauté d'Ulaid avec le Dál Fiatach et leurs parents du Dál nAraidi.[3] Les Uí Echach furent le plus importants sept des des Cruthnes.[4]

Le nom Magh Cobha, signifie "plaine de Cobo", il semble être l'ancien nom d' Iveagh. Il persiste sou la forme de Moycove, la plus ancienne mention de ce nom ce trouve dans la paroisse civile de Drumballyroney, où il correspond à un château édifié par les Anglo-Normands entre 1188–1261.[5] Le point le plus élévé de la paroisse est les collines de Knock Iveagh (Cnoc Uí Echach),[5] qui étaient le centre du pouvoir des Uí Echach.

Un autre forme Cuib existe ,[4] avec le titre de "Roi" des Cuib/Cobo il fait sa première apparition dans les Annales de Tigernach sous l'année 685,[6] et dans les Annales d'Ulster en 735.[7] La dernière mention dans les annales d'Ulster date de l'année 882,[8] ensuite le terme est remplacé par ceux de Chef ou de Seigneur des Uí Echach. Les Uí Echach Cobo sont mentionnés dans les annales irlandaises de 551 à 1136, la dernière entrée indique que "Echri Ua-h-Aitteidh, seigneur de Ui-Eathach, a été tué par les Ui-Eathach eux-mêmes".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AU 898.1
  2. AU 900.2
  3. a b c et d Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Placenames
  4. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées UUC003
  5. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées PlacenamesDBR
  6. AT: 685
  7. AU: 735
  8. AU: 882

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Gearóid Mac Niocaill, Ireland before Vikings, Dublin, Gill & Macmillan, (ISBN 0-71710-558-X), p. 138 Rulers of Dál nAraide 625-792
  • (en) Francis John Byrne, Irish Kings and High-Kings, Dublin, Courts Press History Classics, (ISBN 1-851-82-196-1), p. 287 Kings of Ulster (Cruthin) Table n°7.

[1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] [11] [12] [13] [14] [15] [16] [17]

Lien externe[modifier | modifier le code]




Pour l'archivage, ce n'est pas trop compliqué : tu renommes « Discussion utilisateur:Dalriada » en (par exemple) « Discussion utilisateur:Dalriada/Archive 1 », puis tu annules la redirection que sera devenue « Discussion utilisateur:Dalriada » en l'éditant et en postant le lien vers ta page d'archive

Pour WD: Tu avais trouvé "en:Sasanian family tree" ; sur cette page, tu cliques sur « Edit links » en-dessous des interwikis et tu te retrouves sur wikidata ; là, tu vas dans le tableau « Wikipedia pages linked to this item » en bas duquel il y a un « add » ; clique dessus, tape « fr » et sélectionne « frwiki » dans le premier cadre, et mets le nom de l'article fr dans le second, puis clique (toujours sur la même ligne) sur « save » et c'est bon.

Augustin Du Paz Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, enrichie des armes et blasons d'icelles avec l'histoire chronologique des Evesques de tous les diocèses de Bretagne, Nicolas Buon, Paris 1619 p. 5. Cyrille Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l'Antiquité jusqu'au XIXe siècle : Tables généalogiques et chronologiques, Rome, . Modèle:Ref-Toumanoff-Caucase.


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « note », mais aucune balise <references group="note"/> correspondante n’a été trouvée

  1. Ireland's History In Maps - Ulster, Uí Eathach Cobha
  2. Placenames NI - Iveagh
  3. Database of Irish Historical Statistics - Literacy Notes
  4. University College Cork - Genealogies from Rawlinson B 502, Section 26
  5. University College Cork - Annals of Ulster, 553AD
  6. University College Cork - Early Irish Population-Groups: Their Nomenclature, Classification, and Chronology. Section 3, Sept-Names
  7. University College Cork - Annals of Ulster, 735AD
  8. University College Cork - Annals of Ulster, 882AD
  9. University College Cork - Annals of Tigernach, 685AD
  10. Placenames NI - Drumballyroney
  11. Rootsweb - Irish/ Scots clans, Dalriada, R1b etc
  12. University College Cork - The Laud Genealogies and Tribal Histories
  13. Library Ireland - The barony of Iveagh
  14. (en) Jonathan Bardon, The Plantation of Ulster, Gill & Macmillan, (ISBN 978-0-7171-4738-0)
  15. (en) Robert Bell, The book of Ulster Surnames, The Blackstaff Press, , 163–4 p. (ISBN 0-85640-602-3)
  16. (en) Robert Bell, The book of Ulster Surnames, The Blackstaff Press, , 137 p. (ISBN 0-85640-602-3)
  17. Public Records Office of Northern Ireland - Baronies