Utilisateur:Dalriada/Brouillon

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

OUTILS[modifier | modifier le code]

Sunset at Huntington Beach.jpg Cet utilisateur

Dalriada (discuter) 3 septembre 2017 à 15:27 (CEST) vol. II, Manlio Brigaglia, ed. Nuoro: Ilisso, 2001 [Turin, 1838].

"C:/Users/MARC-GRIVAZ/AppData/Roaming/GeneWeb-6.07/bases

Il a parfois été identifié par certans au fils aîné de Vononès II (et donc au frère de Vologèse Ier)[réf. nécessaire],

  • XIVe siècle
  • 76 navires

(en) James Hughes, The Fall of the Clan Kavanagh, vol. 2, Journal of the Royal Historical and Archaeological Association of Ireland, (lire en ligne), p. 282-305

(en) Dictionary of Irish History : Emmett O'Byrne O'Byrne, Fiach MacHugh

Saint-Servan[modifier | modifier le code]

François Claude DUBOIS, Sieur des Corbières (Né le 12 juin 1760 (jeudi) - Saint Servan, 35313, Ille et Vilaine, Bretagne, France •Décédé le 10 septembre 1838 (lundi) - Saint Servan, 35313, Ille et Vilaine), Bretagne, s Cordier Négociant Armateur Consul des Etats Unis à St Malo , Maire de St Servan de 1808 à 1815. fils de Claude DUBOIS, Sieur de la Corbiére , (1719-1794) Négociant Armateur x St Servan 27-09-1757 Elisabeth Charlotte Marie LE MORTELEC (+ 9-12-1811)



La Bataille de Mbumbi est un engagement militaire entre les forces de l'Angola portugais et celle du Royaume du Kongo le . Bien que les troupes portugaises aient été victorieuse ce combat est à l'origine de l'expulsion à terme des troupes portugaises du territoire du Royaume du Kongo.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'Angola portugais a été fondé en 1575 pour récompenser le Portugais pour avoir aidé le Royaume du Congo à vaincre les Yakas qui ont envahi le royaume en 1568. Après une tentative désastreuse de conquérir le Royaume de Ndongo, le gouverneur portugais Mendes de Vasconcellos (1617-1621) a conclu une alliance avec les Imbangala (en), un peuple décrit par des sources européennes et locales comme des mercenaires cannibales originaires du sud de la rivière Kwanza. Le gouverneur les avait utilisé lors de son attque contre le Ndongo tandis que l'Angola portugais a récolté les esclaves qui ont émergé du chaos.

En 1621, Vasconcellos fut remplacé par João Correia de Sousa (1621-1623). Ce dernier espérant avoir le même succès que son prédécesseur attaque dès sa prise de fonction le royaume du Kongo dans le but d'annexer la Kasanze une région boisée vassale du Kongo située juste au nord de Luanda afin d'en obtenir des esclaves. Alors que Correia de Sousa est encore en Kasanze en avril 1622 le roi Alvare III du Kongo dépêche une ambassade à Lunada afin de négocier la delimitaion de la frontière entre son royaume et l'Angola portugais.Correia de Sousa. accuse Pedro Afonso qui vient d'être désigné comme duc de Mbamba pour assister la Kasanze de vol de bétail et d'autres pillages et exige qu'il soit remplacé et tué ! Pendant ce temps il trasfère son armée de Kasanze en Nambu a Ngongo un autre vassal du Kongo dans l'ouste Dembos. En plein milieu de cette crise le roi Alvare III meurt le [1] Correia de Sousa qui espérait manipuler le successeur du roi l'une de ses jeunes fils est déçu lorsque les électeur désignent comme souverain le duc Pedro Afonso sous le nom de Pierre II. Le gouverneur ordonne ensuite au capitaine Major Pedro de Sousa Coelho à la tête de 30 000 , Portugais ,supplétifs Mbundu et d'un contingent d'Imbangala d'envahir la province Kongo de Mbamba. [2]

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Le capitaine Major Sousa Coelho marched on Bumbi with 30,000 men, most of which were Mbundu archers supplemented by Portuguese heavy infantry and Imbangala mercenaries. A l'intérieur de la ville se trouvait, le nouveau duc de Mbamba Paulo Afonso [3] et Cosme le marquis de Pemba[4] pour diriger les forces congolaises. Ils n'avaient rassemblé qu'environ 3.000 hommes constutués par une infanterie légère (archers) augmentée de 200 nobles combattant comme infanterie lourde traditionnelle (épée et bouclier). Avant de livrer bataille le , le duc de Mbamba se confesse et communie avant de s'armer de l'épée, du bouclier et monter au combat avec les reliques de divers saints. [2][5]

Combat[modifier | modifier le code]

Au début de la bataille, les deux camps ont lancé le cri de guerre «Santiago» avant de s'engager. Les forces kongo, voyant cette coïncidence, ont fait remarquer que si le saint portugais était blanc, le leur était noir. [2] Les forces du duc ont lancé la bataille en mettant en déroute les archers Mbundu dont les rangs avaient augmenté à environ 30 000 à l'époque [2] Mais tout comme à Ndongo, les mercenaires Imbangala n'ont pas cédé et ont détruit la force Kongo par une contre-attaque. [2] Le duc, marquis, 90 moindres des nobles et des milliers de simples soldats ont tous été tués. [2] Selon les récits jésuites de la bataille, les Portugais ont réussi à prendre de nombreux esclaves de la bataille et ont mis à sac toute la colonie, sans épargner les possessions des Portugais. établi là-bas. Les Imbangala, comme c'était leur coutume, cannibalisé de nombreux prisonniers et tués, y compris les corps du duc de Mbamba et du marquis de Pemba. [6]

Conséquences[modifier | modifier le code]

La bataille de Mbumbi provoque une onde de choc dans tout le Royaume du Kongo. Des émeutes anti-portugaises ont éclaté dans tout le pays entraînant des massacres généralisée. Le roi Pierre II du Kongo nouvellement couronné a été contraint de placer sous sa protection les Portugais qui pouvaient être sauvés dans son camp de Mbanda Kasi où il rassemblait ses forces pour une contre-attaque. La victoire portugaise à Mbumbi a mis un terme à l'amitié entre le Kongo et le Portugal. Le royaume du Kongo a déclaré la guerre à l'Angola portugais en prenant l'offensive en envahissant des des territoires qui étaient sous la domination du Portugal en Angola. L'ultime conséquence de cette bataille est la lettre adressée par le roi Pierre II à la République des Provinces-Unies lui proposant une alliance qui sera à l'origine 20 ans plus tard de la prise de Luanda par les hollandais.[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John et Andrea Thornton and Mosterman, Une réinterprétation de la guerre kongo-portugaise de 1622 selon de nouvelles preuves documentaires, vol. 51, , p. 237
  2. a b c d e et f John Thornton et Linda M. Heywood, Centrafricains, créoles de l'Atlantique et la Fondation des Amériques, 1585-1660, (ISBN 9780521770651), p. 138
  3. Thornton & Heywood 2007, p. 174
  4. (en) Institut historique belge de Rome, Bulletin de l'Institut historique belge de Rome, parties 39-40, (https: //catalog.hathitrust.org/Record/007467597), p. 391
  5. (en) John K. Thornton, A History of West Central Africa to 1850, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-12715-9, lire en ligne), p. 130
  6. a et b Thornton & Mosterman 2010, p . 238