Trou de Hertzsprung

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le trou de Hertzsprung est situé entre les classes spectrales A5 et G0 et entre les magnitudes +1 et −3 du diagramme de Hertzsprung-Russell.

Le trou de Hertzsprung[1] est une région du diagramme de Hertzsprung-Russell (H-R) où l'on ne retrouve que très peu d'étoiles. Il est nommé d'après Ejnar Hertzsprung, premier chercheur à l'avoir observé[1].

Le trou est situé entre les classes spectrales A5 et G0 et entre les magnitudes +1 et −3. Ceci correspond a une région délimitée par le sommet de la séquence principale et les géantes rouges d'environ 1,5 masses solaires. La région a une forme trapézoïdale avec une largeur minimale pour les magnitudes plus faible et maximale pour les magnitudes plus grandes.

Quelques 11 000 étoiles observées dans le cadre de la mission Hipparcos ont été classées dans le diagramme H-R et seulement une poignée d'entre elles sont situées dans le trou de Hertzsprung[2].

Causes[modifier | modifier le code]

Lorsqu'une étoile traverse le trou de Hertzsprung au cours de son évolution, cela signifie qu'elle a terminé la fusion nucléaire de type proton-proton en son cœur, mais que la fusion n'a pas encore débutée dans les couches intermédiaires.

Le trou correspond à une région transitoire du diagramme H-R. Les étoiles qui s'y trouvent n'y passent que quelques milliers d'années par rapport aux dizaines de millions d'années qu'elles vont exister[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Hertzsprung gap » (voir la liste des auteurs).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) James Binney et Michael Merrifield, Galactic Astronomy, Princeton University Press, , 798 p. (présentation en ligne, lire en ligne), chap. 5 (« Evolution of Stars and Stellar Populations »), p. 265–271. 

Liens externes[modifier | modifier le code]