Torf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Torf, seigneur normand du Xe siècle, serait l'ancêtre des familles de Beaumont et de Harcourt[1]. À en juger par son prénom et celui de ses fils, il est probable qu'il soit d'origine scandinave[2].

Un personnage très peu connu[modifier | modifier le code]

Son existence est uniquement rapportée par Guillaume de Jumièges dans son Gesta Normannorum Ducum (XIe siècle). Le moine explique qu'il était le père de Turold de Pont-Audemer et qu'il a donné son nom à plusieurs villes de Normandie appelées Tourville[3]. Il est possible que la commune de Tourville-sur-Pont-Audemer (Torivilla, Turvilla vers 1034) lui doive son nom[Note 1].

Quelques historiens comme Jacques Le Maho l'identifie à Turstin le Riche, un grand propriétaire de la vallée de la Seine et possible beau-père de Robert le Danois[4]. D'autres ouvrages, moins fiables, verraient dans Torf le fils ou le petit-fils de Bernard le Danois, régent du duché de Normandie lors de la minorité du duc Richard Ier de Normandie.

Descendance[modifier | modifier le code]

Toujours selon Guillaume de Jumièges[5], Torf eut deux fils :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lucien Musset, « Naissance de la Normandie », in Michel de Boüard (dir.), Histoire de la Normandie, Privat, Toulouse, 1970, p. 122 : « on rencontre dans l'entourage ducal une série, limitée, de grandes familles dont l'origine nordique est attestée soit par les historiographes, soit parce que leurs membres portent de père en fils des noms scandinaves. Ainsi, ce Torf, père de Thorolf et de Thorketil, grand-père d'Ansketil, et souche de la maison de Harcourt. »
  2. Lucien Musset, « Naissance de la Normandie », in Michel de Boüard (dir.), Histoire de la Normandie, Privat, Toulouse, 1970, p. 103 : « nous n'avons pas de "Landnamabok" normand, en sorte que nous ignorons comment se sont implantés les grands lignages. Parmi tant de nobles familles qui, plus tard, revendiquèrent pour ascendants des "compagnons de Rollon", une seule y a peut-être quelque titre, les Harcourt. »
  3. The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumieges, Orderic Vitalis, and Robert of Torigni, VIII, 37, éd. Elisabeth Van Houts, Oxford University Press, 1992, p.268-269
  4. Jacques Le Maho, « L'apparition des seigneuries châtelaines dans le Grand-Caux à l'époque ducale », Archéologie médiévale, t. VI, 1976, p.28
  5. The Gesta Normannorum Ducum..., idem
  1. Cependant cette hypothèse est contestée, notamment par François de Beaurepaire (Les noms des communes et des anciennes paroisses de l'Eure, éditions Picard 1981. p. 200) qui se base sur les formes anciennes des Tourville de Normandie et qui note qu'elles sont toutes du type Tor villam, Turville, Tori villa, etc. c'est-à-dire le domaine de Tori / Thor alors que s'il s'agissait de Torf, on devrait avoir « Torvi villa » ou « Torf villa ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]