Tons voisins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En musique savante occidentale, les tons voisins d'une tonalité sont les cinq plus proches tonalités de celle-ci, du point de vue de l'armure : le ton dit "relatif" du ton en question et les quatre tons dont l'armure comprend une altération de plus (avec son relatif) et de moins (avec son relatif également). Les autres tons sont dits "éloignés" et sont moins couramment utilisés, sauf à partir du romantisme. L'accord tempéré des instruments polyphoniques facilite alors l'usage de ces tons éloignés. Pour la tonalité de do majeur, par exemple, les tons voisins sont : la mineur, fa majeur et son relatif ré mineur, sol majeur et son relatif mi mineur.

Les tons voisins permettent de s'éloigner de la tonalité de départ de façon progressive. Il faut pour cela prendre la tonalité de départ et chercher sa dominante et sa sous-dominante. Cela donne alors les deux premiers tons voisins. Les trois tons voisins restant sont les trois tonalités relatives à la gamme de départ et à ses deux tons voisins.

Trois regards peuvent être portés sur les tons voisins:

  1. Lien à la musique ancienne et acoustique : Par rapport à la tonalité principale, les tons voisins comportent les tonalités dont la tonique a un rapport de quinte supérieure et inférieure (soit une quarte supérieure) par rapport à la tonalité principale, plus leurs relatives (ex: Do Majeur donnant Sol Majeur et Fa Majeur avec les relatives mineures)
  2. Lien par tétracorde commun (lié à l'accord naturel) : par rapport à la tonalité d'origine, prendre les gammes ayant un tétracorde commun (premier tétracorde de Do Majeur commun avec le dernier de Fa Majeur, dernier tétracorde de Do Majeur commun avec le premier de Sol Majeur), ainsi que les relatives mineures de ces gammes
  3. Lien avec l'harmonie d'une gamme: Sur chaque degré d'une gamme peut-être constitué un accord (il convient de considérer que le VIIe degré se fusionne avec le Ve, cf fonctions harmoniques). Chacun des accords a une fonction harmonique pour la gamme considérée. Nous obtenons ainsi les accords du premier degré de l'ensemble des gammes composant les tons voisins.