Timothy C. May

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Timothy C. May
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
Corralitos, California (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Timothy Christopher May, dit Tim May (né le à Bethesda dans le Maryland et mort le à Corralitos en Californie[1],[2]), est un informaticien américain, ingénieur et chef scientifique chez Intel à une période précoce et cruciale de l'histoire de cette société.

Découverte de l'effet des particules alpha sur des puces d'ordinateurs[modifier | modifier le code]

En tant qu'ingénieur, Tim May est plus connu pour avoir résolu le Problème des Particules Alpha ce qui nuisait à la fiabilité des circuits intégrés lorsque l'appareil atteint une taille critique où une particule alpha unique pourrait changer l'état d'une valeur stockée et causer une perturbation isolée. May comprit que l'emballage en céramique qu'Intel utilisait était fait à partir d'argile légèrement radioactif. Intel résolu la question en adoptant des emballages plastiques pour leurs produits. Il fut coauteur avec Murray H. Woods de l'article « Alpha Particle Induced Soft Errors in Dynamic Memories » publié en janvier 1979 dans IEEE TRANSACTIONS on Electron Devices et vainqueur du Prix Baker en 1981[3].

Écrits sur la cryptographie et la confidentialité[modifier | modifier le code]

Tim May fut un important contributeur de la mailing-list Cypherpunks et écrivit beaucoup sur la cryptographie et la confidentialité dans les années 1990. Il écrivit un manifeste Cypherpunk : the Cyphernomicon dont l'essai True Nyms and Crypto Anarchy connu une certaine popularité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décès de Tim May, auteur du Manifeste Crypto Anarchiste », sur Bitcoin.fr, (consulté le 15 décembre 2018)
  2. (en) Nathaniel Popper, « Timothy C. May, Early Advocate of Internet Privacy, Dies at 66 », sur The New York Times, (consulté le 21 décembre 2018)
  3. (en) [1], sur ieee.org

Liens externes[modifier | modifier le code]