Thomas Modyford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thomas Modyford (vers 16201er septembre 1679), 1er baronnet, fut successivement planteur de sucre et gouverneur de la Barbade, puis de la Jamaïque, où il débarque le avec 700 de ses esclaves, dans une île qui ne compte alors que 500 esclaves, volés sur des navires espagnols.

Dès son arrivée à la Barbade en 1647, à l'âge de 27 ans avec sa famille, il fut témoin de la spéculation immobilière qui battait son plein, selon l'historien Paul Butel. Dans La Caraïbe au temps des flibustiers il raconte que Modyford a dû payer 7000 sterling (dont 6000 à tempérament) pour racheter la moitié de la plantation sucrière que le colonel Hilliard avait payée seulement 400 livres en 1642.

Repère de flibustiers anglais depuis sa prise en 1655, la Jamaïque reste leur domaine pendant encore une dizaine d'années sous la direction de Modyford, à qui Londres reproche ensuite sa faiblesse. Ses initiatives avaient déplu: en 1666, appuyés par les principaux marchands et planteurs de l'île, il avait plaidé qu'il ne pouvait, sans l'appui de la Royal Navy, se mettre à dos les flibustiers, qui se réfugieraient autrement chez les Français à l'île de la Tortue, où ils étaient assurés de recevoir bon accueil de la part du gouverneur Bertrand d'Ogeron.

Jusqu'en 1669, il fut le très respecté directeur de compagnie des aventuriers d'Afrique, créé en 1660 pour l'importation des esclaves. Mais en 1670, il est emprisonné pour deux ans à la Tour de Londres pour des accusations de corruption, avant d'être blanchi, libéré, et de repartir à la Jamaïque où il retrouve ses plantations et son frère, le colonel James Modyford. En 1671, un "dur", Sir Thomas Lynch, vétéran des guerres contre les puritains lui succède à la tête de l'île.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]