The Water-Babies, A Fairy Tale for a Land Baby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Water Babies.
"Oh, ne me faites pas de mal ! cria Tom. Je voulais juste vous regarder, vous êtes si beaux !" Illustration de Jessie Wilcox Smith en 1916.

The Water-Babies, A Fairy Tale for a Land-Baby est un conte pour enfant écrit par le révérend Charles Kingsley. Il a été publié en 18621863 en feuilleton dans le Macmillan's Magazine, et est paru en intégralité pour la première fois en 1863. Le livre fut extrêmement populaire en Angleterre à cette époque, et reste une référence de la littérature enfantine anglaise jusque dans les années 1920.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le livre raconte les aventures d’un petit ramoneur, appelé Tom. Ce dernier mène une vie difficile, faite de labeurs et de peines, sous la férule de son Maître, le cruel Mr Grimes. Son courage et son bon caractère lui permettent de surmonter les épreuves qu’il endure tous les jours. Mais, après avoir fait fortuitement la rencontre d’une petite fille de bonne famille, Ellie, Tom est malencontreusement amené à tomber dans une rivière, où des fées le transforment en un bébé-d’eau. De ce passage dans une autre réalité, vont découler, pour le petit garçon, des transformations à la fois physiques et psychologiques. La rencontre avec des créatures aussi étranges que variées, ainsi que les leçons de vie et de morale distillées par les fées (dont les remarquables sœurs Mrs Bedonebyasyoudid et Mrs Doasyouwouldbedoneby), amèneront Tom à tirer le meilleur de lui-même, en se débarrassant des mauvaises habitudes et valeurs de son ancienne vie.

Analyse[modifier | modifier le code]

Charles Kingsley aborde dans The Water-Babies de nombreux sujets. Un traitement particulier est ainsi réservé aux préoccupations sociales : les conditions de travail imposées aux enfants et leur accès à l’éducation, les questions relatives à l’hygiène et à la santé, mais également les méthodes éducatives rigoristes, en usage à cette époque en Grande-Bretagne, et sur la pertinence desquelles Kingsley émet des doutes. Le recours à l’imaginaire et au nonsense est ainsi mis au service d’un message moral. L’auteur mêle également à l’intrigue les débats scientifiques qui ont suivi la parution en 1859 de L’Origine des Espèces, de Charles Darwin, pour lesquels il s’est passionné. Ayant reçu de l’auteur un exemplaire de la première édition de l’ouvrage, Kingsley écrivit à Darwin pour lui exprimer son admiration, et lui assurer qu’il croyait à la pertinence de la thèse de l’évolution naturelle, qu’il admettait comme totalement compatible avec ses propres croyances chrétiennes. L’adhésion à la thèse de Darwin amena cependant Kingsley à reprendre à son compte une certaine vision ethnocentrique des peuples. Certains d’entre eux, du fait par exemple de leur isolement, auraient, selon lui, connu une évolution plus lente. Ce serait le cas notamment des Irlandais. Cet aspect de l’œuvre le desservit par la suite.

Illustrateurs[modifier | modifier le code]

De nombreux artistes ont illustré The Water-Babies. On peut citer, parmi les plus remarquables :

Au XIXe siècle :

Au XXe siècle :

Au XXIème siècle:

  • Il faut citer les remarquables illustrations photographiques réalisées par Zena Holloway.

Bibliographie en français[modifier | modifier le code]

  • Bébés-d’eau : un conte de fées pour un enfant des terres, traduction de l’œuvre originale par Françoise Gries, 2016, Kindle Edition
  • Tom au pays des Ondines, adapté de l'anglais par Jacques Canlorbe, 1951, Paris : Gautier-Languereau
  • Une étrange aventure au fond des mers, adapté de l'anglais par Marie-Louise Ventteclaye, 1932, Paris : Editions J. de Gigord
  • Tom le ramoneur, et Tom enfant de la mer, adapté de l'anglais par Elsie Masson, 1925, Saumur : École Emancipée
  • Les Bébés d'eau, conte symbolique adapté de l'anglais par Henriette Mirabaud-Thorens, 1914, Paris : Dorbon aîné


Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]