The Red House Report

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison rouge.
Première page du rapport.

The Red House Report (en français Le Rapport Maison Rouge) désigne le rapport nommé officiellement US Military Intelligence report EW-Pa 128, rédigé le et à présent déclassifié, détaillant les plans du Troisième Reich pour prospérer après sa perte certaine de la Seconde Guerre mondiale. Il fut rédigé par les services de renseignements des États-Unis à la suite d'une réunion d'industriels allemands censée s'être déroulée à l'hôtel Maison Rouge à Strasbourg le 10 août 1944.

Historique[modifier | modifier le code]

Le rapport fut envoyé au secrétaire d'État Cordell Hull[1].

Néanmoins, il n'y a aucune preuve que ce rapport existe réellement ailleurs que dans les écrits de LeBor et une poignée de sources non confirmées[2].

Participants[modifier | modifier le code]

  • Obergruppenführer SS Scheid
  • Dr Bosse du ministère de l'Armement
  • Représentants de Volkswagen, Krupp, Messerschmitt
  • Officiers et hauts fonctionnaires de la marine du ministère de l'Armement.

Théories du complot[modifier | modifier le code]

Ce rapport est mis en parallèle avec la création de l'Union européenne pour souligner un lien entre celle-ci et un éventuel quatrième Reich, planifié par certains décideurs nazis durant la guerre[3]. D'autres auteurs ont enrichi cette grille de lecture, sans pour autant faire référence au rapport maison rouge, soulignant par exemple un mémorandum rédigé par Herbert Martini, chef du service de crédit au ministère de l'Économie du Reich, prévoyant une confédération d'États européens, une union monétaire soutenue par l'instauration d'une Banque européenne à Vienne, une fixation des cours de change, une partie de ce mémorandum ayant servi de base aux statut de la Banque centrale européenne. Martini avait fait savoir qu'un avantage particulier résidait dans le fait qu'une union monétaire faisait sur le plan de la politique extérieure la démonstration de l'autonomie des pays bien qu'au sein de l'espace monétaire les pays seraient suffisamment liés à l'Allemagne pour rendre toute sortie de l'Union impossible[4].

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Le rapport inspira l'auteur Adam LeBor pour l'écriture de son roman The Budapest Protocol.

Liens et références externes[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Revealed: The secret report that shows how the Nazis planned a Fourth Reich ...in the EUB, y Adam Lebor, 9 May 2009.
  2. http://operation-gladio.net/us-military-intelligence-report-ew-pa-128.
  3. Complots et Dossiers Secrets, no 4, septembre 2009, « « Red House Report » la création du quatrième Reich… dans l'Union européenne », p. 20 à 33.
  4. ASIN bulletin, l'étrange parenté de l'euro, février 2012, 148e édition, p. 8, par Dr Radu-Eugen Golban.