Théorème de Friedlander–Iwaniec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
John Friedlander
Henryk Iwaniec

En Théorie des nombres, le théorème de Friedlander–Iwaniec affirme qu'il existe une infinité de nombre premiers de la forme .

Voici ces nombres, en dessous de 1000 : 2, 5, 17, 37, 41, 97, 101, 137, 181, 197, 241, 257, 277, 281, 337, 401, 457, 577, 617, 641, 661, 677, 757, 769, 821, 857, 881, 977 (suite A028916 de l'OEIS).

La difficulté du résultat réside dans le caractère clairsemé de cette suite : le nombre d'entiers de la forme plus petits que est de l'ordre de .

Historique[modifier | modifier le code]

Ce théorème a été prouvé en 1997 par John Friedlander et Henryk Iwaniec[1]. Iwaniec a reçu en 2001 le Prix Ostrowski en partie pour sa contribution à ce travail.[2]

Cas particuliers[modifier | modifier le code]

Quand b = 1, les nombres premiers de Friedlander–Iwaniec sont de la forme , et forment la suite

2, 5, 17, 37, 101, 197, 257, 401, 577, 677, 1297, 1601, 2917, 3137, 4357, 5477, 7057, 8101, 8837, 12101, 13457, 14401, 15377, …, suite A002496 de l'OEIS.

On conjecture que cette suite est infinie (c'est l'un des problèmes de Landau), ce qui ne résulte pas du théorème de Friedlander–Iwaniec.

Nombres de Friedlander–Iwaniec anecdotiques[modifier | modifier le code]

est un nombre premier de Friedlander-Iwaniec, ce qui n'était pas arrivé depuis , année de naissance de Gauss. L'antéprécédent est , année où Bernard Frénicle de Bessy publia la découverte du nombre taxicab Ta(2)=1729. Le précédent est alors , année de naissance de Fermat.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Friedlander et Henryk Iwaniec, « Using a parity-sensitive sieve to count prime values of a  polynomial », PNAS,‎ , p. 1054–1058
  2. "Iwaniec, Sarnak, and Taylor Receive Ostrowski Prize"