Tōshō-gū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Japon
Cet article est une ébauche concernant le Japon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La yomei-mon (porte d'ivoire) du Tōshō-gū de Nikkō

Tōshō-gū (東照宮?) est le nom donné à un type de sanctuaire shinto dédié à Tokugawa Ieyasu, le fondateur du shôgunat Tokugawa au Japon.

Le nom de Tōshō-gū est basé sur le titre posthume qui a été conféré à Tokugawa Ieyasu par la cour impériale, Tosho Dai Gongen ; deux variantes de ce nom divin sont Tōshō Shinkun 東照神君 qui met l'emphase sur l'idée d'un monarque déifié (le second kanji de Shinkun est le même que celui dans Taikun), et Azumatera kami oya no mikoto 東照親命, ce dernier, à tendance Shintoïste, est notamment cité par Motoori Norinaga dans Tamakatsuma et met l'accent sur le rôle d'ancêtre fondateur du Bakufu Tokugawa.

On trouve des sanctuaires Tōshō-gū un peu partout au Japon (plus d'une centaine) mais le plus célèbre est celui de Nikkō dans la préfecture de Tochigi.

Le Tōshō-gū de Nikkō[modifier | modifier le code]

Section du Tōshō-gū de Nikkō
Article détaillé : Nikkō Tōshō-gū.

C'est une des destinations touristiques les plus populaires au Japon.

Le fils de Ieyasu, le second shogun Hidetada, ordonna la construction du Tōshō-gū de Nikkō. Plus tard, le troisième shogun Iemitsu fit agrandir et embellir le temple.

Les autres Tōshō-gū célèbres[modifier | modifier le code]

Le Tōshō-gū du Parc de Ueno à Tokyo est également assez connu. Un autre, Kunōzan Tōshō-gū dans la préfecture de Shizuoka, rivalise avec Nikkō sur le plan de la splendeur du décor.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :