Stigmate (Erving Goffman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Selon Erving Goffman, un individu stigmatisé « se définit comme n’étant en rien différent d’un quelconque être humain, alors même qu’il se conçoit (et que les autres le définissent) comme quelqu’un à part. » Cet attribut constitue un écart par rapport aux attentes normatives des autres à propos de son identité[1].

Goffman distingue deux identités sociales qui, dans leur contradiction, sont à l'origine du stigmate : Identité sociale virtuelle (caractère "en puissance" attribué à l'individu) ; Identité sociale réelle (catégorie.s et attribut.s dont on pourrait prouver que l'individu les possède en effet). Le stigmate est en fait un désaccord entre ces deux identités, jetant sur l'individu un discrédit. L'individu porteur d'un stigmate est ainsi discréditable si sa différence est ignorée, ou discrédité si sa différence est visible ou connue.

Chaque individu est plus ou moins stigmatisé en fonction des circonstances, mais certains le sont plus que d'autres : tous peuvent être placés sur un continuum. Goffman distingue les dévalorisations corporelles ("les monstruosités du corps" dans le texte), morales (tares du caractère) ou « tribales » (race, religion... souvent héréditaire). Les exemples de stigmates sont d'une grande diversité : parmi eux, le passé des individus, les handicaps, l'orientation homosexuelle, l'appartenance à un groupe donné, etc. L'acteur va donc tout mettre en œuvre pour cacher ce stigmate ou en tout cas éviter qu'il provoque un malaise chez son public. Goffman nomme « contacts mixtes » les interactions à risque entre « normaux » et stigmatisés.

La stigmatisation n'existe finalement pas ; le stigmate ne trouve son existence que dans la valeur qu'on lui donne. Il semble malgré tout être une notion nécessaire à l'évolution de la société, car chaque individu a besoin de s'identifier comme « normal » en se comparant à ce qu'il interprète comme différent.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La sociologie de Erving Goffman, p. 26 (ISBN 2707142026)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]