Sophia Lee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sophia Lee
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
BristolVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
John Lee (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
George Lee (en)
Harriet Lee (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Sophia Lee est un femme de lettres anglaise, née en 1750, morte en 1824.

Son père avait été acteur, puis s’était occupé de remanier pour le théâtre des pièces d’auteurs célèbres. La jeune Sophie débuta dans les lettres en faisant représenter à Londres, en 1780, une comédie, le Chapitre des accidents, qui eut beaucoup de succès : Son père étant mort l’année suivante, elle ouvrit à Bath, avec sa sœur Henriette, une maison d’éducation. Cet établissement prospéra et, en 1803, les deux sœurs, devenues maîtresses d’une petite fortune, se retirèrent à Clifton, ou elles continuèrent à demeurer ensemble.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Outre la comédie précitée, on lui doit : la Retraite (1785, 3 vol.), roman dont le succès fut populaire et que Lemare a traduit en français sous ce titre : le Souterrain ou Mathihle (1787) ; le Conte d’un ermite, poème (1787) ; Almeyda, reine de Portugal, tragédie médiocre (17S6) ; la Vie d’un amoureux (1804, 6 vol.), roman traduit en français sous le titre de Savinia Hivers ou le Danger d’aimer (1808) ; l’Assignation, comédie qui tomba à la première représentation en 1807 ; et deux charmantes nouvelles, Conte d’une jeune fille, Conte d’un homme d’Église, insérées dans les Canterbury tales.

Source[modifier | modifier le code]

« Sophia Lee », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Administration du grand dictionnaire universel, 15 vol., 1863-1890 [détail des éditions].