Sidi Mohamed Barkat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sidi Mohamed Barkat
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Sidi Mohamed Barkat (né en 1948 à Oran) est un philosophe algérien installé à Paris.

Ancien directeur de programme au Collège international de philosophie de 1998 à 2004, il est chercheur associé au Laboratoire de psychologie du travail et de l'action du Conservatoire national des arts et métiers. Après des années d’enseignement à l’université, où il s’est occupé essentiellement de questions d’épistémologie des sciences sociales, Sidi Mohammed Barkat a dirigé de 1998 à 2004 un programme de recherche au Collège international de philosophie, à Paris, sur l’image et la condition de « l’indigène algérien ».

Auteur d'un concept à caractère juridique, politique et social sous la terminologie de « corps d'exception », tout reste à faire pour le construire et l'approfondir. Il fait directement référence aux populations algériennes sous occupation française. Pierre Tevanian est un des rares chercheurs à l'avoir utilisé dans un article[1]. Puis un chercheur en philosophie, Lionel Rebout dans une thèse de doctorat soutenue en 2009 : "Processus de visibilisation et mode d'apparaître en milieu carcéral", sous la direction de Stéphane Haber.

D'autres chercheurs encore mentionnent ou ont tenté d'utiliser ce concept dans leurs diverses recherches : Gérard Bras, Daniel Borrillo, Patricia Mothes, Malika Mansouri, Olivier Le Cour Grandmaison, Claire Hancock, Vincent Houillon.

Ce concept croise le débat des Indigènes de la République (voir Indigénat), discussion très politique.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Des Français contre la terreur d'État. Algérie 1954-1962, Éditions Reflex, Paris, 2002.
  • Le Corps d'exception : les artifices du pouvoir colonial et la destruction de la vie, Éditions Amsterdam, 2005
  • Voir l'article de Pierre Tévanian : « Le « corps d’exception » et ses métamorphoses. Réflexions sur la construction et la destruction de « l’immigré » et du « jeune » issu de l’immigration coloniale et post –coloniale », in Quasimodo, n° 9 (« Corps en guerre. Imaginaires, idéologies, destructions. Tome 2 »), printemps 2006, Montpellier, p. 163-180

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Tevanian, « Le «corps d’exception» et ses métamorphoses », Quasimodo, no 9 (Corps en guerre. Imaginaires, idéologies, destructions. Tome 2),‎ , p. 163-180 (lire en ligne [PDF])