Seydougou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seydougou
Administration
Pays Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
District Denguélé
Région Kabadougou
Département Odienné
Géographie
Coordonnées 9° 31′ 00″ N 7° 59′ 00″ O / 9.51667, -7.983339° 31′ 00″ Nord 7° 59′ 00″ Ouest / 9.51667, -7.98333
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

Voir la carte administrative de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Seydougou

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

Voir la carte topographique de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Seydougou

Seydougou est une sous-préfecture du nord de la Côte d'Ivoire et appartenant au département d'Odienné, dans la région de Kabadougou, district du Denguélé. La localité de Seydougou était en 2005 un chef-lieu de commune[1].

MONOGRAPHIE

  • PRESENTATION GENERALE

Le village de « sé-dougou » qui signifie littéralement « le village sous le karité » serait crée au 18ème siècle par un marabout nommé Mema Moussa FOFANA. Par déformation, la dénomination au fil des années « sé-dougou » est devenu Seydougou. La Sous-préfecture de Seydougou a été créée par le décret N°74-499 du 30 octobre 1974, portant remaniement territorial dans les Départements d’Odienné et de Ferkessédougou. Elle est fonctionnelle depuis le 11 mars 1975.  A la création, la Sous-préfecture comptait quatorze (14) villages. Aujourd’hui, il lui reste sept (07) villages que sont : Seydougou (chef-lieu de sous-préfecture), Badiouala (01 km), Kohouena (01 Km), Balala (07 Km) ; Kabala (07 Km), Gbessasso (12 Km) et Sandjougouna (17 Km).

  • CADRE PHYSIQUE

La Sous-préfecture de Seydougou est située dans le District du Denguélé et relève de la Région du Kabadougou et du Département de Gbéléban. Elle est limitée au Nord et à l’Est par la sous-préfecture d’Odienné ; au Sud par la République de Guinée et à l’Ouest par la Sous-préfecture de Gbéléban. Elle s’étend sur une superficie de 700 Km2 environ. Le relief est essentiellement composé de plateaux. Plusieurs monticules et collines, pour la plupart granitiques, dominent le paysage de savane souvent boisée. Le climat est chaud et sec. Deux saisons dominent la Sous-préfecture au cours de l’année : Une grande saison sèche qui part de décembre à avril et une grande saison des pluies de mi-juin à octobre-novembre. La circonscription est fortement arrosée, les hauteurs des pluies pouvant atteindre 1600 mm/an.

  • LE MILIEU HUMAIN

Le Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2014 a estimé la population de Seydougou à environ 4500 habitants (sous réserve de la validation) avec une densité moyenne est de 07 habitants au km2. La population se caractérise par un taux élevé de personnes âgées. Cette situation est due à la forte tendance à l’immigration des populations jeunes vers les zones urbaines du Sud et de l’Ouest du pays à la recherche d’un mieux être social. La population est majoritairement constituée de Malinké. A celle-ci s’ajoutent des communautés venues de la Guinée et du Mali. Les populations de Seydougou entretiennent des liens étroits et très forts avec les populations de Guinée. Ces dernières sont le plus souvent associées aux grands événements de la vie de la communauté. La population, dans son ensemble, est de religion musulmane. Chaque village a sa mosquée et son imam. Néanmoins, de vielles pratiques animistes subsistent encore dans certaines confréries et familles. La chefferie traditionnelle est réservée exclusivement à certaines familles dans chaque village. Le mode de succession est un système hybride combinant à la fois la gérontocratie et la génération en termes de lignée.

  • LA VIE ECONOMIQUE

L’économie de la Sous-préfecture est dominée par l’agriculture, l’élevage et le commerce.

  1. L’Agriculture

En général, les sols de la Sous-préfecture de Seydougou sont très fertiles pour toutes les cultures. Les pluviométries moyennes atteignent près de 1600 mm/an. La principale culture de rente est l’anacarde. A cela s’ajoute la culture des céréales, notamment celle riz, du maïs et du fonio. Les cultures de l’arachide et l’igname sont pratiquées dans le village de Gbessasso. Mais la production est essentiellement destinée à la commercialisation. Avec l’avènement de l’anacarde, les cultures vivrières et le coton dont la vente constituait les principales sources de revenues sont abandonnées.

2. L’Elevage

La pratique de l’élevage est le fait d’éleveurs sédentaires et de transhumants en majorité originaires du Mali. L’élevage des bovins est le plus important. On note toutefois des troupeaux d’ovins. Ils sont souvent la propriété des Organisations Non Gouvernementales.

3. Le Commerce

Située à la frontière de la République de Guinée (coté Balala), la Sous-préfecture est une zone de passage des commerçants en provenance de ce pays voisin. On note aussi l’existence de quelques boutiques où l’on peut trouver des denrées de consommation courante. Un marché hebdomadaire (tous les jeudis) rassemble des commerçants venus d’Odienné et des localités environnantes y compris des villages guinéens.

  • QUELQUES ATOUTS

La Sous-préfecture de Seydougou dispose de quelques atouts pour amorcer son développement : - Un carrefour,elle est, pour plusieurs villages et pour les deux autres Sous- préfectures du Département (Gbéléban et Samango) ; - Une Mairie ; - Un réseau de communication cellulaire MTN et Côte d’Ivoire en service permanent ; - Un château d’eau d’une forte capacité qui alimente les villages de Seydougou, Kohouéna et Badiouala. - Une connexion au réseau électrique pour Seydougou Chef-lieu de Sous-préfecture, Kohouéna, Badioula et bientôt Kabala ; - Une Hydraulique Villageoise Améliorée (en cours) pour Kabala ; - Trois retenues d’eau aménagées par la Commune dans les villages de Seydougou, Kabala et Balala ; - Un tronçon Seydougou-Odienné long de 50 km praticable ; - Un marché avec des magasins de stockage construit par la Commune ; - Un plan de lotissement pour tous les villages à l’exception de Sandjougouna...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Décret n° 2005-314 du 6 octobre 2005 portant création de cinq cent vingt (520) communes.